Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Etats-Unis : Trump s’en frotte les mains, Barrett confirmée à la Cour suprême


le Mardi 27 Octobre 2020

Donald Trump jubile après la confirmation à la Cour Suprême de la juge Amy Coney Barrett, huit jours avant l’élection présidentielle.



Etats-Unis : Trump s’en frotte les mains, Barrett confirmée à la Cour suprême
Apeine installée à la Cour suprême, Amy Coney Barrett devrait participer aux votes sur deux grands sujets affectant l’homme qui l’a nommée et qui cherche un renvoi de l’ascenseur. «C’est un jour historique pour l’Amérique», a jubilé Donald Trump lors de la prestation de serment de la magistrate, organisée dans la foulée à la Maison Blanche.

Le président-candidat, tout sourire, a loué «les qualifications impeccables», «la générosité dans la foi» et «le caractère en or» de cette fervente catholique de 48 ans, mère de sept enfants et opposée à l’avortement.

La Cour suprême doit évalue une requête du président Donald Trump visant à empêcher le procureur du district de Manhattan d’acquérir ses déclarations de revenus. Trump et les républicains cherche aussi à obtenir une réduction du délai de réception et de comptage des bulletins de vote par correspondance dans les États de Caroline du Nord et de Pennsylvanie.

Les convictions personnelles à l’écart
Amy Coney Barrett participera aussi et dès le 10 novembre prochain à une nouvelle délibération de la Cour suprême sur l’Obamacare, dont Trump et plusieurs Etats gouvernés par les républicains réclament la suppression. Mais si Barrett a critiqué en 2012 un arrêt de la Cour suprême entérinant l’Affordable Care Act, elle a toutefois déclaré qu’elle n’avait aucune intention d’invalider la mesure.  

Elle a pour sa part promis de tenir ses convictions personnelles à l’écart de son travail de juge. Le contraire «serait un manquement au devoir», a-t-elle estimé. «Le serment que j’ai prêté ce soir signifie que je ferai mon travail sans peur et sans accorder de faveurs, que je le ferai indépendamment des familles politiques ou de mes préférences personnelles», a déclaré Amy Coney Barrett.

La Cour suprême, arbitre des grands sujets de société aux Etats-Unis, comptera ainsi six juges conservateurs sur neuf, dont trois nommés par Donald Trump.

Ce succès indéniable pourrait galvaniser les électeurs de la droite religieuse, qui sont reconnaissants à l’ancien magnat de l’immobilier d’avoir nommé, au cours de son mandat, plus de 200 juges fidèles à leurs valeurs dans l’ensemble du système judiciaire fédéral.

Quel que soit le résultat de l’élection du 3 novembre, ce bilan sera durable, car ces postes sont «à vie» et Donald Trump a choisi des magistrats globalement jeunes.

Prenant la parole une dernière fois avant le vote, le sénateur républicain Lindsey Graham a lui aussi salué un jour «historique» et loué une «universitaire impressionnante».

Amy Coney Barrett est «brillante, qualifiée» et ne se mêle pas de politique, a renchéri le chef de la majorité républicaine Mitch McConnell, qui a imposé un calendrier extrêmement serré au processus de confirmation.

Augmenter le nombre de magistrats
Son homologue démocrate Chuck Schumer a dénoncé leur «hypocrisie». Pour lui, la juge Barrett n’a pas été choisie pour ses qualifications mais parce qu’elle «a des opinions de droite radicale», notamment sur l’avortement, les droits civiques ou l’environnement.

Avec emphase, il a fait part de sa «tristesse» face à ce qui est pour lui «l’un des jours les plus sombres de l’histoire américaine». 

Quelques secondes après le vote, la benjamine démocrate au Congrès, Alexandria Ocasio-Cortez, a tweeté son soutien à une idée qui circule de plus en plus à gauche: augmenter le nombre de magistrats à la Cour suprême pour contrebalancer l’influence des juges nommés par Donald Trump.

«Toutes les options doivent être sur la table», a renchéri la sénatrice Elizabeth Warren, elle aussi une figure de l’aile gauche du parti démocrate.

«Pas fan» de ce scénario peu populaire, le rival de Donald Trump Joe Biden ne l’a toutefois pas totalement écarté. S’il est élu, il chargera une commission de trancher.