L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


Sport

Finale « retour » de la African Football League: Le Wydad offre le trophée au Sundowns


Rédigé par Mohamed MELLOUK le Lundi 13 Novembre 2023

La seconde partie de la finale de l’African Football League (AFL) qui s’est jouée à Pretoria en Afrique du Sud, entre le Mamelodi Sundowns et le Wydad de Casablanca, s’est achevée en faveur du club sud-africain sur le score de 2-0. Les buts du Sundowns ont été signés par Shalulile et Aubrey Modiba.



 Cette partie-retour de la finale de l’AFL a déjà connu la victoire du club marocain au Complexe sportif Mohammed V de Casablanca (2-1). Ce score n’était pas une catastrophe pour les Rouges ; si ce n’est ce but à l’extérieur qui allait valoir son pesant d’or au retour.
 
Les pronostics pour cette seconde manche étaient pratiquement en faveur du club marocain; quoique l’adversaire ait montré des prédispositions inquiétantes.
 
En effet, Wydad Al Oumma n’a été maître au score qu’à la 77’ minute sur un tir tendu d’Anas Serghat. 2-1 est le score qui allait accompagner les Rouges pour défendre leur acquis au crépuscule de la seconde mi-temps.
 
 Et les 3 corners concédés en tout début du match par le Sundowns en disait long sur les intentions des Sud-Africains qui couraient après ce titre depuis près de 7 ans.
 Et ils n’avaient pas l’intention de laisser filer. Dur ce pressing, les Wydadis font marche-arrière laissant l’initiative aux hommes de Mokony d’acculer plus encore les Casablancais.
 
Ces derniers, sous la conduite de Adil Ramzi, ont aligné la même formation que lors de ces éliminatoires. Une seule exception : la titularisation du jeune Serghat en lieu et place de maître à jouer des Rouges Yahya Jabrane.
 
Son absence a complètement déréglé le système Ramzi. Le milieu de terrain du WAC, habituellement efficace, boitait.
 
Par contre, celui d’en face carburait très fort. À cela s’ajoutent ces erreurs impardonnables à ce stade de la compétition.
 
Les défenseurs et les milieux de terrain cumulaient les erreurs, les passes à l’adversaire. Sous le regard complice du coach.
 
Ce dernier a-t-il réellement mesuré l’importance de son capitaine?
 
Si oui, a-t-il pensé à lui trouver un suppléant digne de lui ou du moins qui pèserait sur le jeu comme lui?
 
Les erreurs répétées, dont la première causée par Harkas, mettaient mal à l’aise ses coéquipiers, le coach voire les supporters.
 
Presque tout le premier acte Wiliams, le portier sud-africain, se dorait au soleil de novembre, habituellement, fort en cette période de l’année. Comme quoi, il ne fut inquiété à aucun moment.

Le véritable danger s’est situé pour lui à la 57’ sur une tête dangereuse de Amloud.
 
Un heading pour lequel sera sermonné le défenseur marocain du Downs, Abdelhamid Boutouil. Jean Jack N’dala le directeur de jeu ajoutera 12 minute. Shaluli en profita pour marquer intelligemment le premier but du Downs. Une balle renvoyée par Youssef El Moti. Shaluli plus rapide arrive au ballon et lobe El Moti d’un ballon piqué d’en bas. Car s’il avait tiré de l’extérieur du pied, Moti l’aurait aisément intercepté.
 
De retour des vestiaires, le Sundowns opéra  avec plus de véhémence. Son coach fait des signes à ces joueurs de continuer le pressing et contraindre les défenseurs marocains à commettre l’irréparable. Ce qui arriva à la 52’.  Une lourde bourde de Aboulfath permettra à Modiba d’alourdir le score le portant à 2-0!
 
Cependant, rien n’est perdu pour le grand club casablancais. Il suffisait pour les coéquipiers de Motiî d’un petit but pour revenir à la case départ.
 
Les Rouges avaient beau attaquer, ils manquaient de concentration.

Par contre, le Sundowns, lui, restait maître de son sujet. Il était persuadé, qu’avec un peu de calme, le titre serait dans la poche même si N’dala a ajouté 9 minutes.
 
Ils obtiendraient ainsi le premier titre de la nouvelle compétition s’ils font preuve de flegme. Ce qu’ils font !
Le Wydad, il faut le reconnaître, n’ont jamais donné l’impression qu’ils sont venus pour conquérir un sacre dont ils étaient les premiers favoris.

 

Yahya Jabrane… le grand absent

L’absence du capitaine du WAC a laissé un vide incomblable. En effet, la stratégie d’Adil Ramzi qui consistait à ne pas trop accorder d’importance est une grosse erreur. On ne remplace au pied levé un joueur comme Yahya Jabrane. Un garçon de la Botola qui a tapé dans l’œil du renifleur des talents Walid Regragui. Il était persuadé que ce garçon timide peu parleur cache une âme de combattant impitoyable. Il savait qu’il pouvait compter sur lui le moment venu. Ce que Adil Ramzi a, semble-t-il, avoir oublié. On ne peut bâtir une stratégie si l’on ne trouve pas un joueur du même acabit. Une erreur impardonnable dans laquelle était tombé le technicien marocain. Le prix ? Le trophée est resté en Afrique du Sud.