Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Interview avec Fahad Almasri : «Le Polisario devrait être classé comme organisation terroriste»


Rédigé par Safaa KSAANI le Mercredi 24 Novembre 2021

Les manœuvres du Polisario sont claires aux yeux de la communauté internationale. Le Front de Salut National syrien demande à le classer parmi les organisations terroristes.



Interview avec Fahad Almasri : «Le Polisario devrait être classé comme organisation terroriste»
- Dans votre communiqué du 6 novembre, vous félicitez le Maroc à l’occasion du 46ème anniversaire de la Marche Verte, en exprimant votre soutien à son intégrité territoriale...

- Tout d’abord, nous tenons à adresser encore une fois nos plus chaleureuses félicitations à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, à l’honorable famille alaouite et au grand peuple marocain à cette occasion. Il est naturel et logique que nous exprimions avec force et sans aucune réserve notre position et notre soutien au peuple marocain et à son leadership avisé dans la défense de ses droits. Et ce, pour de nombreuses raisons. Premièrement, par loyauté et reconnaissance envers le Royaume du Maroc. Il s’agit d’un devoir moral résultant des valeurs humaines communes qui unissent les peuples syrien et marocain. Il s’agit également de confirmer que les abus du régime Al Assad sur le royaume et son soutien à ceux qui s’y opposent ne représentent pas la volonté du peuple syrien ni ses valeurs civilisées. La relation entre la Syrie et le Maroc est vieille de plusieurs centaines d’années. Et nous n’oublions pas que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a été le seul dirigeant arabe à avoir initié une visite à nos compatriotes réfugiés syriens dans le camp de Zaâtari en Jordanie en 2012 pour les consoler et exprimer sa solidarité avec eux. A cette occasion, il avait donné l’ordre d’établir un hôpital militaire et leur a envoyé un pont d’aide humanitaire. Nous apprécions également que le Maroc ait reçu plusieurs milliers de nos concitoyens en ne les traitant pas comme des réfugiés, mais comme des frères. Deuxièmement, nous considérons être aux côtés du Maroc comme un devoir national, car défendre l’unité nationale et territoriale du Maroc est une défense de l’unité nationale et territoriale de la Syrie face à tout groupe terroriste et subversif qui vise l’unité, la sécurité, la stabilité et la croissance du pays et de ses citoyens. Nous soutenons fièrement la pleine souveraineté du Royaume du Maroc et sur l’ensemble de son territoire, et nous soutenons pleinement et sans réserve le droit du Royaume du Maroc à défendre sa souveraineté, son intégrité nationale et territoriale, et son droit de lutter contre toutes formes et types d’extrémisme et de terrorisme. Le Sahara marocain est une partie indissociable du territoire national marocain, et c’est une question non négociable. Les habitants du Sahara marocain sont des citoyens marocains. Notre position reflète également les intérêts multiples, grands, profonds et historiques qui lient les peuples syrien et marocain.

- De nombreux pays arabes ont ouvert leurs consulats dans les provinces du Sud du Maroc. Quelle lecture en faites-vous ?

- L’ouverture de missions diplomatiques par de nombreux pays arabes et étrangers dans le Sud du Maroc est une issue salutaire et un pas béni dans la bonne direction pour affirmer la souveraineté du Royaume sur l’ensemble de son territoire et la reconnaissance et l’approbation juridique, politique et morale de celle- ci. C’est un message clair au gang du Polisario et à ses partisans que leurs efforts pour menacer l’intégrité nationale et territoriale du Maroc ont lamentablement échoué.

- Dans différentes sorties médiatiques, vous réitérez votre appel à la communauté internationale pour qu’elle classe le Front Polisario comme groupe terroriste et traduise ses dirigeants devant la justice. Pourquoi ce positionnement ? Et pensez-vous que cela puisse se réaliser ?

