L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Le Maroc lance les procédures d'inscription des arts équestres "Mata" sur la liste de l'UNESCO


Rédigé par L'Opinion Vendredi 2 Juin 2023

La 11è édition du Festival équestre international de Mata s’est ouverte, vendredi à Madchar Zniyed (province de Larache), sous le thème: « Mata, patrimoine de l’humanité et rencontre des cultures ».



Photo : Nidal
Photo : Nidal
Placé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, ce festival, initié par l’Association Alamia Laaroussia pour l’action sociale et culturelle, en partenariat avec le Festival international de la diversité culturelle de l’UNESCO, vise à préserver un patrimoine équestre ancestral de la région du Nord, contribuer au développement économique et touristique, et à promouvoir les produits du terroir et de l’artisanat de la région.

La cérémonie d’ouverture de cette manifestation culturelle, qui s’est déroulée en présence notamment du ministre de la Jeunesse, de la culture et de la communication, Mohamed Mehdi Bensaid, du ministre de l’Équipement et de l’eau, Nizar Baraka, du ministre de l’Industrie et du commerce, Ryad Mezzour, du wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Mohamed Mhidia, et de nombre d’acteurs culturels et civils, a été marquée par la présentation des équipes équestres qui participent à la compétition du jeu populaire Mata et des shows folkloriques.

S’exprimant à cette occasion, M. Bensaid a souligné que la procédure a été lancée pour inscrire la compétition équestre Mata sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO, conformément à la vision éclairée de SM le Roi Mohammed VI, visant à valoriser le patrimoine culturel marocain à l’échelle internationale, notant qu’il sera procédé également à l’inscription de ce jeu sur la liste du patrimoine immatériel de l’ISESCO.

« Le festival de Mata est l’occasion de rendre hommage à un patrimoine immatériel ancestral, dont nous sommes tous fiers », a-t-il dit, soulignant que le ministère vise, à travers cette initiative, à faire découvrir au monde un jeu unique qui fait appel au courage et à l’intelligence de ceux qui s’y adonnent, vu qu’il s’agit d’un jeu de tradition ancestrale d’une région exceptionnelle, que les Jbalas l’ont baptisé du nom de Mata.

Dans une déclaration à la MAP et à sa chaine de l’information en continu M24, le président du festival, Nabil Baraka, a souligné que le Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, œuvre à sauvegarder et valoriser son patrimoine culturel matériel et immatériel, qui se caractérise par sa richesse et sa diversité, notant que ce rendez-vous annuel, dont la pierre angulaire est la compétition équestre Mata, contribue à préserver un patrimoine civilisationnel immatériel ancestral et fait revivre des traditions séculaires de la région.

M. Baraka a relevé que Mata, ouvert sur les continents, est aujourd’hui un espace de convivialité et d’échange culturel, social et économique, soulignant que cet événement, qui valorise la place du cheval dans la région du Nord et rend hommage à ses cavaliers, favorise également le développement économique et touristique des régions du Nord et Sud du Royaume, à travers la mise en avant de leurs multiples atouts et la promotion de leurs produits de terroir et d’artisanat riches et variés, et dont la renommée est désormais mondiale.

Il a fait savoir que les éditions précédentes ont connu une grande affluence des amateurs de l’équitation et de ce jeu populaire venus des quatre coins du monde, affirmant que ce festival ambitionne de faire revivre et préserver le patrimoine civilisationnel marocain traditionnel et de consacrer les valeurs de solidarité, de tolérance et de vivre-ensemble que le Maroc a fait siennes tout au long de son histoire et jusqu’à aujourd’hui, sous la conduite clairvoyante de SM le Roi Mohammed VI.

Cet événement, a-t-il poursuivi, constitue aussi l’occasion pour les provinces du Sud, l’invité permanent du festival, d’exposer leurs produits aux côtés des coopératives de la région du Nord et de permettre aux invités de découvrir la variété et la richesse des trésors du terroir des deux régions.

A l’instar des précédentes éditions, un programme riche en activités est prévu sur place. Pendant les 3 jours de l’événement, invités et visiteurs nationaux et internationaux pourront voyager dans l’histoire, grâce à la compétition de tradition ancestrale « MATA », et découvrir les expositions des produits du terroir et de l’artisanat marocain.

Le Festival offre également à ses invités une série de soirées de chants soufis et de spectacles folkloriques locaux et nationaux, en plus d’autres activités d’animation, dont une campagne de sensibilisation sur le respect de l’environnement, et des jeux pour enfants.

Cette édition sera émaillée de concerts de musique Jeblie et populaire, et d’hommages qui seront rendus à des personnalités culturelles et sportives.

Selon les organisateurs, les paysans autour du Jbel Allam accueillaient le printemps en pratiquant un jeu particulièrement original qui fait appel au courage, à l’adresse, à la souplesse, à la délicatesse, à l’intelligence et à la finesse de ceux qui s’y adonnent, notant qu’il s’agit d’un jeu où cheval et cavalier, en parfaite symbiose, célèbrent une complicité légendaire et surtout la culture ancestrale d’une région extraordinaire.

Cette tradition est, aujourd’hui encore, jalousement préservée par les tribus de Bni Arous et les règles du jeu scrupuleusement respectées.

Après le criblage des champs de blé, au village d’Aznid d’abord, puis dans d’autres par la suite, jeunes filles et femmes de la tribu à qui on confie cette opération l’accompagnent de leurs chants, de leurs youyous et de leurs fameux a ‘iyou’, au son des ghaitas et des tambours spécifiques à la région.

Ce sont ces mêmes femmes qui fabriquent, à l’aide de roseaux et de tissus, la poupée que vont se disputer les plus braves cavaliers de Jebala, région où l’art de monter les chevaux, de les élever et de les dresser est une forte spécificité culturelle.

Les cavaliers qui participent au jeu « MATA » doivent monter à cru, habillés des jellabas et amamas ancestraux. Selon la tradition orale, le vainqueur du jeu “MATA” est celui qui, usant de son adresse et de sa hardiesse, saura arracher la poupée aux autres cavaliers et l’emporter au loin. Une suprême récompense lui est alors attribuée : On le marie à la plus belle fille de la tribu.

Le jeu « MATA » est probablement inspiré du Bouzkachi, un jeu similaire mais plus violent, importé, selon la légende, par Moulay Abdeslam lbn Mashich lors de sa visite à Ibn Boukhari. Le bouzkachi pratiqué en Afghanistan a pour enjeu le cadavre d’une chèvre que se disputent les cavaliers dans des joutes brutales qui font de nombreux blessés.

Ce rendez-vous annuel célèbre une culture ancestrale par laquelle s’exprime le sens de l’honneur réhabilité, la foi enracinée, le patriotisme comme école soufie et les valeurs spirituelles et universelles; tout l’héritage humaniste légué par le grand Quotb Moulay Abdeslam Ibn Mashich aux Chorfas Alamiyines, à la Tarika Mashichiya Shadhiliya et aux habitants de cette région exceptionnelle.

Photo : Nidal



Dans la même rubrique :
< >






🔴 Top News