Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Football / Raja de Béni Mellal : Un club qui a lâché au mauvais moment


Rédigé par ELAZHAR le Jeudi 12 Mai 2022



Qu’arrive-t-il au RBM alors que tout Béni Mellal commençait à croire à ses chances de seconder le MAT dans son retour parmi l’élite nationale de la Botola Pro 1 inwi ?
 
En effet, jusqu’à ce match éliminatoire de la 8ème finale de la coupe du Trône face au Raja de Casablanca, le RBM était toujours dans la course du retour à la division d’Excellence et puis, tout commença à tomber à l’eau sur fond d’une amère série de défaites jusqu’à la débandade qui tua tout espoir de voir le club vert de l’Atlas retrouver la brillance d’antan…
 
Et le RBM, de la 3ème place au classement général, il dégringola au  7ème rang, loin de l’Union Touarga poursuivant immédiat et aujourd’hui, candidat potentiel au 2ème billet d’accession chez les Pro 1.
 
Normal pour un club qui venait d’essuyer 6 défaites dès la 23ème journée dont la dernière à domicile face à la Renaissance des Zemamra, avant de perdre devant le MAT à Tétouan,  devant le RCA en coupe du Trône, devant l’USMO, le WAF et l’IZK.
 
On commença alors, chaque composante du club de son côté, à sortir des justifications dont certaines ont été jugées spécieuses, mais les supporters du RBM, encore sous le choc d’avoir raté une opportunité bien réelle de retrouver la Botola Pro 1 Inwi, rejettent tous ces discours illusoires qu’ils trouvent rasants et sans fondement.
 
L’entraineur Mohamed Alaoui Ismaili, martyrisé par cette amère déception, a opté pour le silence sur fond des fois de repli sur soi au point de pleurs suite surtout à la défaite devant le WAF, selon des témoins.
 
Chacun a donc sorti ses arguments, ses réactions et même ses reproches ou accusations dont ceux des membres du comité du club qui se scindèrent en 3 clans et qui commencèrent déjà à préparer les  « armes » dont ils auront besoin pour affronter la prochaine assemblée générale, là où tous les coups sont permis.
 
 Certains dirigeants sortirent également l’argument de la pression qui sévissait dans les rangs des joueurs ayant été sollicités en dessus de leurs capacités physiques et mentales à cause surtout de ce match de coupe où le choc de l’élimination a été cruel  et suite duquel les joueurs de Mohamed Alaoui en sont revenus démotivés et sans âme…
 
Dommage pour le club et pour toute Béni Mellal-Khénifra qui vient de rater une belle opportunité pour que les jeunes mellalis aient aussi l’occasion de vivre les gloires de la génération d’or du football mellali, celle des Najah, Mazi, Kabour, Oulad 2, Alibou, Lhabib (gardien), Achibat, Nassila, Babaye, Jardini, feu Chlaida et tant d’autres. Rappelons à l’occasion l'exploit de la finale de la Coupe du Maghreb des Clubs Champions en 1975 contre le Club Africain de Tunis.
 
Le RBM, créé en 1956, à la suite de la fusion de deux équipes de cette ville : Ittihad et Mouloudia,  fut trois fois  demi-finaliste de la Coupe du Trône (1965, 1970 et 1995), sacré champion du Maroc en 1974  sous la houlette de feu  Abdelkader Lokhmiri, finaliste de la Coupe du Trône en 1974… C’est seulement pour l’Histoire !