Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le secteur du Tourisme sous le choc de la crise sanitaire

Coronavirus


Rédigé par A. CHANNAJE le Vendredi 20 Mars 2020

Le tourisme est durement touché par Covid-19. La Confédération Nationale du Tourisme monte au créneau et établit une estimation des pertes dues à cette crise.



Le secteur du Tourisme sous le choc de la crise sanitaire
Le tourisme est considéré aujourd’hui comme le secteur le plus touché par Coronavirus. Depuis le déclenchement de cette pandémie, des annulations et reports de réservation tant aériens qu’hôteliers ont été multipliés. « Aujourd’hui, avec l’arrêt pur et simple de tous les vols internationaux, les hôtels sont en train de se vider et certains hôteliers risquent carrément de mettre les clefs sous la porte. Les autres opérateurs du secteur, agents de voyages, guides, transporteurs vivent la même situation », s’alarme la Confédération Nationale du Tourisme (CNT) dans un communiqué.

Elle estime l’impact de cette crise liée au Covid-19 sur le secteur du Tourisme à une perte sèche des arrivées de l’ordre de 34,10 milliards de dirhams en CA (chiffre d’affaires) touristique et de 14 milliards de dirhams de perte en CA hôtellerie.

En raison de cet impact grave du Coronavirus sur le secteur, Abdellatif Kabbaj, Président de la CNT, a présenté, mardi 17 mars à Rabat, une série de doléances au ministre des Finances. « La CNT monte donc au créneau et a établi une estimation des pertes occasionnées et propose une batterie de mesures à même d’accompagner cette crise sans précédent », est-il expliqué.

Les mesures préconisées

En clair, la CNT recommande la déclaration de la crise sanitaire Covid-19 comme cas de force majeure. Elle suggère aussi un report/suppression des charges sociales (CNSS/CIMR) avec maintien des droits des salariés : toutes les entreprises confrontées à des difficultés devront pouvoir demander ce report, à travers un processus fluide, efficace et rapide.

La Confédération touristique suggère aussi des dégrèvements d’impôts (IR, IS, TVA…) pour toute la période de crise. « Cela soulagerait la trésorerie des entreprises, et permettrait le maintien des paiements d’un maximum de salaires », est-il souligné.

 

Report des échéances bancaires

La CNT appelle également au report des échéances bancaires de 12 mois (sans frais ni pénalités). On estime, à ce sujet, que le Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) devrait également accompagner le secteur dans ce sens, à travers des différés d’échéances de crédits pour les entreprises en difficultés.

Sur le même registre, la CNT suggère le maintien des lignes de crédit et ouverture de lignes d’emprunts sur 12 mois : avec réduction du taux d’intérêt à 2% sur cette période. Elle appelle aussi au renforcement des garanties de crédits en faisant appel aux différents instruments disponibles (fonds de garantie, Fonds Hassan II, CCG…etc), et relève des plafonds garantis.

Toujours pour sauver le secteur du tourisme, la CNT conseille au gouvernement la mise en place d’un fonds de soutien en faveur des entreprises touristiques pour faire face aux conséquences des crises. Elle préconise également la mise en place d’un dispositif de chômage partiel, à travers la prise en charge par l’Etat d’une partie du salaire.

Elle exhorte, enfin, le gouvernement à l’engagement de l’Etat (administrations, établissements publics…) pour le paiement des dettes vis-à-vis des opérateurs, et l’accélération du remboursement de la TVA.

Nadia Fettah Alaoui, ministre chargée du Tourisme, lors d’une conférence de presse au terme d’une réunion du CVE (Comité de Veille Economique) récemment à Rabat, a déjà souligné que ce Comité a mis en place une série de mesures pour la préservation d’un maximum d’emplois touristiques  et l’assistance aux entreprises opérant dans le secteur. Elle a fait allusion au «Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du Coronavirus Covid-19», doté d’une enveloppe de 10 milliards de DH, qui sera consacrée à la protection de la santé du citoyen, d’une part, et au soutien de l’économie nationale, d’autre part.

Le CVE est composé de huit membres du gouvernement, de Bank Al-Maghrib, du GPBM, de la CGEM et de la Fédération des Chambres de commerce, d’industrie et des services et celle des Chambres d’artisanat. Il devra tenir sa seconde réunion lundi prochain. Le décret portant création du compte d’affectation spéciale a été signé, en application des Hautes Instructions de SM le Roi, tendant à assurer le financement des mesures de prévention et de lutte contre le Covid-19 et ses impacts.

A. CHANNAJE


  


Dans la même rubrique :
< >