Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Edito & Chronique

L'Opinion : La balle sera bientôt dans notre camp


Rédigé par Majd EL ATOUABI le Mardi 26 Mai 2020


Othman El Ferdaouss, vient d’émettre un signal favorable à la reprise de l’impression et de la distribution des journaux sous leur format papier. L’annonce du ministre de la Culture a été faite sous la forme d’un simple avis et non pas sous celle d’une décision officielle. Au même titre que la recommandation émise le 22 mars par son prédécesseur El Hassan Abyaba concernant la suspension de l’impression et de la distribution des journaux qui avait été formulée, elle, sous la forme d’un appel au bon sens des éditeurs de journaux. Ceci pour dire que ces deux initiatives sont dénuées de tout effet contraignant. Avant même l’appel d’Abyaba, « L’Opinion » avait pris sa décision de suspendre son édition papier par pragmatisme commercial quant à l’évolution du marché de la presse aujourd’hui gravement frappé par la crise du Coronavirus. Mais également par responsabilité et engagement dans l’effort collectif contre la propagation de cette pandémie. Ce même pragmatisme et cette même responsabilité restent de mise puisque les mêmes effets demeurent qui génèrent les mêmes conséquences. 

La position de « L’Opinion » de ne pas reprendre son édition papier immédiatement découle de l’impératif de responsabilité et d’autogestion que nous impose la crise actuelle, pas seulement dans le secteur de la presse écrite, mais parmi l’ensemble de la société marocaine. Autrement dit, nul besoin de décisions ou de signaux de l’Etat pour prendre les décisions qu’impose cet impératif. S’il advient qu’elle se généralise parmi les Marocains et devienne un réflexe ancré dans nos moeurs, cette propension à la responsabilité et à l’autogestion serait sans nul doute le principal bénéfice de l’actuelle crise.  

En attendant, le 10 juin prochain, après avoir montré la voie et géré du mieux qu’il le pouvait les effets de cette crise globale et inédite, l’Etat lèvera l’état d’urgence sanitaire et se retirera partiellement du jeu pour nous laisser les manettes de cette autogestion dont dépend l’évolution de la pandémie sous nos cieux. La balle sera alors dans notre camp. Sachons en faire bon usage.

  



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 30 Juillet 2020 - 14:26 Résilience, innovation, espérance et relance