L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


Agora

L'Humeur : Montreux, ses stars et Rory Gallagher


Rédigé par Anis HAJJAM le Samedi 4 Mai 2024



L'Humeur : Montreux, ses stars et Rory Gallagher
Pendant mes années à 2M, lorsqu’elle ressemblait à une chaîne de télévision, j’étais amené à couvrir l’un des plus prestigieux festivals de jazz du monde. Cela s’est concrétisé grâce à mon directeur des Programmes de l’époque, feu Alain Maneval. Je m’y rendais, c’était en Suisse, à Montreux. Le line-up était simplement déstabilisant. Avec le patron du festival, Claude Nobs, (ami d’Alain), les portes s’ouvraient comme par enchantement. Et j’y allais avec ma belle équipe de tournage pour pêcher des voix, réaliser des interviews. Et j’en ai réalisées pendant les quatre années de ma couverture d’un festival qui s’ouvrait de plus en plus à des musiques largement éloignées du jazz. Je me rappelle encore et encore du concert très rock de Robert Plant (ancien chanteur et parolier de Led Zeppelin) montant sur scène, faisant son walk, chantant son premier titre en hommage à « the people from Marrakech ! » Et par la même occasion, il portait un t-shirt sur lequel était imprimé le visage illuminé de la légende égyptienne Abdelhalim Ha d. Un moment fort qui a envoyé mon réalisateur sur le tapis. A Montreux, j’ai eu des légendes en conversations lmées : Dizzy Gillespie, Shaka Kahn, Pat Methney, George Benson, Al Jarreau, George Duke, e Neville Brothers, Chick Corea, Quincy Jones, Dee Dee Bridgewater, BB King, Etta James, Herbie Hancock, John McLaughlin… Mais une rencontre m’a grandement marqué, celle avec le bluesman irlandais Rory Gallagher. C’était en 1994, il s’est éteint l’année suivante. Arrivant dans sa chambre, notre lieu de rendez-vous, j’étais accueilli par son frère devenu son manager. Rory était sur la pente descendante. Il était content de me montrer ses nouvelles acquisitions, une guitare acoustique et un harmonica. Après l’interview, il m’a salué en faisant des gestes japonais. Je suis parti, c’était le lendemain de son concert. 



Dans la même rubrique :
< >