L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

FAR : les enjeux du « renew » du haut Commandement


Rédigé par Anass Machloukh Mercredi 2 Août 2023

Les Forces Armées Royales ont connu des changements importants au niveau des hauts postes de Commandement dans un contexte sensible. Il en ressort un seul mot d’ordre : le changement dans la continuité. Détails.




Quatre étoiles seront marquées sur les épaulettes de l'Inspecteur général des Forces Armées Royales et Commandant (FAR) de la Zone Sud, Mohammed Berrid. Il a été promu par SM le Roi Mohammed VI au grade de général de corps d'Armée, nous confirme une source militaire. Cette promotion était attendue puisqu’il est de coutume que le Commandant de la Zone Sud ait un tel grade, le plus haut de la hiérarchie militaire marocaine. Un grade que Mohammed Berrid n'avait pas encore atteint lorsqu'il a été nommé, en avril 2023, à la tête de l'Inspection générale des FAR. Il était alors général de division.

En fait, tous ses prédécesseurs furent des généraux de corps d’armée. Commander une zone militaire nécessite d’avoir plusieurs divisions sous son autorité d’où l’impératif d’une telle promotion. Berrid a été nommé, comme indiqué ci-haut, Inspecteur général des FAR, succédant ainsi à El Farouk Belkhir. Lequel a été décoré par le Souverain après une carrière riche et dense au service de la nation.

Le nouveau promu a eu une bonne réputation au sein des membres de l’Armée qui le tenaient en haute estime pour son parcours glorieux au Sahara et sa gestion de l’intervention d’El Guerguerat, en novembre 2020, nous confie un bon connaisseur de la Grande Muette, rappelant au passage que le fait de réussir son parcours au Sahara ouvre les portes du succès dans la carrière militaire.

En effet, le général Belkhir fut l’un des derniers représentants de l’ancienne génération des officiers généraux après le départ des poids lourds historiques tels que le général Kadiri, le général Abdelazziz Bennani, le général Bouchaïb Arroub et le général Housni Benslimane.

Un nouveau commandement pour un nouveau contexte 

Dans cette optique, l’arrivée de Mohammed Berrid marque l’entrée sur scène de la nouvelle génération au sommet de la hiérarchie militaire. Issu des régiments de chars, le nouvel Inspecteur général des FAR est également reconnu pour les mérites dont il a fait preuve dans ses missions au Sahara sachant qu’il a commandé les 3ème et 4ème Régiments Royaux des Chars. Sa nomination est perçue comme la consécration de l’importance des régiments d’infanterie mécanisée en tant qu’épine dorsale des Forces Armées Royales. Nul ne peut oublier à quel point ils étaient d’une utilité indispensable pour les Régiments d’intervention mécanisée dont dépendait beaucoup l’Armée royale pour repousser les attaques près du mur de la défense.

Maintenant qu’il est à la tête de l’Inspection générale des FAR, Mohammed Berrid a de grands dossiers sur la table. Il est appelé à poursuivre le chantier de modernisation des capacités défensives des FAR qui continuent de moderniser leurs arsenaux à tous les niveaux. En plus de la refonte de l’aviation et de la Marine, l’Armée royale s’est remarquablement « dronisée » avec l’acquisition d’une série de ces armes de défense auprès de plusieurs partenaires étrangers, dont la Turquie, les États-Unis, Israël et la Chine. « Le recours de plus en plus palpable aux drones par les FAR marque un tournant dans la doctrine militaire que le nouveau commandement devrait poursuivre dans les années qui viennent », nous indique notre interlocuteur qui s’y connaît bien.

Nouveaux changements dans l’air !

La nomination de Mohammed Berrid n’est pas l’unique changement au Commandement des FAR. Elle s’inscrit dans un vaste processus de renouvellement de la hiérarchie militaire. La Fête du Trône a été une occasion d’assister à un « renew ». Les changements ont touché également les Forces Royales Air (FRA) qui ont, désormais, un nouvel Inspecteur général. Il s’agit de Mohammed Gadih, qui prend les rênes de cette unité.

Pour rappel, Mohammed Gadih a été parmi les hauts gradés qui ont salué le Souverain lors de la cérémonie de célébration de la Fête du Trône de cette année. Son nom a figuré parmi la liste des militaires cités par la MAP consacrée à cet événement. Il a été présenté en tant que nouvel Inspecteur général des Forces Royales Air, même si sa promotion n’a pas fait l’objet de communication officielle. Ceci confirme, toutefois, l’information publiée préalablement par le Forum FAR-Maroc, qui a annoncé exclusivement la nomination du général.

Pilote de formation, Mohammed Gadih est l’un des généraux les plus éminents de l’Armée de l’Air. Il a été commandant de la Base aérienne de Laâyoune. Il a aussi été très actif lors des exercices militaires, dont African Lion 2022 où il a assisté à la participation des unités aériennes marocaines aux manœuvres interarmées aux côtés des troupes américaines.
Militaire aguerri, Mohammed Gadih est l’un des vétérans de la guerre du Sahara à laquelle il a participé pendant 16 ans avant de gravir les échelons de la hiérarchie militaire après le cessez-le feu de 1991. Il s’est distingué par son habileté et sa dextérité dans la conduite des chasseurs F-5 et ensuite les F-16.

Il succède ainsi à la tête de l’Inspection générale des Forces Royales Air à El Abed Alaoui Bouhamid qui avait occupé ce poste depuis 2016. Ce dernier a été mis à la retraite pour des raisons de santé. L’une des raisons les plus souvent évoquées pour justifier le départ des officiers généraux, qui restent en service aussi longtemps, est qu’ils peuvent, vu leur expérience précieuse, toujours être utiles pour la formation et l’encadrement de la jeune génération.

La prise de fonctions du général intervient au moment où l’Armée royale de l’Air fait peau neuve avec les nouvelles acquisitions. Pour la première fois, les FRA auront un escadron d’hélicoptères de dernière génération avec l’arrivée prochaine des modèles américains « Apache », dont la livraison est prévue pour 2024.

La prise de fonction du nouvel Inspecteur général des FRA coïncide également avec l’élargissement de la flotte des F-16 dont le Maroc a commandé 25 unités supplémentaires, version Viper. La flotte actuelle, rappelons-le, sera également mise à niveau. Toutefois, le sort de la flotte vieillissante des Mirage F1 et des F5 reste flou. Il n’est pas encore certain si le Maroc les maintiendrait en service encore plus longtemps pour des missions de police du ciel sachant qu’il y a eu un débat sur leur remplacement par les Mirage-2000 sans que cela ne soit suivi d’effets.

Par ailleurs, la Zone Est, récemment créée, c’est le Général Fouad Akki qui en prend le Commandement après sa nomination par le Souverain à la place du Général Mohammed Moqdad qui est parti, à son tour, à la retraite. Général discret et peu connu du grand public, le nouveau Commandant de la Zone Est a pourtant dirigé les corps sensibles de l’Armée. Il a dirigé, avant sa nomination, l’inspection de l’Infanterie royale. Il s’est également distingué en participant à des missions de haut niveau à l’étranger. Force est de constater qu’il a commandé le 19ème contingent du bataillon marocain de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI).








🔴 Top News