Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Kaspersky : Quand l’organisation traditionnelle du travail n’est plus souhaitable


Rédigé par S. M le Mercredi 25 Novembre 2020

Kaspersky vient de rendre publics les résultats d’une enquête conduite en octobre 2020 dans plusieurs pays, révélant que près des trois quarts des employés souhaitent repenser les méthodes de travail antérieures à la crise de la Covid-19



Kaspersky : Quand l’organisation traditionnelle du travail n’est plus souhaitable
Les salariés au niveau mondial espèrent façonner l’avenir de l’entreprise selon leurs conditions. En tête des avantages induits par la crise actuelle et que les employés veulent conserver : passer plus de temps avec ses proches (47%), économiser de l’argent (41%) et pouvoir travailler à distance (32%).

Interrogeant les envies des travailleurs quant au « monde d’après », l’étude Kaspersky montre que près de 39 % des salariés au niveau mondial souhaitent à l’avenir abandonner un fonctionnement en horaires de travail fixes. 34% des salariés au niveau mondial sont par ailleurs prêts à tourner le dos au principe de bureaux fixes, en présentiel donc. Enfin, parmi l’ensemble des salariés interrogés, environ un tiers (32%) veut mettre fin à la semaine de cinq jours.

Aspects positifs de la Covid
L’étude Kaspersky questionne également les aspects positifs que les salariés tirent de la pandémie de Covid-19 et de la nouvelle organisation du travail qu’elle a engendrée. Les résultats montrent ainsi que le temps passé en famille (47%), les économies réalisées (41%) et la possibilité de travailler à distance (32%) constituent les trois plus grands avantages découlant de la situation actuelle. En résumé, il apparaît que beaucoup d’avantages cités en priorité par les répondants ont en commun la recherche de nouvelles possibilités d’enrichissement personnel en dehors du travail et d’un équilibre entre vie professionnelle et vie privée. 

Un soutien technologique s’impose
En effet, plus d’un tiers des salariés au niveau mondial (38%) attendent un soutien technologique plus important de la part de leurs organisations lorsqu’ils travaillent à distance. La nécessité de fournir les outils et la technologie adéquate pour que les employés puissent travailler efficacement, avec une bonne connexion à distance et protégés des cybermenaces, n’a ainsi jamais été aussi grande.

Kaspersky, pour aider les organisations à assurer la sécurité informatique de leurs salariés, même à distance, recommande de donner aux employés les moyens d’être plus au fait des bonnes pratiques en matière de cybersécurité. Elle a indiqué qu’il est nécessaire de renforcer les connaissances en sécurité informatique de ses collaborateurs grâce à des plateformes de sensibilisation comme Kaspersky Automated Security Awareness Platform, et de mettre en place des mesures de protection pour sécuriser les informations et les appareils de l’entreprise, notamment via une protection par mot de passe, le cryptage des appareils de travail et la sauvegarde régulière des données. Enfin, Kaspersky insiste sur le fait d’assurer la protection informatique des salariés quel que soit l’appareil qu’ils utilisent et le lieu où ils se trouvent, avec des dispositifs tel que Kaspersky Endpoint Security Cloud.

S. M