Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Khouribga / Communales : Attentes de la capitale mondiale du phosphate


Rédigé par ELAZHAR le Lundi 27 Septembre 2021

La fièvre des communales s’étant calmée sur un air de bonheur, le candidat istiqlalien ayant été élu président du Conseil communal après plusieurs années de saisons sèches.



Khouribga / Communales : Attentes de la capitale mondiale du phosphate
En effet, les habitants de Khouribga n’ont jamais cessé de dénoncer l’incapacité des anciens élus à réaliser les projets qu’ils avaient scandés dans leurs discours électoraux. Ainsi, ils exigent des nouveaux élus plus de disponibilité pour répondre à leurs attentes, plus de considération de leurs doléances et surtout plus de visibilité quant à ces projets de développement qui n’avaient jamais quitté les tiroirs...

Aujourd’hui encore, les citoyens et la société civile regrettent vivement l’enterrement du projet de la Mine Verte qui consistait en la transformation en sites touristiques et urbanistiques d’anciennes infrastructures minières de la ville de Khouribga dans le cadre d’un développement durable intégré.

Ce projet qui devait proposer des offres touristiques et donc des opportunités d’emploi d’environ 200.000 Jours/hommes d’emplois en phase de construction et plus de 1300 emplois fixes en phase d’exploitation, en plus d’un potentiel de près de 5000 emplois.

En gros, les citoyens khouribguis ne cessent de rappeler que la capitale mondiale du phosphate se ruralise à l’image de ces espaces verts, dont le village OCP, laissés à l’abandon, de ces marchés de proximité squattés par les clochards, de cette forêt domaniale ravagée par l’immobilier, de cette piscine municipale devenue la risée de la ville, de ce complexe sportif qui ne verra jamais le jour, de ces abattoirs crasseux et nauséabonds, de ce marché de gros qui n’en a que le nom, de cet hôpital provincial source de tous les scandales dont l’hôpital du jour qui ne verra peut-être jamais le jour, de ce projet de création d’une nouvelle zone industrielle et enfin de cette crotte de cheval qui salit la cité phosphatière d’un bout à l’autre…

Khouribga a toujours été victime des luttes intestines qui sévissaient au sein de son conseil communal et des blocages de projets pour des raisons aussi absurdes et des débats byzantins et stériles qui en résultaient.

Aujourd’hui et dans tous les cas, Khouribga attend du nouveau conseil communal présidé par le parlementaire Mohamed Zekrani de raviver les espoirs et surtout de rattraper le temps perdu par… la lanterne.

ELAZHAR