Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Impact du Covid-19 : Le Maroc risque de subir une dépression de son système bancaire pendant trois ans, prévient S&P


Rédigé par A. CHANNAJE le Jeudi 19 Novembre 2020

Sous l'effet de la crise du Covid-19, six pays africains, dont le Maroc, seront confrontés à des risques élevés dans leurs systèmes bancaires pendant au moins trois ans.



Impact du Covid-19 : Le Maroc risque de subir une dépression de son système bancaire pendant trois ans, prévient S&P
Dans son dernier rapport en date du 17 novembre, Standard and Poor’s souligne qu’en raison de la crise de Covid-19, six pays du continent - Maroc, Tunisie, Egypte, Kenya, Nigeria et Afrique du Sud - seront confrontés à des risques élevés dans leurs systèmes bancaires pendant au moins trois ans.

Standard and Poor’s identifie ainsi quatre principaux risques auxquels les banques de ces pays seront confrontées au niveau régional et mondial. Ces risques sont les suivants :
- Aggravation ou prolongation des effets de la pandémie sur l’économie ;
- Des séquelles à plus long terme du soutien accordé aux banques et aux emprunteurs ;
- Hausse probable de l’endettement et du nombre de défaillances d’entreprises ;
- Evolution de l’immobilier défavorable à la qualité de crédit des banques.

Pour le Maroc, S&P prévoit une dégradation de la qualité des actifs des banques, notamment dans des secteurs tels que le tourisme et la promotion immobilière. L'économie marocaine se contractera de 5,5% en 2020, avant de rebondir progressivement de 4,2% en moyenne en 2021 et 2022.

Quant au Nigéria, le rythme de la reprise du secteur bancaire souffrira d'une croissance lente (contraction du PIB de 3,8% en 2020 et de 2% en moyenne en 2021-2022), d'une dépréciation de la monnaie locale (naira) et de la volatilité des prix du pétrole.

En Tunisie, le coût du risque en 2020 et plus significativement en 2021-2022, pèsera à terme sur la rentabilité des banques.

Egypte et Kenya seront les plus touchés

D’après l’agence de notation américaine, l'Égypte et le Kenya seront les deux autres pays où le secteur bancaire sera le plus affecté par l'évolution de la pandémie.

Pour l'Égypte, le ralentissement économique entraînera des pertes de crédit plus élevées pour les banques. Ils passeront à 200 bps-240 bps en 2020-2021, en raison de l'impact de la pandémie sur les emprunteurs privés, en particulier les PME.

Le Kenya verra son déficit budgétaire atteindre près de 8% en 2020-2021. En outre, des déficits importants du compte courant entraîneront une augmentation significative de la dette extérieure. Cela entraînera des risques pour la reprise du secteur bancaire.

En ce qui concerne l'Afrique du Sud, le crédit total du secteur privé accusera une baisse significative de l’ordre de 80% du PIB jusqu'en 2021 (contre 87% en 2019) en raison de la forte récession économique. Selon les estimations de l'agence de notation américaine, le PIB réel se contractera de 8,2% en 2020, en grande partie en raison de l'impact de la pandémie, avant de rebondir de 5% en 2021.

Parallèlement, l'agence de notation américaine s'est montrée pessimiste sur le secteur bancaire mondial, qui pourrait connaître des moments plus difficiles dans les années à venir. « La reprise des systèmes bancaires dans le monde aux niveaux antérieurs à Covid-19 sera lente, incertaine et très variable selon la zone géographique », prévient S&P Global Ratings.
 
A. CHANNAJE