Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

La consule du Maroc à Rennes dénonce la stigmatisation des migrants marocains en France


Rédigé par le Vendredi 23 Octobre 2020

En France, la polémique autour de la prétendue délinquance des mineurs maghrébins isolés prend de plus en plus d’ampleur, notamment à Rennes, où la consule du Maroc a dénoncé la stigmatisation des marocains.



La consule du Maroc à Rennes dénonce la stigmatisation des migrants marocains en France
Suite à l’assassinat d’un professeur en France, les controverses autour du dossier des mineurs isolés en situation irrégulière a pris une nouvelle dimension. D’ailleurs, Emmanuel Macron a appelé le Premier ministre à accélérer le dossier de leur expulsion.

A ce propos, le député Florian Bachelier avait annoncé le 25 août dernier au Télégramme, que des discussions sont menées le président Macron et SM le Roi pour qu’un centre d’hébergement, de formation et de soins soit créé dans le Royaume et cofinancé par la France, afin de les prendre en charge au Maroc .

Dans ce sens, d’aucuns prétendent que les mineurs et majeurs isolés venus du Maghreb seraient les principaux acteurs de vols et de violences dans le centre de Rennes, qui a enregistré « une augmentation de 30%  de la délinquance cet été, comparativement à la même période en 2019 », a indiqué le procureur de la République.

En réponse aux allégations précitées, Najoua El Berrak, consule du Maroc à Rennes, a dénoncé « Mineurs non accompagnés ne veut pas automatiquement dire mineurs marocains. Il y a stigmatisation », déplorant les attaques constantes contre le Maroc à ce sujet.

« Dans mon consulat, j’ai 75 000 Marocains inscrits. Des scientifiques, des professeurs... », précise-t-elle, ajoutant qu’il est frustrant de voir que, malgré toute cette matière grise, on ne me parle que d’une dizaine de personnes qui posent problème.
 
Toujours en France, plusieurs parties de gauche voient dans cette polémique une tentative d’instrumentalisation de la question sécuritaire, éventuellement dans une conjoncture sanitaire qui a engendré  des débats acharnés autour des politiques publiques du présent gouvernement.