Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

L'Opinion : Enjeu électoral


Rédigé par Saâd JAFRI le Mardi 8 Juin 2021


L'Opinion : Enjeu électoral
Plus que trois mois nous séparent des élections communales, régionales et législatives. Un rendez-vous dont les marocains attendent le pire comme le meilleur. Le pire serait un abstentionnisme de masse, tandis que le meilleur serait une adhésion importante des électeurs, dont résulterait la tant attendue alternance démocratique.

Les enjeux sont multiples. Les prochains scrutins auront le grand défi d’apporter des réponses concrètes aux mille et une lacunes dont souffrent les sphères économiques et sociales de notre pays, notamment en suivant les grandes lignes du nouveau modèle de développement et en actant la rupture avec un système ultra-libéral, qui a clairement montré ses limites. Une orientation politique et économique qui n’a fait qu’accentuer les disparités sociales et territoriales en faveur d’une petite poignée de la société et qui a creusé davantage le fossé abyssal entre les différentes strates de la société, classant le Maroc parmi les pays les plus défaillants en matière d’égalité des revenus.

Pour les fanatiques des statistiques, il est à noter que près de 80% des Marocains se partagent moins de la moitié de la richesse nationale et 20% d’entre eux s’accaparent tout le reste. Le constat est donc sans appel.

Les prochaines législatives devront également dévoiler des mécanismes concrets en mesure d’assurer l’accès aux opportunités économiques et aux emplois décents, surtout dans une conjoncture qui fait planer l’ombre du déclassement social sous nos cieux.

Mais le plus grand enjeu reste celui de la confiance. Le premier défi des partis politiques durant les prochaines échéances, c’est de rétablir le capital sympathie et la confiance de la population qui ont été réduits en peau de chagrin durant la dernière décennie. En témoigne le faible taux de participation aux élections législatives ou territoriales, qui reflète à quel point les électeurs, particulièrement les jeunes, sont politiquement apathiques. Pour redresser la barre, la sincérité de l’action et de la rhétorique est de mise.

Il faut à tout prix éviter de donner de faux espoirs aux Marocains et ne pas profiter de leur bonne foi. Car les élections 2021 sont la dernière chance de fermer la plaie qui affecte la prospérité de la nation.
 
Saâd JAFRI

  



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 22 Juin 2021 - 15:58 Banques : l’heure de vérité approche