Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

J.O. 2021 : Les quatre mousquetaires du saut d’obstacles marocain sont qualifiés


Rédigé par Hajar LEBABI le Dimanche 6 Décembre 2020

Ils l’ont fait et avec brio ! L’équipe de cavaliers a décroché sa place aux prochains Jeux Olympiques de Tokyo. Immersion dans leur univers très… équestre.



J.O. 2021 : Les quatre mousquetaires du saut d’obstacles marocain sont qualifiés
Mission accomplie pour les cavaliers du Royaume. L’équipe marocaine de saut d’obstacles est désormais qualifiée pour les Jeux Olympiques (JO) de Tokyo 2021.

Une véritable fierté pour Abdelkebir Ouaddar, Ghali Boukaa, Ali Al Ahrach et Samy Colman, les cavaliers de l’équipe nationale, qui se sont donné corps et âme pour garantir cette qualification. Ce sentiment de soulagement se lit sur les visages des quatre cavaliers qui nous ont accueillis, mercredi 2 décembre, au siège de la Fédération Royale Marocaine des Sports Equestres (FRMSE) à Dar Essalam.

Arrivés sur place, les champions étaient réunis non loin des écuries où se faisaient choyer leurs compagnons de fortune. Comme nos cavaliers, ces chevaux racés ne passent pas inaperçus et l’alchimie avec les cavaliers saute aux yeux. « Le cheval est avant tout un ami qui vous reconnaît et vous fait confiance. Nous avons tous un lien particulier avec notre cheval», nous explique Ghali Boukaa. «Il ne suffit pas de mettre la scelle, le filet et tourner le contact pour démarrer. Nos chevaux sont comme des chiens de maison, ils sont toujours contents de nous voir. Il est important de créer ce lien entre cavalier et cheval. C’est comme notre enfant, nous faisons donc tout pour qu’il soit bien et pour qu’il nous le rende en épreuve», poursuit Boukaa.

Une qualification méritée
La qualification de l’équipe marocaine n’est pas une coïncidence, compte tenu des efforts fournis par l’équipe et la Fédération tout au long de cette période, marquée par la propagation de la pandémie. «Tout a été organisé au petit détail près. Nous avons été confinés au début de la pandémie dans les infrastructures de la fédération et tous les moyens pour se protéger étaient disponibles. Au milieu de la pandémie, nous sommes allés nous installer en Europe pour continuer nos entraînements et nos compétitions. Nous avons établi le meilleur planning pour avoir cette qualification, et le plutôt possible», souligne le cavalier Ali Al Ahrach.

On peut d’ailleurs voir les jeunes, qui aspirent suivre les pas de nos champions, qui s’attellent à leur entraînement. Une preuve marquante de la montée en notoriété que gagne ce sport au Maroc. «La famille équestre s’agrandit de plus en plus grâce aux efforts fournis par la Fédération et par le président Moulay Abdallah Alaoui. Je pense qu’elle deviendra un jour aussi populaire que le foot au Maroc», espère le champion Al Ahrach. «Il y a de plus en plus de jeunes qui s’intéressent à ce sport, et je les encourage parce que c’est un plaisir de communiquer et de vivre au quotidien avec le cheval. C’est une sensation qu’on ne peut expliquer», ajoute-t-il.

Il faut dire que ce sport équestre, peu médiatisé auparavant, gagne de plus en plus le grand public marocain dans la scène sportive. C’est grâce à un travail de fond consenti par la fédération afin de lui donner la place qu’il mérite. «Le public ne voit que le parcours d’une minute, mais la réalité est que cela implique de longues heures d’entraînement quotidien. Il y a des gens qui travaillent dans l’ombre, dont les vétérinaires, les grooms et le staff fédéral. Il y a tout un travail pour cette minute de gloire», explique Ali Al Ahrach. 

Cette qualification tant espére par nos champions n’est qu’un premier pas. Le meilleur reste à venir pour l’équipe nationale. «C’est avec une grande joie que nous avons fêté cette qualification, qui est, pour nous, historique. Abdelkebir Ouaddar, le pilier de la sélection, avait participé à titre individuel auparavant. Cette fois-ci, nous allons partir en équipe et nous en sommes très fiers. L’objectif est de bien représenter notre pays et d’atteindre une bonne place dans le classement. Nous allons tout faire pour y arriver» insiste le cavalier Ali Al Ahrach.

