Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le trafic aéroportuaire continue son écroulement


Rédigé par Anass Machloukh le Lundi 23 Novembre 2020

En dépit des tentatives de sauvetage, le transport aérien au Maroc semble étouffé par la crise sanitaire dont les effets délétères empêchent le secteur de se relever de sa léthargie. L’Office national des aéroports le confirme en estimant que le trafic aérien commercial a chuté de plus de 70% au Maroc par rapport à l’année précédente.



Le trafic aéroportuaire continue son écroulement
Le transport aérien continue son agonie en plein deuxième vague de propagation de la pandémie. Le trafic commercial demeure ainsi paralysé, dont le volume a baissé de 70,79% dans les dix premiers mois de 2020 par rapport à la même période en 2019, estime l’Office national des aéroports (ONDA).

Selon l’Office, 388.659 passagers seulement ont été accueillis par les différents aéroports du Royaume, alors que pendant la même période en 2019, le chiffre avait atteint 2.161.696 passagers. Outre cela, les vols ont chuté de 71,94%.

Dans le détail, l’Aéroport Mohammed V-Casablanca a accaparé 177.476 voyageurs, soit 46% environ du trafic passager, enregistrant un recul de 79,08 % par rapport à l’an dernier où il avait accueilli 848.373 personnes.

La situation est pire à Marrakech, l’aéroport Menara a vu son trafic aérien reculer de 94,88%, en se contentant de 30.662 passagers, contre 599.090 passagers accueillis durant la même période en 2019. De son côté, l’aéroport Agadir Al Massira qui a perdu 83,34% de ses passagers, en accueillant seulement 29.085, cette année.

Rappelons que le Maroc avait autorisé les touristes étrangers à entrer dans le territoire national pourvu qu’ils présentent un test PCR d’une durée de 48 heures, avec une réservation d’hôtel afin d'insuffler un nouveau dynamisme dans l'activité touristique et dans le transport aérien. La deuxième vague de la pandémie qui sévit actuellement en Europe a compliqué la situation en réduisant à néant tout espoir de reprise du transport aérien et notamment l’activité touristique, dans le court terme.