Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Le château de mer : un joyau architectural à sauver !

Safi


Rédigé par Mohamed LOKHNATI le Mercredi 5 Août 2020

Le château de mer a été construit au bord de la mer au début du XVIème siècle par les Portugais et classé monument historique par le Dahir du 7 novembre 1922.



Le château de mer : un joyau architectural à sauver !
Il fut une résidence du gouverneur et une forteresse pour défendre la ville des invasions maritimes. Cet édifice, ouvert aux visiteurs à la fin de 1963, occupe une superficie de 3900 m². Son intérieur est constitué d‘une haute tour carrée (le donjon), de cellules, d’une casemate, d’une large cour avec citerne et d’une rampe. Tout le bâtiment est entouré par des murailles robustes construites entièrement en moellon, de 10 à 12 mètres de hauteur et d’une épaisseur allant jusqu’à 3m, indique El Hajji Essediya, expert en matière de patrimoine.

Face aux effets des phénomènes naturels, cet édifice qui a vu des jours glorieux commence à tomber en ruine, car la falaise qui le supporte est touchée en permanence par des phénomènes géologiques et météorologiques. En effet, le déferlement des vagues, surtout lors des grandes tempêtes de l’hiver, fait souvent ébranler la masse rocheuse sur la quelle est construit le château, ce qui entraîne l’écroulement des blocs et donne naissance à des grottes et des cavités, mettant ainsi le haut en porte à faux. 

Contacté à ce sujet, A. Hadmi, architecte dans le secteur privé, indique qu’il existe deux principaux dangers menaçants l’édifice qui sont d’ordre structurel : premièrement, il y a l’effritement de la falaise par la houle qui menace les fondations de la bâtisse, puis il y a le passage du train qui fait bouger les structures du château en mettant en danger permanent les infrastructures en place, notant que ce monument est menacé aussi par l’humidité, ce qui favorise la destruction de ses structures et spécialement celles de l’ouest et du nord.

Par ailleurs, le château de mer ne lutte pas seul contre les agressions de l’Océan, mais il y a des gens soucieux de son état de dégradation et qui font tout ce qui est dans leur possible pour lui rendre un peu de sa dignité, font savoir A.Mouchti et Pr Naim, tous deux militants au sein de l’association « ASSIF » pour la protection du patrimoine culturel qui porte comme sigle « le château de mer ».

Les solutions adoptées jusqu’à maintenant pour sauvegarder le château de mer et qui se limitaient à sa restauration ont été inadéquates, car les problèmes de base ne sont pas encore résolus. En effet, d’après M. Hadmi, il faut s’attaquer aux problèmes d’ordre structurel qui touchent à la stabilité du bâtiment. Certes, ajoute-t-il, le projet de stabilisation de la falaise est envisageable par les responsables, mais le méga budget qu’il demande n’est pas encore accordé. Quant au passage du train, il peut être résolu par le transfert du port minier près de l’OCP (Office Chérifien de Phosphate), devait-il relever.

Mohamed LOKHNATI

  


Dans la même rubrique :
< >