Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Etats-Unis : Les manifestations continuent, des couvre-feux décrétés


le Lundi 1 Juin 2020

Plusieurs villes américaines ont décrété des couvre-feux après une deuxième journée de protestations sous tension.



Etats-Unis : Les manifestations continuent, des couvre-feux décrétés
La Garde nationale, qui avait déjà été déployée à Minneapolis où George Floyd a été tué, a été autorisée à se déployer au Texas, dans le Colorado, mais aussi en Géorgie, dans l’Ohio, dans le Wisconsin, le Kentucky, l’Utah, une liste non exhaustive qui évolue au fil des heures. Selon CNN, au moins 8 villes avaient également annoncé la mise en place d’un couvre-feu samedi en fin d’aprèsmidi. C’est notamment le cas à Los Angeles, Philadelphie, Atlanta, Chicago, Denver, Pittsburgh, ou Seattle où le couvre-feu doit entrer en vigueur dès 20h ou 22h la plupart du temps pour se poursuivre jusqu’au petit matin.

Depuis le centre spatial Kennedy où il assistait au lancement de la capsule Space X, Donald Trump a promis de stopper les manifestations violentes contre les brutalités policières. “Mon administration va stopper la violence collective. Et nous allons la stopper net”, a-t-il averti. Pointant du doigt les “Antifa et les groupes d’extrême gauche” comme responsable de la situation, il a estimé que ces “pilleurs et anarchistes” “déshonoraient la mémoire de George Floyd”.

À Minneapolis, le gouverneur a annoncé la mobilisation générale des 13.000 soldats de la Garde nationale de l’État, une première, et indiqué avoir demandé l’aide du ministère de la Défense. Mais ce déploiement de force n’a pas suffi à empêcher les manifestations vendredi soir, ni même samedi dans la journée.

Nous pouvons leur envoyer nos soldats très rapidement”, a de son côté déclaré Donald Trump, brandissant ainsi la menace d’une intervention de l’armée américaine. La police militaire américaine ne peut légalement intervenir sur le territoire américain qu’en cas d’insurrection. Cela ne s’est jamais vu depuis les émeutes à Los Angeles en 1982.

Rien ne calme les manifestants

Ni les appels au calme, ni les menaces de Donald Trump d’envoyer l’armée, n’auront suffi à calmer la colère après la mort de George Floyd. Ce samedi 30 mai, pour le deuxième jour consécutif à l’échelle nationale, les manifestations se sont poursuivies dans une trentaine de villes des États-Unis, avec des couvre-feux décrétés à Los Angeles, Chicago ou encore Seattle.

Les manifestations, limitées de mercredi à jeudi à Minneapolis où George Floyd a été tué lundi dernier, ont continué ce samedi dans la journée, pacifiquement pour certaines, émaillées de violences pour d’autres. Partout les manifestants ont dénoncé les bavures policières qui frappent les Noirs de manière disproportionnée. À New York, deux voitures de police ont été filmées fonçant sur un groupe de manifestants dans le quartier de Brooklyn. Quelques heures auparavant, une femme et sa sœur avaient été interpellées après un jet de cocktail molotov dans une voiture de police.

À Houston, la ville d’origine de George Floyd où il doit être inhumé, une manifestante s’est dite “fatiguée, écœurée” de voir ses “frères et sœurs mourir aux mains de la police”. “Mon frère a été abattu, par erreur, par la police de Houston et la justice n’a jamais été rendue”, a confié cette mère de famille à l’AFP.

À Los Angeles, cinq policiers ont été blessés et plusieurs centaines de personnes arrêtées lorsqu’une manifestation pacifique a dégénéré avec, là aussi, des banques et des commerces incendiés et des pillages, surtout dans les magasins de luxe de Beverly Hills. Le candidat démocrate à la Maison Blanche, Joe Biden, a condamné ces violences, estimant que “manifester contre les brutalités policières est un droit mais que cela ne peut pas s’accompagner d’actes de violence”.

À Philadelphie, où près de 3000 personnes se sont rassemblées dans le calme sur les marches du Musée d’Art de la ville, à Washington, New York, Chicago, Miami ou encore dans le New Jersey, par petits groupes ou en foules immenses, les protestations étaient innombrables. À Atlanta, la maison du gouverneur de Géorgie a été entourée d’une foule de manifestants, qui ont lancé “principalement des bouteilles d’eau”, selon les déclarations du service de communication à CNN.

Dans la plupart de ces villes, la journée s’est achevée dans des brumes de gaz lacrymogène tirées par les forces de l’ordre, des départs de feu, des arrestations voire des blessés dans certains cas. À Minneapolis, la police a chargé des centaines de manifestants qui ont défié le couvre-feu instauré dès la veille et entré en vigueur à 20h. Les agents, en tenue anti-émeutes, ont tiré des fumigènes et des grenades assourdissantes pour les éloigner d’un commissariat. Peu de temps avant, les manifestants affichaient leur détermination à rester sur place autant que possible.