Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

La suprématie du Maroc dans la gestion du Covid saluée par El Païs


Rédigé par Hajar Lebabi le Mercredi 6 Mai 2020

Encore une fois, le Royaume est salué à l’international pour les mesures de lutte contre la pandémie du coronavirus. Cette fois-ci, un article du pourtant souvent critique journal espagnol El Pais, se penche sur la production des masques dans le Royaume. Le pays est passé du manque de masques à leur exportation.



Un agent de santé prend la température d'un patient à l'hôpital militaire Mohamed V de Rabat. © AFP
Un agent de santé prend la température d'un patient à l'hôpital militaire Mohamed V de Rabat. © AFP
«Les autorités marocaines ont agi avec audace et grande réflexion sur les questions vitales liées à la pandémie. Parfois, ils étaient en avance sur l'Organisation mondiale de la santé (OMS)», déclare le journal.  Le secrétaire général de cet organisme, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait uniquement recommandé, le 6 avril, l'utilisation de masques pour les malades ou ceux qui soignaient des patients à domicile. Cependant, ce même jour, le Maroc avait décrété l'obligation de porter des masques, à partir du 7 avril. La violation de cette loi entraîne des sanctions pouvant aller jusqu'à trois mois de prison et une amende pouvant aller jusqu'à 1 300 dirhams, soit 110 euros.

En théorie, l'État avait fabriqué et distribué des masques subventionnés dans tout le pays à un prix équivalent à 0,07 euros. Le ministre de l'Industrie Moulay Hafid Elalamy annonçait déjà, lorsque la loi est entrée en vigueur, que le pays a commencé à produire des masques il y a une semaine, qu'ils ont d'abord distribués au secteur de la santé et aux forces de l’ordre. «Aujourd'hui, nous produisons trois millions d'unités par jour et nous passerons bientôt à cinq millions. Bientôt, nous exporterons des masques marocains vers l'Europe», a-t-il déclaré. Mais, l’élaboration d’une loi, diffère de son application. La réalité est que pendant au moins deux semaines, il a été impossible de les trouver dans de nombreux endroits. Et dans certaines pharmacies, la qualité n’était pas conforme à celle fixée par les autorités et leur prix était plus élevé. En d'autres termes, il s’agissait d’une arnaque à laquelle de nombreux citoyens n'avaient d'autre choix que de se soumettre.

Le 23 avril, le ministre de l'Industrie a ouvertement signalé les escroqueries et la corruption qui s'étaient produites dans la chaîne de distribution. Il a évoqué le fait que les producteurs de textiles devaient respecter un prix réglementé et, pour le moment, ne pouvaient pas exporter. Il a également indiqué qu'il avait demandé à une usine laitière et à la société Coca-Cola de l'aider pour la distribution. Le ministre a ajouté qu'ils avaient déjà produit 6,8 millions de masques et qu'ils atteindraient bientôt 8 millions. Pour lui, cette crise est une opportunité à saisir.

Moulay Hafid Elalamy a récemment déclaré que le pays disposait de 35 entreprises dédiées à la fabrication de masques non subventionnés. «Cinq d'entre eux exportent déjà la moitié de leur production vers l'Europe. Nous avons beaucoup de demandes de pays étrangers et puisque nous avons déjà satisfait le besoin national, dans quelques semaines nous autoriserons plus d'entreprises à exporter».

Le pays a rapidement été à la pointe du monde en termes de mesures de confinement restrictives. Les masques sont disponibles partout de nos jours - dans les pharmacies et les épiceries. Au total, 160 millions ont été distribués. Maintenant, tout le monde porte des masques, même lorsqu’il s’agit d’un déplacement en véhicule personnel.

  


Dans la même rubrique :
< >