Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le Conseil de l'Europe exige que Sebta et Mellilia reconnaissent l'arabe et le darija d'ici 2023


Rédigé par Kawtar Chaat le Dimanche 29 Août 2021

Le Comité des Ministres espagnols, qui est l’instance statutaire de décision du Conseil de l’Europe, a mandaté Madrid pour reconnaître officiellement l'arabe et le darija dans les deux villes
occupées Sebta et Mellilia d'ici deux ans.



Le Conseil de l'Europe exige que Sebta et Mellilia reconnaissent l'arabe et le darija d'ici 2023
Critiquant les retards de l’Espagne en matière de respect et protection des langues historiques et minoritaires, le Conseil de l’Europe a exigé que le gouvernement espagnol fournit un rapport conforme à la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, en particulier en ce qui concerne l'arabe et le darija d'ici le 1er août 2023.
 
L'Espagne, qui reconnaît actuellement quatre langues officielles, a été sollicitée depuis 2008 pour reconnaître l'arabe et le darija à Sebta et Melillia. Une initiative qu'elle a repoussée, refusant de donner une réponse formelle pendant près de treize ans. Désormais, le gouvernement espagnol n'aura guère d'autre choix que d'adhérer au mandat du Conseil de l'Europe.
 
Si l'Espagne n'a pas hésité à reconnaître des langues comme le catalan, le basque et le galicien, elle a jusqu'à présent fermement refusé de reconnaître l'arabe et le darija au sein des enclaves, malgré le fait qu'environ 63 % de la population de Sebta est d'origine marocaine et utilise quotidiennement le darija.
 
Dans un sondage réalisé cette année par l’Institut des Etudes à Sebta (IEC), 20% des résidents espagnols de Sebta et Melillia ont déclaré que les territoires reviendraient à la propriété marocaine dans les vingt prochaines années. Cela dit, l'attitude du gouvernement espagnol semble être en contradiction avec la perception des habitants des enclaves jumelles.
 
En 2019, le Comité des ministres avait fait une sortie expliquant que «la question de savoir s’il faut protéger l’arabe/darija en vertu de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires est toujours ouverte, car il s’agit de langue traditionnellement parlée en Afrique du Nord et qu’il semble assez clair qu’elle soit traditionnellement présente» dans les deux enclaves.
 
Malgré les désaccords territoriaux sur les deux villes marocaines, Sebta et Melillia ont été un mélange historique de cultures arabes et européennes. En refusant de reconnaître les principales langues des habitants marocains de l'enclave, Madrid refuse effectivement de reconnaître les liens historiques de l'Espagne avec le Maroc et le monde arabe, ont fait valoir des groupes de défense.

  


Dans la même rubrique :
< >