Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Italie : Occasions ratées pour la Juventus, l’Inter et Milan


le Lundi 9 Novembre 2020

Ces nuls en série en Serie A font les affaires de l’équipe de Naples, de retour sur le podium



Italie : Occasions ratées pour la Juventus, l’Inter et Milan
La Juventus et l’Inter Milan, rejoints en fin de match par la Lazio (1-1) et l’Atalanta (1-1), ont raté l’occasion de marquer les esprits face à la concurrence dimanche dans une Serie A toujours dominée par l’AC Milan, qui n’a pas non plus réussi à battre en soirée Vérone (2-2).

Ces nuls en série font les affaires de Naples, de retour sur le podium (3e) grâce à une tête gagnante de Victor Osimhen à Bologne (1-0), et de l’AS Rome, 4e grâce aux trois buts de Henrik Mkhitaryan au Genoa (3-1). 

Ibrahimovic, ombre et lumière 
L’AC Milan, trois jours après la gifle reçue face à Lille (0-3) en Ligue Europa, a montré davantage de répondant pour redresser un match mal parti. Zlatan Ibrahimovic a arraché l’égalisation dans le temps additionnel, se rachetant d’un penalty manqué (65e). 

Les Rossoneri préservent leur invincibilité et un matelas de deux points sur leur dauphin Sassuolo, qui avait également concédé le nul (0-0) vendredi à domicile face à l’Udinese.

Menés 2-0 après moins de vingt minutes après deux coups de pieds arrêtés, ils auront rassuré Stefano Pioli sur leur capacité de rebond: «On a eu une belle réaction, nous sommes une équipe forte, mais il y a des plus fortes que nous, comme la Juve, l’Inter et Naples», a commenté l’entraîneur. Ibrahimovic en profite pour conforter sa première place au classement des buteurs (8 buts), malgré son penalty raté, le deuxième de suite après celui contre le Sparta Prague en Ligue Europa: «le prochain (...), je le laisse à Kessié, c’est mieux comme ça», a-t-il assuré.

Lazio avec le «coeur»  
A Rome, face à la Lazio, la Juventus d’Andrea Pirlo a sans doute livré son match le plus abouti, dominatrice au milieu et rapidement devant grâce à Cristiano Ronaldo (6e but en Serie A).

Mais il lui a manqué quelques secondes pour contenir une Lazio abonnée aux fins de matches renversantes et sauvée une nouvelle fois par Felipe Caicedo (90+5e).

«On savait que quelque chose pouvait arriver en fin de match, la Juve s’était un peu arrêtée de jouer», a lâché le héros du jour, en l’absence du buteur Ciro Immobile, pour cause de Covid-19.

L’attaquant équatorien avait déjà arraché un point cette semaine en Ligue des champions face au Zenit Saint-Pétersbourg (1-1) et offert une victoire inespérée la semaine dernière face au Torino (4-3).

Pirlo, malgré tout «satisfait» du contenu, regrettera le 2-0 manqué par Ronaldo juste avant la pause (un poteau et un coup franc repoussé par Reina) avant de sortir en fin de match, touché à la cheville droite. Le Portugais devrait néanmoins pouvoir rejoindre sa sélection pour les matches internationaux.

Lukaku pas suffisant 
L’ambitieuse Inter d’Antonio Conte n’en a pas profité, punie elle aussi pour ne pas avoir su tuer le match à Bergame. Au but de Lautaro Martinez de la tête (58e) pour l’Inter a répondu celui de la recrue bergamasque Alekseï Miranchuk (79e). La «Dea» peut remercier son gardien Marco Sportiello, décisif face à Arturo Vidal (65e).

Le duel entre les deux grands déçus italiens de la semaine en Ligue des champions (défaite contre le Real Madrid pour l’Inter et face à Liverpool pour Bergame) a confirmé les difficultés des Milanais (7e), dont le rythme reste loin des objectifs (1 seule victoire en 8 matches).

Le retour de blessure de Romelu Lukaku, entré pour un quart d’heure, n’a pas suffi. «C’était plutôt un bon match, on n’a manqué ni de caractère ni d’organisation», a positivé Antonio Conte.

Naples et Rome profitent 
Avec sa victoire à Bologne, Naples (3e, 14 pts) revient sur le podium à un point du dauphin Sassuolo, en dépassant au passage la Juve (5e, 13 pts) et l’Atalanta (6e, 13 pts). Une bonne opération signée Osimhen, d’une tête imparable sur un centre de Lozano (23e).