L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   
Agora

L'énigme ukrainienne


Rédigé par MUSTAPHA SAHA le Jeudi 3 Mars 2022



Paris. Mai 2021. Mustapha Saha au théâtre de l’Odéon occupé,   cerné par les soldats.
Paris. Mai 2021. Mustapha Saha au théâtre de l’Odéon occupé, cerné par les soldats.
Paris. Mercredi, 2 mars 2022. Lors de la manifestation rituelle contre les mesures liberticides du samedi 26 févier 2022,  la banderole ouvrant le cortège, réalisée par le collectif Black Lines, décline en noir sur blanc une citation apocryphe de Jean Jaurès : « Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage ». Référence exacte : «Tant que, dans chaque nation, une classe restreinte possédera les grands moyens de production et d’échange, tant que cette classe pourra imposer aux sociétés qu’elle domine sa propre loi, qui est la concurrence illimitée, la lutte incessante pour la vie, le combat quotidien pour la fortune et le pouvoir, tant que cette classe privilégiée, pour se préserver contre les sursauts possibles de la masse, s’appuiera sur les grandes dynasties militaires ou sur certaines armées de métier des républiques oligarchiques, tant que le césarisme pourra profiter de cette rivalité profonde des classes pour les duper, les faire dominer l’une par l’autre, écrasant, au moyen du peuple aigri, les libertés parlementaires de la bourgeoisie gorgée d’affaires, le réveil du peuple,  cette guerre politique, économique et sociale des classes entre elles, des individus entre eux, dans chaque nation, suscitera les guerres armées entre les peuples… Cette société violente et chaotique, même quand elle veut la paix, même quand elle est à l’état apparent de repos, porte en elle la guerre comme la nuée dormante porte l’orage » (Jean Jaurès, Discours à l’Assemblée nationale, 7 mars 1895). Depuis le 24 février 2022, les bombes grondent de nouveau sur le continent européen. Une guerre froide dégelée, réchauffée, portée à ébullition.

Aucun totalitarisme ne peut être défendu contre un autre. Toutes les autocratiques mégalomanies se valent. Tous les impérialismes s’équivalent. La folie des grandeurs est la maladie commune de tous les tyrans, à quelqu'échelle qu'ils sévissent, du despotisme municipal au césarisme mondial. L'absolutiste se place d'emblée au-dessus des lois pour imposer sa seule et unique volonté. Le monde n'existe que parce qu'il s’en proclame le maître. Il accapare tous les pouvoirs et persécute les détenteurs du savoir. Il traite ses alliés comme des corsaires et ses amis comme des adversaires. Et quand il est gavé d'omnipotence, il dégorge ses déboires sur ses derniers serviteurs, creuse sa propre tombe et, par avance, édifie un mausolée à sa gloire.

Anatole France adresse à Marcel Cachin une lettre qui paraît dans L’Humanité du 18 juillet 1922. Il le prie de signaler le livre Les Hauts fourneaux de Michel Corday. La guerre est essentiellement l’œuvre des hommes d’argent, qui la veulent, la rendent nécessaire, l’engagent, la prolongent. Ils mettent leur fortune en jeu, en tirent d’immenses bénéfices, se livrent avec tant d’ardeur qu’ils massacrent aveuglément leurs contemporains, ravagent leur pays, se saccagent eux-mêmes et disloquent le monde.« Ces hommes-là, ils ressemblent à leurs hauts fourneaux, à ces tours féodales dressées face à face le long des frontières, dont il faut sans cesse, le jour, la nuit, emplir les entrailles dévorantes de minerai, de charbon, afin que ruisselle au bas la coulée du métal. Eux aussi, leur insatiable appétit exige qu’on jette au feu, sans relâche, dans la paix, dans la guerre, et toutes les richesses du sol, et tous les fruits du travail, et les hommes par troupeaux, par armées, tous précipités pêle-mêle dans la fournaise béante, afin que s’amassent à leurs pieds les lingots, encore plus de lingots, toujours plus de lingot. Oui, voilà bien leur emblème, leurs armes parlantes, à leur image. Ce sont eux les vrais hauts fourneaux ! » (Michel Corday, Les Hauts fourneaux, éditions Flammarion, 1922). « Ceux qui meurent dans la guerre ne savent jamais pourquoi ils meurent. Ils croient mourir pour la patrie, ils meurent pour des industriels. Ces maîtres de l’heure possèdent les trois choses nécessaires aux grandes entreprises modernes : des usines, des banques, des journaux, trois machines broyeuses de l’humanité. La haine d’un peuple, de tout un peuple, s’étend avec une violence inouïe, une haine qui ne s’éteint pas avec la paix, qui perd tout sens des réalités, une haine forgée par les grands journaux, une haine qui ne souffre aucune dissidence, ne pas la servir, c’est la trahir. Ils réussissent à entretenir une haine contre un peuple composé de millions d’individus différents, dont aucun ne ressemble aux autres, dont un nombre infiniment petit a seul voulu la guerre, dont un nombre moindre encore en est responsable, dont la masse innocente souffre mort et malheur » (Anatole France, Lettre à Marcel Cachin, directeur de l’Humanité, Juillet 1922) .

