Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le propriétaire de la chaîne « Bila houdoud » condamné à un an et demi de prison


le Samedi 1 Mai 2021

Le tribunal de première instance d'Ain Sebaa à Casablanca a condamné le propriétaire de la chaîne YouTube « Bla Houdoud » (Sans frontières), à une peine d'emprisonnement d'un an et demi, pour diffamation et calomnie envers plusieurs institutions et organismes.



Le propriétaire de la chaîne « Bila houdoud » condamné à un an et demi de prison
C’est lors d’une scéance tenue jeudi 29 avril que le tribunal d’injonction a rendu son verdict. Le principal accusé, propriétaire de la chaîne « Bla houdoud », a été jugé coupable de diffamation et a écopé d’une peine de prison de 18 mois. Le deuxième accusé quant à lui a été condamné à une peine d'emprisonnement d'un an. Il a été également décidé de fermer la chaîne en question sur le site YouTube.

En outre, les deux accusé devront payer des amendes de 400.000 dirhams au profit de Abdellatif Bouachrine, et de 100.000 dirhams pour Mohamed Harawak, et de 180.000 dirhams au profit de Samira Daoudi, tous trois constitués en parties civiles .

Il est à noter qu'au cours des derniers mois, la Division nationale de la police judiciaire a ouvert une enquête judiciaire sur ordre du procureur général de Casablanca sur fond de plaintes déposées par un groupe de personnes et d'institutions contre le propriétaire de la chaîne numérique en question, en raison de leur exposition à des campagnes de diffamation, calomnie, insulte et fabrication d'images. Les plaignants ont confirmé que le principal accusé avait lancé des campagnes calomnieuses et diffamatoires à leur encontre et leur avait causé du tort.

Abdellatif Bouachrine, étant l'une des victimes ayant porté plainte contre le propriétaire de la chaîne, a qualifié les accusés de « dangereux criminels », compte tenu de la gravité de leurs actes et de leur engagement contre des personnalités publiques, des parlementaires, des artistes et des organismes d'avocats, de juges et autres.