Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

La Banque mondiale prévoit une reprise lente et difficile pour le Maroc


Rédigé par S.J le Mardi 21 Juillet 2020

La relance de l’économie nationale se fera à pas de tortue. Le déficit budgétaire et la dette publique se verront aggravés en raison de l’épidémie en 2020 et en 2021, selon la Banque Mondiale. Néanmoins, l’économie devra s’accroître de 3,4% en 2021 avec une hausse de la production agricole attribuée à des conditions climatiques plus normales et un accroissement plus lent de la production non agricole.



La Banque mondiale prévoit une reprise lente et difficile pour le Maroc
Dans un récent rapport de suivi de la situation économique au Maroc, la Banque mondiale a indiqué que le déficit budgétaire et la dette publique se verront aggravés en raison de l’épidémie en 2020 et en 2021. A l’exception des produits de privatisation, le déficit budgétaire global va se chiffrer à 7,5% du PIB en 2020 contre 3,7% prévu avant l’épidémie.
 
Par ailleurs, la dette publique atteindra 75,2% du PIB contre 65% en 2019. Sur la période 2020-2024, les prévisions dévoilées indiquent une baisse progressive du déficit budgétaire se situant ainsi à 4,1% du PIB (contre 3,3% prévus avant la pandémie). Suite aux effets ravageurs de la Covid-19, le déficit du compte courant se creusera significativement en 2020, avant de diminuer à moyen terme, prévoit la Banque. Elle précise qu'il passera de 4,1% du PIB en 2019 à 8,4% en 2020 avec le net déclin des recettes d’exportation et touristiques, des transferts de fonds et des entrées de capitaux.

Les experts de la BM précisent également que les investissements directs étrangers seront en recul de 0,6% du PIB en 2020. Ils vont se redresser à moyen terme pour atteindre 2% du PIB. Concernant les réserves internationales brutes, on notera une baisse temporaire qui représentera 4,1 mois d’importation, avant de s’accroître pour atteindre 4,9 mois d’ici 2025.
 
Ceci dit, la Banque mondiale affirme que le Maroc a l’opportunité de construire une économie plus durable et résiliente en développant une stratégie d’adaptation, similaire à son approche sur le front de l’environnement.

  


Dans la même rubrique :
< >