Cette nouvelle participation rend compte du très haut niveau des cavaliers marocains et du dévouement des adeptes des sports équestres ainsi que de la Fédération, à représenter le Royaume sur la scène internationale et aux Jeux Olympiques.

Hajar LEBABI

3 questions à Ghali Boukaa

Ghali Boukaa
Ghali Boukaa
«Notre objectif est de marquer notre participation et d’avoir une place honorable aux Jeux Olympiques»

Le cavalier de l’équipe nationale de saut d’obstacles Ghali Boukaa nous livre ses réflexions sur ce sport équestre.

- Que signifie pour vous la qualification aux Jeux Olympiques de Tokyo 2021 ? Est-ce que cela était facile en cette période de pandémie ?
- Cette participation signifie beaucoup pour nous parce que le rêve de tout athlète est de participer aux Jeux Olympiques. C’est mon rêve depuis que j’étais tout jeune. Nous sommes donc très contents de pouvoir participer et nous allons tout faire pour rendre notre pays fier de nous. Notre objectif est de marquer notre participation et d’avoir une place honorable aux Jeux Olympiques, mais aussi d’essayer de faire des concours 4 et 5 étoiles aux mois de février et mars et de se préparer au mieux et être prêts.

C’est sûr que nous avons été touchés par la pandémie. Aujourd’hui, le Maroc n’a pas organisé de concours officiel depuis à peu près 8 mois. Tout a été à l’arrêt et c’est une chose que nous comprenons pleinement. Aujourd’hui, nous sommes basés à l’étranger pour ne pas subir les effets de cet arrêt. J’espère qu’on va tourner la page en 2021.

- Pensez-vous que le saut d’obstacles a la popularité qu’il mérite au Maroc ?
- Je pense que Feue SAR la Princesse Lalla Amina a fait un énorme travail là-dessus, et aujourd’hui Moulay Abdallah Alaoui a repris le flambeau.Il faut énormément pour que ce sport soit populaire et vu par tout le monde. Je crois que le travail est fait depuis pas mal d’années déjà, c’est uniquement une question de temps.

- Comment l’équipe nationale se prépare-t-elle pour les Jeux Olympiques ?
- Notre entraînement se passe dans une grande écurie en Belgique. Nous faisons beaucoup de concours à l’étranger de niveau 3 étoiles. Notre qualification s’est faite en Espagne. Aujourd’hui, nous sommes arrivés au Maroc pour nous reposer, nous et les chevaux qui ont eu 4 ou 5 mois de compétition intense. Nous allons regagner l’Europe au mois de février pour essayer de continuer cette préparation et de progresser le plus vite possible.
Recueillis par H. L.

Repères

La victoire historique de Abdelkebir Ouaddar
Le cavalier marocain Abdelkebir Ouaddar, montant « Quickly de Kreisker », avait remporté le Grand Prix du Saut Hermès en mars 2016. Une victoire historique aux niveaux national et international grâce à une performance remarquable. Ouaddar, âgé de 53 ans et 44ème mondial, succède au palmarès de ce Grand Prix au Suisse Romain Duguet, vainqueur de l’étape de Helsinki de la Coupe du Monde 2015. Le Marocain, sacré avec Quikcly de Kreisker meilleur couple 2015 par la Fédération équestre internationale (FEI), s’est imposé à Paris en 36 secondes 40 centièmes après un parcours sans faute en match barrage.
Qu’est-ce qu’un concours de saut d’obstacles ?
Le saut d’obstacles est l’une des disciplines les plus répandues et les plus pratiquées à travers le monde. La passion des cavaliers de la discipline vient de son sens du dépassement de soi et de son côté surprenant. Le saut d’obstacles consiste à franchir, sans les renverser, des obstacles de couleurs et de formes différentes suivant un ordre de parcours, le plus rapidement possible. C’est surtout une question de complicité avec le cheval, de dressage et d’équilibre. L’impulsion, la maîtrise de la trajectoire, la vitesse et l’agilité sont les critères essentiels pour un parcours sans pénalités.