Le journal Les Echos daté du lundi 28 février 2022 titre : « Les valeurs de Défense s’envolent à la bourse de Paris ». Les investisseurs se ruent sur les actions de Dassault Aviation, Airbus, Safran,  Thales,  Egide, NSE, CS Group jusqu’à présent délaissées  en raison de leur mauvaise image sociale. On achète aux éclats du canon pour vendre aux modulations du clairon. Les dividendes de la guerre font chanter les jets privés et les yachts. Des philanthropies providentielles alimentent le cataclysme. S’offrent prodigalement fusils mitrailleurs et grenades antichars, missiles antiaériens et lance-roquettes, chars de combat et chars lance-flammes, équipements électroniques, cybersécurité, systèmes embarqués en attendant les armements lourds. De nombreux milliardaires profitent de la crise covidaire pour doubler, tripler, quadrupler leur fortune. Les capitalistes prédateurs prennent le relais avec une vraie guerre. Les propagandes bellicistes, de tous côtés, tournent à plein régime.

Racisme déclaré. Des étudiants africains, marocains, tentent de fuir la guerre actuelle. Ils sont malmenés, bloqués, empêchés de monter dans les trains par les soldats ukrainiens. Le franchissement des frontières  se réserve aux blancs. L’armée pratique ouvertement le tri racial. Addis Abeba. 28 février 2922. Déclaration de l’Union Africaine sur les mauvais traitements infligés aux Africains qui tentent de quitter l’Ukraine. « Les mauvais traitements, choquants, racistes, inacceptables, que subissent les Africains voulant fuir la guerre d’Ukraine, violent le droit international. Toute personne a le droit de franchir les frontières pendant un conflit, quelque soit sa nationalité et son appartenance ethnique ».

L’Ukraine le bon alibi, zone tampon entre deux empires, réserve convoitée de céréales avec des terres exceptionnellement fertiles, des sous-sols gorgés de ressources naturelles, uranium, titane, fer, manganèse, racines économiques de conflits interminables. Une poignée d’oligarques, alliés aux américains, accaparent les richesses. Petits salaires et profits inégalables. Une guerre chronique depuis trois décennies. Exterminations de civils. Nettoyages ethniques. Cent cinquante mille victimes. Pour la  mythologie hollywoodienne, l’Ukraine  est une gentille pucelle démocratique face au méchant cannibale russe. Néolibéralisme triomphant. Le parti communiste est interdit de fait. Liberté d’expression sous contrôle. Journalistes sous menaces. En 2021, trois médias d’opposition sont privés de licence sur décret présidentiel. En 2015, des  lois mémorielles réhabilitent des groupes nazis comme l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens coupable de génocide. Chaque premier janvier depuis une dizaine d’années, des marches aux flambeaux fascistes rendent hommage à Stepan Bandera, collaborateur hitlérien pendant la Seconde guerre mondiale. Les néo-nazis défilent en uniforme dans les grandes villes.  Le mouvement Svoboda affiche un drapeau avec le logo SS Das Reich, en référence à  cette  unité germanique  responsable de massacres monstrueux. Le chef néonazi de Svoboda, Andriy Parubiy, est  président du parlement ukrainien entre 2016 et 2019. Les groupes paramilitaires d’extrême-droite, armés par le gouvernement ukrainien, sont en en première ligne pendant l'insurrection de 2014, dont le bataillon Azov, un régiment de huit cents combattants avec ses propres véhicules blindés, son artillerie, sa compagnie de chars. Comme jadis, quiconque prône la paix est accusée d’être avec l’ennemi. Du côté russe, il suffit de manifester contre la boucherie annoncée pour se voir arrêter. Du côté occidental, il suffit de refuser l’escalade militaire pour être taxé de poutiniste. La lucidité se noie dans le  manichéisme. Que sait-il Poutine, semeur d’orage, des maîtres de la tempête ?  La gauche européenne participe à la surenchère belliqueuse. Les va-t-en-guerre médiatiques attisent le chaudron. Les écologistes soi-disant pacifistes dévoilent leur visage atlantiste. En décrétant les pires sanctions économiques, en envoyant des armes de toutes sortes, les européens sont déjà en guerre contre la Russie. L’Ukraine est désormais un front de guerre mondiale.

 


Mustapha Saha
Sociologue, poète, artiste peintre


Bio express
 
Mustapha Saha,  sociologue, poète, artiste peintre,  cofondateur du Mouvement du 22 Mars et figure historique de Mai 68. Ancien sociologue-conseiller au Palais de l’Elysée. Nouveaux livres : « Haïm Zafrani. Penseur de la diversité » (éditions Hémisphères/éditions Maisonneuve & Larose, Paris, 2020), « Le Calligraphe des sables », (éditions Orion, Casablanca, 2021).
 



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 29 Novembre 2022 - 11:55 ELUCUBRATION D’UN ALFICIONADO






🔴 Top News