Menu
L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal




International

L’OMS minimise le risque de propagation


24 Mai 2022

Le virus de la variole du singe circule dans certains Etats africains de manière endémique depuis plusieurs années. Un arrêt de la vaccination anti-variolique pourrait avoir favorisé l’émergence du virus dans des pays occidentaux.



L’OMS minimise le risque de propagation
L’Organisation mondiale de la santé a minimisé le risque de propagation du «monkeypox», dont les pays du monde entier ont commencé à signaler des cas.

Richard Peabody, qui dirige l’équipe des agents pathogènes à haut risque de l’OMS en Europe, a déclaré que l’organisation ne pense pas que l’épidémie de monkeypox en dehors de l’Afrique justifie le lancement de campagnes de vaccination de masse, car d’autres mesures, telles qu’une bonne hygiène personnelle et un comportement sexuel sûr, contribueront à contrôler sa propagation.

Richard Peabody a déclaré à «Reuters» que les approvisionnements immédiats en vaccins et antiviraux sont relativement limités. Ces commentaires interviennent alors que les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis ont annoncé qu’ils étaient en train de libérer des doses du vaccin Genius, à utiliser avec les cas de monkeypox.

Lundi, le gouvernement allemand a déclaré qu’il étudiait les options disponibles en matière de vaccination, et la Grande-Bretagne avait vacciné ses travailleurs de la santé. Les autorités de santé publique d’Europe et d’Amérique du Nord examinent plus de 100 cas suspects ou confirmés d’infection virale, la pire épidémie du virus en dehors de l’Afrique, où elle est endémique.

Vers une isolation des contacts ?

Peabody a déclaré que les mesures de base pour contrôler l’épidémie sont de rechercher et d’isoler les contacts, notant que le virus ne se propage pas très facilement et n’a pas encore provoqué l’émergence d’une maladie grave. Il a ajouté que les vaccins utilisés pour lutter contre la variole du singe peuvent entraîner des effets secondaires graves.

La cause de l’épidémie n’est pas claire, car les scientifiques cherchent à comprendre la source des cas et si quelque chose a changé dans le virus. Rosamund Lewis, directeur de la gestion de la variole pour le programme d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé, a déclaré lundi que l’organisation n’avait aucune preuve que le virus du monkeypox avait muté.

La maladie du monkeypox provoque initialement une température élevée et évolue rapidement vers une éruption cutanée avec des écailles. Ce qui inquiète les experts, c’est l’émergence simultanée d’infections dans plusieurs pays chez des personnes, dont la plupart n’avaient aucun lien direct avec les pays où la maladie est endémique.







🔴 Top News