- Le Polisario n’a jamais été un mouvement politique ou de défense des droits humains pour défendre les droits des habitants du Sahara marocain. Il ne peut être classé que comme un groupe de mercenaires à gages dépendant d’agendas non nationaux pour saper la souveraineté du Maroc. Le Polisario a été créé en conjonction avec la défaite des Espagnols au Sud du Maroc. Il n’a pas pris les armes pour défendre les Marocains et leur terre contre l’occupation espagnole. Au contraire, il a été formé et utilisé comme un outil par des parties étrangères pour porter des armes et commettre des actes terroristes et criminels. Aucun pays au monde ne peut accepter qu’un groupe armé qui adopte la violence, le terrorisme et l’extrémisme impose ses choix à ses citoyens par la force des armes, la violence et le terrorisme. Le Polisario a commis de nombreux crimes contre des civils et des militaires, et a pris un grand nombre de citoyens marocains dans le Sud comme otages, comme boucliers humains. Aujourd’hui, l’Etat marocain contrôle totalement plus de 80% des régions du Sud, et malgré cela, il s’est engagé dans une solution politique. Et c’est la preuve claire et tangible que le Maroc cherche déjà une solution politique. C’est la preuve d’une grande sagesse. Qualifier le Polisario d’organisation terroriste arabe, régionale et internationale est tout à fait possible. C’est une affaire qui ne demande qu’un effort diplomatique, et le Maroc en est capable. Et s’il n’a pas encore franchi cette étape, cela signifie qu’il est d’une grande sagesse. Le regretté grand Roi Hassan II, que Dieu bénisse Son âme, avait tout à fait raison lorsqu’il a dit : « Il ne faut pas perdre son temps à avancer des arguments de bonne foi face à des gens de mauvaise foi ».« Le Maroc continuera de vous surprendre ».

- Dans le même contexte, vous affirmez que le Front Polisario entretient des relations de coopération étroites avec les Gardiens de la révolution d’Iran, et qu’il est devenu en quelque sorte un «proxy» de l’Iran pour servir ses intérêts en Afrique du Nord. Comment en êtes-vous arrivé à cette conclusion ?

- Ce que nous avons révélé sur les relations entre le Polisario et les gardiens de la révolution iraniens n’est pas une conjecture ou une conclusion, mais plutôt des informations que nous possédons depuis de nombreuses années. Nous avions déjà mis en garde contre le rôle malveillant joué par l’Iran en Algérie pendant de nombreuses années à travers les médias algériens. Par exemple, nous avons précédemment mis en garde contre le rôle joué par l’officier des Gardiens de la révolution iraniens dénommé Amir Mousavi en Algérie à travers son poste de diplomate à l’ambassade d’Iran à Alger. Il a joué un rôle clé dans le processus de coordination entre le Polisario et la Garde. De nombreux éléments du Polisario ont été formés par le Hezbollah libanais chargé par Téhéran.

- Quel est l’intérêt pour un pays comme l’Iran d’entretenir des relations avec un groupe comme le Polisario ?

- L’Iran est un grand pays qui possède de très larges ambitions d’influence régionale et possède d’énormes capacités économiques et des plans stratégiques à long terme. Il utilise une partie de ses capacités pour créer de nombreux mouvements et groupes pour servir son projet d’influence régionale au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Sous prétexte de la religion, il s’incruste dans les sociétés arabes et islamiques. Un grand nombre d’étudiants arabes et musulmans étudient dans ses universités en vue de les « préparer » à son projet régional. Par conséquent, le Polisario est au service de son projet d’influence régionale. L’Iran a mis les mains et les pieds pour arriver au Maroc, en vain, après la gifle que l’Iran a reçue du Royaume du Maroc, qui a pris la décision courageuse et sage de rompre ses relations avec ce pays.

- Pensez-vous que le Maroc a un rôle à jouer dans le règlement de la crise syrienne ? Et quelles sont les dernières avancées sur le terrain ?

- Le Royaume du Maroc est un grand pays avec son peuple et son leadership. Il a un poids politique international absolument important. C’est l’un des principaux piliers de l’Ordre mondial. Il n’a pas d’agenda particulier en Syrie. C’est la raison pour laquelle nous comptons sur son rôle pour la construction d’une nouvelle Syrie. Le Royaume du Maroc a une présence importante, forte et jamais sous-estimée en Afrique, en Europe, aux États-Unis et dans le reste du Moyen-Orient. De plus, il entretient des relations solides avec les Russes. La Russie est actuellement considérée comme la force militaire la plus importante en Syrie, et le Maroc peut, grâce à ses relations équilibrées et fortes, jouer un rôle de premier plan dans l’imposition d’une solution politique en Syrie. Le Maroc pourra accueillir et parrainer la Réunion des Références Nationales en Syrie dans la ville marocaine Fès - une idée que nous avons proposée il y a plusieurs années à de nombreux grands pays - compte tenu des dimensions spirituelles et humaines profondes de cette ville, afin que ce forum soit le principal vecteur qui aboutisse à la rédaction du contrat social. La situation sur le terrain en Syrie est très dangereuse avec l’expansion et la pénétration iranienne et l’obstruction de l’horizon d’une solution politique. Plus de la moitié de la population syrienne est maintenant dans des camps de réfugiés. L’infrastructure de l’État et la plupart des villes syriennes ont été détruites. Aujourd’hui, plus de 85% des Syriens sont en dessous du seuil de pauvreté. Nous avons besoin d’une action urgente pour sauver la Syrie.