Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Invasion de drones dans le ciel marocain


Rédigé par S.J le Mercredi 6 Mai 2020

Depuis le début du confinement obligatoire, les drones dans le ciel marocain, se font de plus en plus nombreux. Diffusion des messages d'alerte, détection des mouvements suspects, désinfection des lieux publics, ces robots volants se présentent aujourd’hui comme un outil efficace pour la lutte contre le Covid-19.



Surveillance aérienne des populations, diffusion de messages d'alerte, désinfection des espaces publics...Le Maroc développe tous azimuts l'usage des drones au nom de la lutte contre le nouveau coronavirus, en phase avec une tendance mondiale pour les solutions sans contact. «Il y a un vrai engouement», souligne Yassine Qamous, le directeur de «Droneway Maroc», qui distribue sur le continent africain les produits du leader mondial chinois DJI, «en quelques semaines, la demande a triplé au Maroc et dans d'autres pays de la région». Selon lui, le Maroc, qui utilise des drones depuis plusieurs années déjà, «figure parmi les pays les plus avancés du continent» dans ce domaine avec un tissu industriel dédié, un réseau de chercheurs mais aussi de pilotes agréés.
 
Surveiller par les drones
 
Depuis des années, les autorités administratives limitent les drones civils à quelques usages spécifiques, comme les tournages de cinéma, le traitement des surfaces agricoles, la surveillance des panneaux solaires ou les relevés cartographiques. Mais suite au Covid-19, les choses changent. Ces dernières semaines, les robots volants sont apparus dans plusieurs villes, où les autorités les utilisent pour diffuser des messages d'alerte, détecter des mouvements suspects dans les rues ou débusquer des rassemblements illégaux sur les terrasses des maisons. Ces robots volants ont donc rapidement émergé comme une technologie vitale pour les agences de sécurité publique pendant la crise puisqu'ils permettent de contrôler en toute sécurité les espaces publics.
Dans ce sens, la préfecture a lancé la semaine dernière un système de surveillance aérienne de haute précision développé par des ingénieurs d'un groupe local, Beti3D, jusque-là spécialisé dans la topographie.
 
Quid de l’innovation nationale ?
 
Comme la plupart des pays, le Maroc utilise avant tout des engins importés de Chine. Mais l'apparition de nouveaux besoins liés à la pandémie pousse au développement d'une production locale adaptée.
«Il y a une vraie demande», se réjouit Abderrahmane Krioual, le patron de Farasha, une start-up qui vient de lever des fonds pour développer à Rabat une ligne de production de drones «made in Morocco». La société Farasha Systems, qui spécialisée dans la maintenance industrielle intelligente a conçu deux drones, l’un capable de détecter les personnes présentant une température élevée et l’autre permettant de désinfecter les lieux publics.
 
Très en pointe dans le secteur, le département aéronautique de l'Université internationale de Rabat (UIR) a mis à disposition des pouvoirs publics son savoir-faire dès la fin mars, pour le déploiement de drones équipés de haut-parleurs ou de caméras infrarouge capables de détecter les mouvements nocturnes ou les températures des foules. «Quelques projets sont en cours avant généralisation dans tout le pays", explique Mohsine Bouya, directeur»Valorisation et transfert" à l'UIR.
 
Les équipes de l'UIR ont aussi développé des applications de traçage, mais «il faut attendre une législation conforme» pour les déployer, précise-t-il.
 
Ceci dit, l’ensemble des mesures prises par les autorités publiques, ont permis d’endiguer la propagation du virus dans le Royaume, qui aujourd’hui se présente un pays pionnier avec un Roi visionnaire dans la prise de décisions préventives.

( Avec AFP)

  


Dans la même rubrique :
< >