L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Fatwas au Maroc : Une expérience exemplaire et inspirante en Afrique


Rédigé par M.E Lundi 10 Juillet 2023

Les travaux du colloque sur « les règles de la Fatwa dans le contexte africain », initié par la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains, se sont clôturés lundi à Marrakech. Ce rendez-vous religieux a été marqué par la participation de près de 350 Oulémas et Alimates, venus de 72 pays d’Afrique, d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Sud.



Ce rassemblement se veut une occasion exceptionnelle pour souligner la profondeur des relations qui unissent le Maroc et les pays de l’Afrique, mettant en exergue leur coopération dans plusieurs domaines, notamment religieux.
 
Ainsi, c’est une opportunité de rappeler les normes encadrant les pratiques de la Fatwa, notamment les institutions chargées de son émission, les critères d’éligibilité des muftis et la problématique des divergences doctrinales, d’autant plus qu’il y a multiplication de Fatwa nuisibles à la société dans un contexte marqué par l’influence des réseaux sociaux et des nouvelles technologies.
 
La multiplicité des chaînes satellitaires qui attirent une bonne partie des auditoires intéressés par des avis religieux, pose davantage de défis, de même pour les sites « spécialisés » dans la Fatwa , les chaînes YouTube animées par des « Imams » et les forums de discussion sur l’Islam. Alors qu’en réalité, la Fatwa est « un avis religieux prononcé par une autorité compétente, qui répond à une situation particulière ».
 
La réglementation de la pratique de la Fatwa limite l’influence des “profanes” et contribue à la stabilité des sociétés, ont affirmé les différents intervenants, tout en mettant en garde contre la pratique cavalière de la Fatwa de la part de personnes non qualifiées, et son corollaire inéluctable : la diffusion d’un discours extrémiste qui promeut l’excommunication et la haine. D’où le rôle important des Muftis dans le démantèlement des discours extrémistes.
  
Une feuille de route royale
 
Ce conclave international a été marqué par un message adressé aux participants par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, dont lecture a été donnée par le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq.
 
SM le Roi a appelé les Oulémas à « avoir une présence bénéfique dans la vie des gens en les initiant aux vertus de la modération et du juste milieu et en s’opposant aux obscurantistes et aux extrémistes de tout poil qui s’évertuent à abuser les âmes candides ».
 
« Le devoir des érudits est d’autant plus impérieux que ces déviants prêtent à la plupart de leurs réflexions sur la religion le tour fallacieux de fatwas », a souligné le Souverain.
 
Soucieux de protéger la religion, le Royaume a veillé sur « l’institutionnalisation de la pratique de la Fatwa », devenue une compétence collégiale assurée par le Conseil supérieur des Oulémas. 
 
« C’est aux Oulémas qu’il incombe individuellement d’initier la communauté au reste des dispositions de la religion qui ne relèvent pas de la Fatwa. Voilà pourquoi chaque pays africain se doit d’attribuer l’exercice de la Fatwa à une institution collégiale composée d’Oulémas dignes de foi, modérés et attachés aux principes intangibles et à la doctrine religieuse de leur pays », a précisé SM le Roi.
 
Mettant en lumière l’importance pour les Oulémas d’Afrique de s’engager dans des collaborations et des concertations périodiques afin de s’informer des nouvelles variantes de demande et de formulation de fatwas, SM le Roi a indiqué qu’il appartient aux Oulémas africains chargés d’émettre des fatwas de développer plus de compétences et d’engager des échanges, notamment autour de la jurisprudence de la réalité (Fiqh al waqi’).

Le message adressé par le Souverain a été fortement salué par les dignitaires religieux. Ainsi, ce message traduit le « leadership clairvoyant de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, dans le continent africain », a affirmé le président de la section de la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains en République démocratique du Congo, Cheikh Abdullah Mangala, dans une déclaration.

Le dignitaire congolais a souligné que l'institutionnalisation de la pratique de la fatwa au Maroc sert de modèle pour apporter la paix, la coexistence et le développement aux nations africaines.
 
Sur les normes de la Fatwa
 
L’exercice de la Fatwa au Maroc émane d’une institution collégiale composée d’Oulémas dignes de foi. Il s’agit en l’occurrence, du Conseil Supérieur des Oulémas chargé d’émettre son avis religieux, à travers une commission scientifique qui statue sur les différentes questions d’actualité qui lui sont soumises.
 
Le Mufti devrait faire preuve d’un niveau élevé de compétence en sciences religieuses et d’une parfaite maîtrise de la langue arabe et de ses sciences connexes. L’objectif étant de délivrer une fatwa « bien réfléchie, sérieuse et constructive » qui découle « d’une connaissance approfondie de la société », a précisé Mohamed Yssef, Secrétaire Général du Conseil Supérieur des Oulémas.
 
Le Mufti est un « thérapeute de l’esprit, de l’âme et de la pensée », a déclaré Mohamed Yssef, notant que le rôle de la fatwa ne se limite pas à la problématique à laquelle elle répond, mais elle reste une référence pérenne de Fiqh (jurisprudence).
 
La fatwa, devrait être le résultat d’une méthodologie scientifique rigoureuse, se basant sur des références scientifiques approuvées et validées.  
 
Organisé du 8 au 10 juillet, ce colloque international intervient en application des recommandations du Conseil supérieur de la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains, qui avait tenu sa 4ème session les 19 et 20 octobre 2022 à Fès, concernant l’organisation de colloques traitant de la pratique de la Fatwa en Afrique.

31ème session ordinaire du Conseil

Le Conseil supérieur des Oulémas tient, avec la Haute approbation de SM le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, Président du Conseil Supérieur des Oulémas, sa 31ème session ordinaire, les vendredi et samedi 14 et 15 juillet 2023 à Rabat.

Au programme, la présentation des grandes lignes du plan de mise en œuvre des valeurs religieuses, la consolidation de la présence médiatique des institutions des Oulémas, la mise en place des règles d'action des nouveaux conseils régionaux des Oulémas et la présentation des grandes lignes du guide d'encadrement attendu des Alimates, indique   un communiqué du Conseil.








🔴 Top News