Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Laâyoune: La désalinisation pour assurer l’essor de la région


Rédigé par la rédaction le Jeudi 13 Mai 2021

Davantage d’installations sophistiquées de dessalement d’eau de mer ! Solution smart pour assouvir les besoins croissants en eau potable d’une région censée devenir un carrefour des affaires dans la sous-région d’Afrique de l’ouest.



​Et si la question de l’eau fait d’ores et déjà partie des priorités nationales des plus urgentes depuis l’indépendance, c’est évidemment au Sahara que le Royaume nourrit désormais les plus grandes ambitions pour asseoir son statut de référence continentale en matière de gestion des ressources hydrauliques.

D’autant plus que la région est connue pour la rareté des ressources d’eau conventionnelles. Une réalité qui a dicté le recours à la technologie de désalinisation pour accompagner la croissance démographique et le développement soutenu de l’industrie et du tourisme, sans oublier un respect des plus strict des exigences écologiques.

Force est de rappeler que l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a réalisé, en 1995, la première station de dessalement de l’eau de mer à Laâyoune, une installation qui a connu des travaux d’extension en 2005 et en 2021 pour atteindre désormais une capacité de production de 26000 m3/j.

De plus, une nouvelle station, dont la mise en service est prévue au deuxième semestre 2021, aura une capacité de production de 26000 m3/j, qui vont s’ajouter aux 26000 m3/j de la première station et aux 10000 m3/j d’eaux souterraines, soit une capacité de production de 62000 m3/j.

«C’est un grand projet qui va permettre de satisfaire les besoins en eau potable de 237.000 habitants de la ville et des centres avoisinants jusqu’à l’horizon 2040», s’est félicité le directeur général de l’ONEE, Abderrahim El Hafidi, qui a effectué récemment une visite de terrain à cette station d’un coût de 370 millions de dirhams (MDH).

D’après des données de l’ONEE, la deuxième tranche du projet comprend la construction de la bâche d’eau de mer à travers la réalisation en 2023 d’une prise directe d’eau de mer pour une enveloppe budgétaire de 300 MDH. Tarfaya n’est pas en reste: L’ONEE réalise actuellement un autre projet structurant pour le renforcement et la sécurisation de la production de l’eau potable de Tarfaya pour un coût de 50 millions de dirhams.

Ce chantier, dont la mise en service est prévue en 2022, consiste en la réalisation d’une nouvelle station de dessalement d’eau de mer pour un débit supplémentaire de 15 l/s.

Fin février dernier, un autre projet de renforcement de l’approvisionnement en eau potable de la ville de Tarfaya a été mis en service. Il consiste en la réalisation et l’équipement d’un nouveau forage et d’une station monobloc de dessalement de l’eau de mer pour renforcer la production en eau potable avec un débit supplémentaire de 5 l/s et la pose d’une conduite de refoulement d’eau brute sur un linéaire de 1200m.

Ce projet, dont le coût n’a pas dépassé 8 millions de dirhams, permettra de résorber le déficit de 36% enregistré dans la production de l’eau potable et de satisfaire les besoins en eau potable, à court terme d’une population de 10.000 habitants. Le chantier est donc vaste mais l’objectif est clair: donner à la région de Laâyoune-Sakia El Hamra la capacité de maitriser son développement pour répondre aux besoins et aux préoccupations pressantes de ses population en matière d’équipements et de services de base.

  


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 16 Juin 2021 - 19:32 SMIT : Valorisation du potentiel touristique