Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Lancement d'une formation sur la lutte contre la radicalisation en ligne


Rédigé par La rédaction avec MAP le Jeudi 15 Juillet 2021

La Rabita Mohammadia des Oulémas a lancé, jeudi à Rabat, un atelier de formation dans le cadre du projet de « lutte contre la radicalisation en ligne des jeunes au Maroc ».



Lancement d'une formation sur la lutte contre la radicalisation en ligne
Lancé en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et l'Ambassade du Japon au Maroc, cet atelier s'inscrit dans le cadre des formations menées par la Rabita Mohammadia des Oulémas au profit des journalistes, des représentants de la société civile et des jeunes.
 
Ces formations visent à approfondir les connaissances des participants sur les risques liés aux contenus de la radicalisation en ligne, à renforcer leurs compétences à identifier les discours de haine et à promouvoir les discours alternatifs.
 
Un projet qui sensibilise les jeunes des dangers d’internet
 
Ce sont 40 jeunes, impliqués dans des initiatives de la société civile, qui seront formés durant trois jours afin de devenir eux-mêmes des éducateurs pairs. S'exprimant à cette occasion, le secrétaire général de la Rabita, Ahmed Abbadi, a affirmé que cet atelier est une évaluation du projet de "lutte contre la radicalisation en ligne" qui vise à immuniser les jeunes sur Internet, surtout que ceux-ci passent une moyenne de 8 heures par jour à consulter les sites-web et les réseaux numériques.
 
Cette dimension numérique est devenue la norme dans la vie de nombre de jeunes marocains, a relevé M. Abbadi, mettant l'accent sur la nécessité d'un suivi sérieux de cette situation actuelle.
 
Ces ateliers s'articulent autour de trois axes principaux, à savoir "l'autonomisation intellectuelle" pour renforcer les capacités d'"analyse, de sélection, de comparaison et de bonne compréhension de la religion" et maintenir les projets authentiques des jeunes qui portent leurs rêves et leurs objectifs, tout en veillant à ce que ces projets soient basés sur le côté émotionnel et créatif, a-t-il détaillé.
 
Le deuxième axe est lié à la dimension émotionnelle dans laquelle résident toutes les formes de créativité, a ajouté M. Abbadi, expliquant que "si les capacités créatives des jeunes sont libérées, ils passeront de simples consommateurs de contenus numériques à de véritables influenceurs capables d'identifier et lutter contre les discours extrémistes et haineux".
 
En sus, le troisième axe concerne le volet technique qui assure l'utilisation optimale des outils numériques et techniques en vue que les propositions et contenus produits par ces jeunes sur les réseaux sociaux soient attractifs, professionnels et créatifs, a-t-il indiqué. De son côté, l'Ambassadeur du Japon au Maroc, Takashi Shinozuka, s'est félicité du lancement de cet atelier, saluant la coopération fructueuse avec la Rabita Mohammadia des Oulémas et le PNUD qui vise à lutter contre la radicalisation en ligne au Maroc.
 
À cet égard, il a qualifié le Maroc d'un "pays de l'Islam modéré", sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine.
 
Le monde numérique : un ennemi sur plusieurs fronts
 
"Nous sommes appelés à affronter ce nouvel ennemi sur plusieurs fronts, notamment dans le monde numérique", a-t-il alerté, estimant que cette tâche devient difficile et compliquée au vu de l'accès facile des jeunes à cet espace et des risques contenus dans les usages des réseaux numériques et des sites web.
 
L'ambassadeur japonais a également salué l'initiative de la Rabita pour lutter contre le phénomène de la radicalisation, à travers la formation d'influenceurs sur Internet et la production de contenus numériques et de capsules importantes de sensibilisation, notant que ces grands efforts donneront sans aucun doute des résultats fructueux.
 
Pour sa part, le représentant résident du PNUD au Maroc, Edward Christow, a salué la coopération fructueuse entre la Rabita Mohammadia des Oulémas, l'ambassade du Japon au Maroc et le programme onusien concernant la mise en œuvre du projet de "lutte contre la radicalisation en ligne des jeunes au Maroc", instauré le 19 novembre 2020.
 
La lutte contre la radicalisation en ligne, revêt d’une importance capitale 
 
La lutte contre la radicalisation en ligne est d'une importance cruciale, eu égard de la forte présence des réseaux numériques dans notre quotidien, en particulier chez les jeunes, et des potentiels dangers qu'ils peuvent engendrer, a-t-il ajouté. La prévention contre le discours de haine et d'extrémisme violent en ligne est une tâche "très complexe" qui exige le renforcement des capacités des différents acteurs pour une meilleure exploitation des technologies de l'information et de la communication, d'après M.Christow.
 
L'implication de la société civile est un engagement ferme du PNUD afin de réaliser le 16ème objectif du développement durable, dans le cadre de l'agenda 2030 qui veut promouvoir l'avènement de sociétés pacifiques et inclusives aux fins du développement durable, a-t-il dit.
 
Les supports de formations ont été élaborés sur la base du rapport de diagnostic des risques liés à la radicalisation en ligne des jeunes au Maroc, qui a été développé par les experts de la Rabita Mohammadia des Oulémas. Le projet de "lutte contre la radicalisation en ligne des jeunes au Maroc" est intégralement financé par le gouvernement japonais. A terme, les formations bénéficieront à 120 personnes.