Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Essaouira : Rencontre sur « la diversité marocaine au cœur des Humanités »


le Dimanche 14 Février 2021

«Quand la diversité marocaine s’invite au cœur des Humanités» est le thème central de la 6ème Rencontre scientifique ouverte, vendredi, à l’espace «Bayt Dakira».



Essaouira : Rencontre sur « la diversité marocaine au cœur des Humanités »
Intervenant à l’ouverture de ce séminaire de deux jours, organisé à l’initiative du Centre d’Etudes et de Recherches sur le Droit Hébraïque au Maroc, conjointement avec la Fondation Konrad-Adenauer au Maroc, l’Association Essaouira-Mogador et «Bayt Dakira», le président fondateur dudit Centre, M. Abdellah Ouzitane, également enseignant à l’université de Bordeaux, a souligné que «la diversité marocaine est le résultat de l’exercice légitime de notre histoire: nous plaçons ainsi le curseur au seuil du partage harmonieux où toutes les sensibilités ont légitimement leur place». Et de poursuivre que «c’est l’adhésion à la philosophie de coexistence qui permet la fécondation mutuelle intellectuelle et culturelle entre toutes les composantes et c’est cette philosophie-là qui a permis qu’au Maroc mosquées, synagogues et églises s’entremêlent dans une parfaite harmonie».

«Mes chers élèves, cet événement se veut beaucoup plus qu’une rencontre, c’est un rendez-vous que l’Histoire nous offre où aucune sensibilité n’est exclue. A travers cette réalité de diversité que vous incarnez, vous écrivez déjà le futur. Il vous appartient ainsi de relayer ce savoir et cet héritage culturel, le tout dans un socle qui donne sens à un sentiment d’appartenance à des valeurs», a-t-il dit en s’adressant à des élèves du Lycée qualifiant Akensous, membres du premier club de tolérance et de coexistence mis en place à l’échelle nationale. 

«L’Histoire du Maroc peut en être rassurée, l’identité plurielle marocaine a ses gardiens. Vous êtes de parfaits témoins, c’est vous qui allez porter fidèlement haut et fort cette voix de la sagesse», a-t-il soutenu.

De son côté, le président de l’université Mohammed V de Rabat, Mohammed Rhachi, a fait part de sa grande joie et fierté de participer à cette rencontre qui se déroule à «Bayt Dakira», ce magnifique espace emblématique, chargé d’histoire, de mémoire et de sens. 

Rappelant que cet espace prestigieux a été récemment le témoin de la signature d’une convention de partenariat et de coopération entre le ministère de l’Education Nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le Centre d’Etudes et de Recherches sur le Droit hébraïque au Maroc et l’Association Essaouira-Mogador pour la promotion des valeurs de tolérance, de diversité et de coexistence au sein des établissements scolaires et universitaires, il a précisé que l’université demeure un lieu d’éducation et de partage de connaissances, d’ouverture sur l’autre et son environnement dans le respect de la diversité, ainsi qu’un pont vers la réconciliation, la construction et la co-construction sociale, et un champ de recherche dans tous les domaines de compétence possibles et imaginables.

Pour sa part, le Représentant Résident de la Fondation Konrad-Adenauer au Maroc, Steffen Krüger, s’est félicité de prendre part à cet événement aux côtés dudit Centre et de «Bayt Dakira». Il a aussi estimé qu’»il est difficile, voire impossible, de trouver une ville comme Essaouira pour donner forme à la mission noble qui nous réunit aujourd’hui».

«Sous la conduite éclairée de SM le Roi, le Royaume a su jouir d’une place légitime dans la grande communauté des Nations grâce à son histoire, sa civilisation, son identité plurielle et son sens de responsabilité», a-t-il enchaîné.

Quant au président-exécutif dudit Centre, M. Farid El Bacha, il a tenu à saluer l’engagement infaillible du Conseiller de SM le Roi et présidentfondateur de l’Association Essaouira-Mogador, M. André Azoulay, pour le vivre-ensemble, qui «nous a permis de saisir la portée, le sens et la profondeur de l’identité plurielle du Royaume et de nous engager pour promouvoir les valeurs que nous partageons tous ensemble»

Ce conclave a été aussi marqué par un témoignage de la directrice de «Bayt Dakira», Ghita Rabouli, à travers lequel elle a mis en évidence la grandeur de cet espace qui se veut un carrefour de diverses identités, cultures et religions, et un haut lieu chargé d’histoire et d’émotion où l’on se réunit sous le même toit, celui de l’Humanité et de l’Amour.