L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





International

Guerre en Ukraine : Les Russes poursuivent l’offensive


Rédigé par L'Opinion le Mardi 5 Juillet 2022

Vladimir Poutine a ordonné à ses forces de poursuivre leur offensive dans l’Est de l’Ukraine, au lendemain de la prise de Lyssytchansk.



Guerre en Ukraine : Les Russes poursuivent l’offensive
Les forces russes «doivent mener à bien leurs missions selon les plans déjà approuvés», a déclaré M. Poutine lors d’un entretien avec son ministre de la Défense Sergueï Choïgou, retransmis à la télévision. «J’espère que dans leurs secteurs tout se passera comme cela s’est passé à Lougansk», a-t-il ajouté. Ces déclarations interviennent au lendemain de l’annonce du retrait des forces ukrainiennes de la ville stratégique de Lyssytchansk, une prise qui parachève le contrôle de la région de Lougansk par les forces russes et les séparatistes mis en place par Moscou.

La région de Lougansk et celle, voisine, de Donetsk forment le Donbass, bassin minier de l’est de l’Ukraine que les forces de Moscou entendent conquérir dans son intégralité. Choïgou, le ministre russe de la Défense, a affirmé lundi que les forces de Moscou étaient en train de «procéder au déminage de la ville de Lyssytchansk». Après avoir revendiqué une victoire majeure en prenant le contrôle de toute la région orientale de Louhansk, les forces russes avancent maintenant vers l’ouest et deux villes majeures de la région voisine de Donetsk : Sloviansk et Kramatorsk.

A Sloviansk, l’inquiétude monte à l’approche des Russes, et Andriy Gerasymenko, un habitant interrogé devant sa maison déjà en ruine, a peur : «Je ne sais pas, je pense que ça va seulement empirer. Je pense déjà à partir. A mon avis il ne faut pas s’attendre à ce que les choses s’améliorent».

« Il faut du temps pour repousser les Russes »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a mis en garde que repousser l’envahisseur demanderait du «temps et des efforts surhumains». «Nous devons briser» l’ennemi, a lancé Volodymyr Zelensky dans son allocution quotidienne lundi soir, «c’est une mission difficile, qui nécessite du temps et des efforts surhumains. Mais nous n’avons pas d’autre choix». Il s’était exprimé un peu plus tôt par vidéoconférence à l’ouverture d’une conférence internationale à Lugano, en Suisse, pour préparer la reconstruction du pays. Ce sera «la tâche commune de tout le monde démocratique », a-t-il souligné.

Kiev a évalué le coût de ce chantier à 750 milliards de dollars. Lors de son allocution du soir, Volodymyr Zelensky a aussi expliqué avoir besoin de ces «fonds colossaux» pour aider la population, reconstruire les villes et infrastructures détruites par la guerre, mais aussi «préparer les écoles et universités pour une nouvelle année scolaire» et «se préparer pour l’hiver».

Son Premier ministre Denys Chmygal, qui avait pu faire le déplacement à Lugano, a exposé un plan «estimé à 750 milliards de dollars». La conférence doit s’achever ce mardi, alors que l’issue de la guerre déclenchée le 24 février par l’invasion russe de l’Ukraine reste incertaine.

Des armes de 1944 pour contrer les Russes

À la périphérie de Lyssychansk, désormais sous contrôle russe, les troupes ukrainiennes se retirent, fatiguées et frustrées d’avoir des armes obsolètes. Un soldat qui répare son char endommagé raconte Lysychansk : «C’était l’enfer, mais nous la reprendrons », dit-il. Un autre montre une vieille mitrailleuse utilisée pour contrer les Russes : «Venez voir», nous interpelle- t-il, «elle date de 1944, c’est écrit là».

Les alliés de l’Ukraine ont promis des armes modernes qui ont commencé à arriver sur la ligne de front, mais pas assez vite. À Kiev, la Première ministre suédoise Magdalena Andersson est venue apporter son soutien au président Zelensky. La Suède a déposé une demande officielle d’adhésion à l’OTAN et sa dirigeante a déclaré qu’une fois membre, elle soutiendrait une politique de porte ouverte pour admettre d’autres pays. Un message qui parle à l’Ukraine, désireuse d’adhérer à l’OTAN.


 


Un deuxième combattant français tué en Ukraine
 
Un combattant français a été tué en Ukraine le 25 juin dernier, selon une information rapportée mardi par la presse nationale. Il s’agit du deuxième combattant français à perdre la vie en Ukraine depuis le début de la guerre. Touché par un tir de l’armée russe aux abords de Kharkiv début juin, Adrien D., 20 ans, a succombé à ses blessures dans un hôpital de campagne, d’après les informations de la radio RTL.

Les médias français assurent qu’il s’était engagé le 1er Mars auprès de la légion internationale engagée en Ukraine pour repousser l’offensive russe. L’information a, par ailleurs, été confirmée par Damien Magrou, porte-parole de la légion internationale, à l’antenne de BFMTV mardi matin.

À noter que Wilfried Blériot, premier français tué après s’être engagé dans la guerre en Ukraine, était lui aussi membre de la légion internationale. Pour l’heure, le Quai d’Orsay n’a pas communiqué sur ce nouveau décès.
 



Dans la même rubrique :
< >






🔴 Top News










 
Other