Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Interview avec Mohammed Abou Abdallah : Un premier syndicat à la rescousse des retraités

Mohammed Abou Abdallah, président du syndicat de la Fédération Nationale des Retraités


Rédigé par Safaa KSAANI le Jeudi 4 Mars 2021

L’amélioration des conditions sociales des retraités est dans l’agenda social du nouveau syndicat de la Fédération Nationale des Retraités qui vient de voir le jour.



Mohammed Abou Abdallah
Mohammed Abou Abdallah
- Vous venez d’être élu à la tête du syndicat de la Fédération Nationale des Retraités, récemment créée. Pouvez-vous nous parler de cette aventure ?

- D’abord, il convient de saluer le travail dévoué des retraités qui ont cumulé de longues années de loyaux services, toutes spécialités confondues. Ils méritent toute la reconnaissance de toute la population. La retraite n’est pas synonyme d’arrêt de travail, de défaite ou d’incapacités. Bien au contraire, c’est une période qui se distingue par l’expertise et par la sagesse, dont la société a fort besoin, qui doivent être exploitées. Par ailleurs, la forme de la pyramide des âges a changé, où le nombre des personnes âgées est en perpétuelle augmentation.

Selon le HCP, leur nombre atteindra 32,2%. Devant ces changements, l’Union Générale des Travailleurs Marocains (UGTM) a pensé à créer le syndicat de la Fédération Nationale des Retraités pour atteindre certains objectifs, dont l’amélioration des conditions de vie des retraités, et ce, conformément aux dispositions de l’Article 31 de la Constitution, qui prévoit que l’Etat, les établissements publics et les collectivités territoriales doivent faciliter l’égal accès des citoyennes et des citoyens aux conditions leur permettant de jouir de leurs droits.

- Quelles sont les grandes lignes de votre programme en tant que président de ce nouvel organisme qui défend les droits des retraités au Royaume ?

- Devant l’absence de la culture de la reconnaissance envers cette catégorie de la population, et l’absence des bonnes conditions de vie leur permettant de mener une vie décente, telle que la réduction et la gratuité des transports, des soins et des médicaments, qui sont monnaie courante dans de nombreux pays étrangers.

A travers notre syndicat, nous mettrons en place des mécanismes capables de réinsérer ces personnes dans la société active et les faire participer dans des projets, à travers des formations. Nous évaluerons également les efforts fournis par l’Etat en faveur de cette catégorie, étudierons des outils et des plans de travail pour assurer une égalité sociale. De par ses membres et son réseau, le syndicat est le seul moyen pour y parvenir, malgré les efforts louables et salutaires fournis par les associations actives dans ce secteur. 

- En quelques mots, comment décrivez-vous la situation des retraités en période de confinement ?

- Les personnes retraitées ont eu des souffrances spécifiques, compte tenu de leur âge, de leurs modestes revenus et des difficultés d’accès aux administrations en cette période difficile. Avant le déclenchement de la pandémie, certains d’entre eux travaillaient en étant en retraite pour arrondir leurs fins de mois. Un complément de revenu dont beaucoup se sont privés avec le confinement.

Recueillis par Safaa KSAANI 

Syndicat de la Fédération Nationale des Retraités

Le premier président s’apprête à prendre les commandes
 
Un communiqué publié récemment par l’UGTM a fait savoir qu’une assemblée générale constituante du syndicat de la Fédération Nationale des Retraités s’est tenue au siège de l’Union.

A cette occasion, Mohammed Abou Abdallah a été élu, à l’unanimité, à la tête de ce syndicat, issu de l’UGTM.

“Ce syndicat est composé de syndicalistes et d’hommes politiques chevronnés. Le syndicat est représenté par une personne dans chacune des 12 régions du Royaume, où sont créés des bureaux régionaux et locaux, en coordination avec l’UGTM”, nous détaille Mohammed Abou Abdallah.

Parmi les objectifs de cet organisme qui défend les droits des retraités, le nouveau président nous liste : être à l’écoute des retraités, porter leurs demandes et leur parole mais aussi leur proposer des services spécifiques. “Cette catégorie de la population représente une grande richesse nationale qui peut être exploitée comme une force de proposition effective pour la réalisation de plusieurs projets de développement, notamment dans le cadre de la mobilisation et la participation de tous les partenaires sociaux dans le succès de la mise en œuvre du nouveau modèle de développement”, nous explique-til.

Par ailleurs, l’UGTM a pu au cours des dernières années mettre en place de nombreux projets au profit des retraités, dont la réduction de l’impôt sur les pensions et l’augmentation de la pension minimum, lit-on dans le communiqué. Or, malgré ces efforts, de nombreuses attentes exprimées par les retraités sont toujours en suspens face au mutisme du gouvernement, conclut-on.

S. K.

Repères

Retraite : taux de couverture élevé parmi les femmes
Selon les statistiques du HCP, près d’un actif occupé sur 4 (24,1%) est affilié à un système de retraite, 36,3% en milieu urbain et 7,1% en milieu rural. Le taux de couverture par un système de retraite est légèrement plus élevé parmi les femmes que les hommes, respectivement 27,5% et 23,1%. Cette proportion passe de 8,6% parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans à 27,7% parmi les personnes de 35 à 44 ans, et de 9,9% parmi les actifs occupés n’ayant aucun diplôme à 72,4% parmi ceux ayant un diplôme supérieur.
Plus de retraités dans les années à venir
Au niveau de la population, le fait majeur à retenir de l’édition 2020 sur « les indicateurs sociaux du Maroc» que publie régulièrement le HCP, réside dans l’amélioration continue de l’espérance de vie. Si dans les années soixante, le Marocain espérait, à sa naissance, vivre en moyenne 47 ans, son espérance de vie en 2019 s’est prolongée de plus de trente ans pour atteindre 76,4 ans. Ce changement dans l’espérance de vie s’est accompagné d’une transformation de taille de la pyramide démographique avec un élargissement au sommet (vieillissement de la population) et un rétrécissement à la base (réduction de l’indice synthétique de fécondité).
Activation de la Caisse nationale de retraites et d’assurances
Le Conseil de gouvernement a adopté, en février dernier, le projet de décret 2.21.06 portant sur la mise en œuvre de certaines dispositions du dahir n°1.59.301 du 27 octobre 1959 instituant une Caisse nationale de retraites et d’assurances. Ledit projet de décret, présenté par le ministre de l’Economie, vise, entre autres, à définir les conditions d’assurance autorisées par la Caisse nationale de retraites et d’assurances, relatives aux tarifs d’assurance agréés par la Caisse nationale de retraites et d’assurances, et à déterminer la contribution de l’assuré aux prestations techniques et bénéfices financiers que réalise la Caisse nationale de retraites et d’assurances par la cotisation de l’assurance autorisée.