Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Tribune libre

Les îles émiraties occupées et comment construire la confiance dans le Golfe


Rédigé par Salem AlKetbi le Mercredi 6 Octobre 2021


Les îles émiraties occupées et comment construire la confiance dans le Golfe
En Iran, les personnalités qui prennent le pouvoir et occupent des postes élevés peuvent varier. Mais elles s’accordent toutes sur ce qu’elles considèrent comme les constantes de la politique étrangère, que le Guide suprême dessine.

Au premier rang de ces constantes figure la position sur l’occupation des trois îles émiriennes (Grande Tunb, Petite Tunb et Abu Musa). Ici, la position de l’Iran est rigide, ignorant les droits légitimes des États, et insistant pour continuer à occuper les territoires des autres, malgré la pleine réalisation qu’une telle politique est l’un des obstacles les plus importants à l’existence de relations normales à travers le Golfe.

Historiquement, le discours politique de l’Iran à l’égard des trois îles émiraties occupées ne diffère que par le vocabulaire et la manière d’exprimer ce que les mollahs considèrent comme une position ferme sur cette question qui touche à la souveraineté d’un État voisin.

« Les trois îles appartiennent définitivement à l’Iran, » a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, en réponse à une déclaration du Conseil de coopération du Golfe (CCG) sur les îles émiraties occupées. « La publication de déclarations dupliquées et ennuyeuses ne changera pas la réalité : elles sont iraniennes pour toujours, » a-t-il ajouté.

« Le CCG doit savoir que ses revendications inacceptables et ses fausses accusations contre l’Iran, ainsi que la répétition de sujets dépassés, ne sont pas la solution aux problèmes régionaux ainsi qu’à ceux de ces pays. »

« La région doit changer la perception de la dépendance à l’égard de l’extérieur vers un traitement constructif entre les pays de la région et l’adoption d’une vision compréhensive plutôt qu’une vision d’exclusion. » Comme si l’occupation pouvait acquérir une légitimité avec le temps. Il s’agit, bien entendu, d’une vision bancale et contraire au droit international.

Il y a la conscience et la mémoire des sociétés qui ne peuvent céder aucune partie de leur territoire occupé par d’autres. Ce ton iranien dans le traitement de la question des trois îles occupées ou dans les positions officielles émises par le CCG confirme que rien ne change à Téhéran.

Et ce, quelles que soient les tentatives d’améliorer l’image et de faire des déclarations de « relations publiques » qui promeuvent des idées totalement contraires au comportement iranien sur le terrain, comme les discours de « bon voisinage » et de « coopération régionale. » Les mollahs ont une compréhension égocentrique de ces concepts qui les dépouille de leur véritable signification.

Tout simplement, l’Iran croit que le maintien de la sécurité régionale passe par la domination des pays de la région et l’imposition de son influence hégémonique sur la politique étrangère des pays voisins.

L’Iran veut être le gendarme de la région, ce qui signifierait une diminution de la souveraineté de ces pays et de leur droit à construire des réseaux de relations stratégiques, d’alliances et de partenariats qui servent leurs intérêts nationaux. Les mollahs partent d’une vision condescendante qui ne correspond pas à la réalité des choses, ni aux rapports de force régionaux d’ailleurs.

Ils voient leur voisinage régional dans une vision étroite qui ne tient pas compte des changements intervenus ces dernières années dans divers domaines de la puissance nationale.

Une telle vision ne tient pas compte, non plus, des lois et conventions internationales fondées sur des principes bien établis censés être respectés par tous les États, au premier rang desquels le droit à la souveraineté, le bon voisinage et la non-ingérence.

Curieusement, chaque nouveau régime iranien, bien qu’il n’ait aucune élégance dans l’élaboration de la politique étrangère, commence par évoquer à plusieurs reprises son désir de renforcer les relations avec les pays voisins.

« Certains pays du Golfe, qui cherchent à imposer leurs vues anti-iraniennes à d’autres pays et tentent de recevoir le soutien de pays extérieurs à la région, devraient plutôt se concentrer sur les pourparlers régionaux et le renforcement de la confiance pour soutenir la diplomatie dans la région, » a également déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Ces insinuations sont, bien entendu, ciblées. Pourtant, les politiciens iraniens négligent les raisons de ce qu’ils considèrent comme une hostilité de la part de certains pays du CCG à l’égard de l’Iran. Ils ignorent qu’il ne s’agit pas de l’Iran du peuple et de l’histoire, mais de celui du régime.

Les États du CCG sont bien conscients de la nécessité de respecter les calculs géographiques et de l’importance de relations géopolitiques et géostratégiques normales.

Cependant, ces convictions ne peuvent se traduire dans les faits face aux atteintes répétées à la souveraineté de ces pays : en occupant leur territoire comme c’est le cas avec les trois îles des Émirats et en s’ingérant dans les affaires de ces pays, comme cela s’est produit à plusieurs reprises au Bahreïn, ou en armant des milices sectaires qui attaquent les installations vitales des pays voisins, comme cela s’est produit avec le groupe Houthi au Yémen.

Certes, on ne peut pas construire la confiance sur les cendres des réalités. La clarté et la franchise sont des bases indispensables pour préparer le climat de dialogue, de coopération et tout ce qui est nécessaire pour atteindre la sécurité et la stabilité. Tout cela n’a rien à voir avec les grandes puissances ou les alliances entre elles et les pays du CCG.

Le comportement iranien est le facteur déterminant de l’équation de confiance.

Ainsi, le discours habituel de l’Iran sur les îles occupées des Émirats arabes unis, et le rejet de toute alternative ou solution politique ou juridique pour parvenir à un règlement juste, ne reflète que l’intransigeance d’un régime arrogant sur son voisinage régional, qui attend des autres qu’ils se soumettent à sa vision bouche cousue.

En définitive, assurer la stabilité dans la région du Golfe commence par l’élimination des causes de tension. Il ne s’agit pas d’imposer les visions et les convictions de l’une ou l’autre partie, notamment sur la question des îles émiraties.

Les EAU ont déjà proposé des solutions rationnelles, soit un dialogue direct sans conditions préalables et selon un calendrier précis, soit le renvoi de l’ensemble du dossier à un arbitrage international. Mais ce qui se passe, c’est que l’Iran se retranche derrière une position qui n’a aucune base légale.

Il cherche à imposer un fait accompli et cela n’est qu’une caractéristique d’une hégémonie de la vieille époque coloniale.
 

Par Salem AlKetbi
Politologue émirati et ancien candidat au Conseil national fédéral

  



Dans la même rubrique :
< >