Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

L’Opinion : Quand on aime le cinéma, on reste à la maison


Rédigé par Abdallah BENSMAÏN le Mercredi 6 Janvier 2021


L’Opinion : Quand on aime le cinéma, on reste à la maison
Ce n’est peut-être pas encore irréversible, mais les habitudes de consommation culturelle changent. La pandémie du Coronavirus qui a obligé la population mondiale à se calfeutrer chez elle semble même servir d’accélérateur.

Allez voir un film dans une salle de cinéma relevant de l’impensable, les plates formes cinématographiques se multiplient. Elles offrent des catalogues impressionnants par le nombre de films qu’elles mettent à la portée des cinéphiles qui devront les regarder quelque part en solitaire. Ce qui n’est pas dans l’esprit du fameux slogan « Quand on aime la vie, on va au cinéma ». Le champion toutes catégories du cinéma à domicile reste - et pour longtemps, semble-t-il - Netflix qui propose l’accès à sa plateforme moyennant des abonnements à des prix dérisoires.

Netflix n’est pas une simple plateforme de diffusion : elle produit également films et séries à un rythme industriel comme elle achète les droits de diffusion auprès des cinéastes indépendants auxquels les voies d’Hollywood et du box américain sont fermées et ne risquent pas de s’ouvrir dans un proche avenir. Le grand spectacle n’est pas et ne sera, peut-être, plus à l’écran de cinéma, au milieu de spectateurs divers, mais dans l’intimité et la solitude du salon, devant l’écran télé.

Netflix n’est pas seul à la manœuvre, Amazon est également à la fête, sans oublier HBO, Apple TV, YouTube Premium et Disney Plus, pour ne citer que la vague américaine qui déferle sur la planète.Au rayon Musique, itunes d’Apple, qui présente aussi un rayon livres, ne fait plus la loi, rejoint depuis quelques années par Spotify et Deezer. Si ces plateformes n’ont pas fait disparaître le métier de disquaire, elles semblent constituer une barrière infranchissable à sa résurgence.

Ce processus a un précurseur, du moins en France, c’est France Loisirs qui avait prospéré dans les années 70-80, une sorte de club de lecture avec une offre élargie à la musique et à la vidéo. Fondé en 1970 par le groupe Bertelsmann (groupe international de médias) et les Presses de la Cité (éditeur, connu pour ses collections policières), France Loisirs existe toujours et fait, aujourd’hui - évolution technologique et marketing oblige ! -, dans le… e-commerce des produits culturels !
Abdallah BENSMAÏN

  



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Juillet 2021 - 16:34 L'Opinion : Evitons les erreurs du passé