L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






International

Guerre en Ukraine : La poursuite du conflit expose le monde à une crise alimentaire


Rédigé par La rédaction le Mercredi 16 Mars 2022

Plus le conflit russo-ukrainien s’enfonce dans le temps, plus le monde, ou du moins une grande partie de la population mondiale, fera face à une grave crise alimentaire.



Les cours élevés du gaz naturel à des niveaux record ont incité un grand nombre d'entreprises à réduire leur production à 45% de leur capacité de production totale, et cela s'est étendu aux entreprises qui produisent de l'urée et de l'ammoniac, qui sont des composants des plus importants dans l'agriculture. Une situation qui illustre la gravité des conditions actuelles sur l'approvisionnement alimentaire mondial.

"Il ne s'agit pas de savoir si nous allons vers une crise alimentaire, le problème est dans la gravité de la crise ", alerte Sven Holseither, directeur de la société d'engrais Yara International.

Deux semaines après le début de la guerre, les prix des principaux produits agricoles produits dans zone du conflit ont considérablement augmenté, et le plus gros problème est le blé.

Les approvisionnements en provenance de Russie et d'Ukraine représentent près de 30% du commerce mondial de blé, et sont désormais sous la menace, et les prix mondiaux du blé ont enregistré leurs niveaux les plus élevés au monde.

Autre problème majeur, l'accès aux engrais, indispensables aux agriculteurs pour atteindre leurs objectifs de production végétale, et la production a chuté en Europe à cause des prix élevés du gaz naturel, composant majeur des engrais azotés comme l'urée.

Répercussions négatives sur les marchés

La situation actuelle tire la sonnette d'alarme pour les experts de la santé mondiale : la crise ne s'est pas arrêtée aux prix du blé, puisque les prix du maïs, du soja et des huiles végétales ont connu des augmentations inhabituelles.

Les ministres de l'Agriculture du G7 avaient déclaré qu'ils "restaient déterminés à faire le nécessaire pour prévenir et répondre à la crise alimentaire", mais la crainte de pénuries attendues de certains produits de base, fait que plusieurs pays  se soient vite repliés sur eux-mêmes, ce qui pourrait priver éventuellement de nourriture des pays qui en ont besoin.

Les ministres du G7 ont appelé les pays à "maintenir ouverts leurs marchés alimentaires et agricoles et à se méfier de toute mesure restrictive injustifiée sur leurs exportations".

"Toute nouvelle augmentation des prix des denrées alimentaires et les fluctuations des marchés internationaux pourraient menacer la sécurité alimentaire et la nutrition à l'échelle mondiale, en particulier parmi les plus vulnérables vivant dans des environnements à faible sécurité alimentaire", ont-ils déclaré dans un communiqué.

Les pays occidentaux qui ont un plus grand accès à l'agriculture en souffriront, et les consommateurs y ont déjà été choqués par des prix élevés, et la situation devrait encore se détériorer compte tenu de la forte inflation et de la tendance des banques centrales à resserrer la politique monétaire, et ses répercussions négatives sur les marchés.

La Russie, l'Ukraine et l'approvisionnement alimentaire mondial

Même avant que la Russie ne déclenche les hostilités en Ukraine, le système alimentaire mondial était mis à rude épreuve. Des chaînes d'approvisionnement surpeuplées et des conditions météorologiques imprévisibles, souvent dues au changement climatique, avaient déjà poussé les prix des denrées alimentaires à leur plus haut niveau en près d'une décennie et après que la pandémie a laissé des millions de personnes sans travail.

Selon un communiqué du Programme alimentaire mondial des Nations Unies, le nombre de personnes au bord de la famine est passé à 44 millions contre 27 millions en 2019, et a révélé que le conflit entre la Russie et l'Ukraine aggraverait la situation, alors que les prix du blé sont élevés et devraient le rester ainsi pendant un certain temps, selon l'analyste des matières premières de Rabobank, Carlos Mera.

Les combats sont susceptibles de perturber la saison de la culture du blé, qui est sur le point de commencer en Ukraine, et il n'est pas certain qu'il y aura suffisamment d'agriculteurs pour labourer la terre car les habitants du pays portent des armes, ou s'ils auront accès à des machines et d'autres produits de base qui arriveront, généralement via les ports de la mer Noire.

"Personne ne devine si l'Ukraine sera en mesure d'exporter quoi que ce soit pour le reste de cette année, l'année prochaine ou dans un avenir prévisible", a déclaré Mira.

Le pays représente également la moitié de toutes les exportations d'huile de tournesol, et l'acheminement des produits russes sur le marché mondial est également devenu plus difficile, car les entreprises ne veulent pas risquer d'être frappées par des sanctions ou de gérer la logistique d'un voyage à proximité d'une zone de guerre.  La Russie et l'Ukraine demeurent les fournisseurs pour les pays du Moyen-Orient, d'Asie du Sud et d'Afrique subsaharienne qui dépendent des importations, et beaucoup en souffriront.


 



Le Sénat américain qualifie Poutine de « criminel de guerre »

Le Sénat américain a fait preuve mardi d’une rare démonstration d’unité pour adopter une résolution visant à condamner les actes de Vladimir Poutine.

L'opposition contre Vladimir Poutine recueille un large consensus dans les rangs de la classe politique américaine. Le Sénat américain a adopté à l'unanimité mardi 15 mars une résolution condamnant le président russe comme criminel de guerre. Comme le relaie BFMTV, cette résolution vise à inciter la Cour de justice internationale de La Haye à engager des enquêtes pour chaque crime de guerre commis par l'armée russe en Ukraine, à l'aube du 21e jour de conflit.

Joe Biden va également annoncer mercredi 16 mars une assistance sécuritaire supplémentaire à l'Ukraine de 800 millions de dollars pour aider le pays à faire face à l'invasion russe, a indiqué mardi soir un responsable de la Maison-Blanche. Le président américain doit faire cette annonce après une intervention par vidéo de son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky devant le Congrès des États-Unis.

Cela porte « le total annoncé au cours de la seule semaine passée à 1 milliard de dollars », a précisé ce responsable sous le couvert de l'anonymat. « Au total, le président a autorisé 2 milliards de dollars en matière de sécurité depuis le début de l'administration (Biden). Les États-Unis restent de loin le plus grand donateur d'aide sécuritaire de l'Ukraine », a-t-il souligné. Selon son programme officiel, Joe Biden doit s'exprimer sur « l'assistance fournie par les États-Unis à l'Ukraine » à 11h45 (15h45 GMT) mercredi.