Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Equipe nationale : Sérieux tests pour les Lions de l’Atlas avant les échéances continentales


Rédigé par Omar CHLIH *(MAP) le Jeudi 8 Octobre 2020

Matchs amicaux contre le Sénégal et la RDC



Une séance d’entrainement à Maâmora sous la conduite de Halilhodzic.
Une séance d’entrainement à Maâmora sous la conduite de Halilhodzic.
Les deux matchs amicaux que l’équipe nationale de football s’apprête à livrer le 9 octobre contre le Sénégal et le 13 contre la République Démocratique du Congo (RDC) à Rabat, constituent un test important pour mesurer l’état de préparation des Lions de l’Atlas avant d’entamer les échéances continentales, en particulier les éliminatoires de la CAN 2021 qui reprendront en novembre.

Intégrer de nouveaux joueurs
Ces deux apparitions de l’équipe nationale dans sa nouvelle version, les premières depuis la propagation de la pandémie du coronavirus qui a imposé la suspension de toutes les activités footballistiques depuis mars dernier, seront l’occasion pour le sélectionneur national Vahid Halilhodzic d’intégrer de nouveaux joueurs censés apporter un sang nouveau au groupe en termes de performance et de tactique. Depuis que Halilhodzic est en poste, l’équipe nationale est entrée dans une nouvelle phase de reconstruction qui fait la part belle à un système de jeu basé sur la discipline tactique et technique, le monopole du ballon, la supériorité numérique, une pression élevée sur l’adversaire et des passes précises et décisives pour des contre-attaques percutantes.

Cette approche a été mise en avant par le coach national lors de l’annonce de la liste des joueurs convoqués pour les deux rencontres amicales, en soulignant qu’il s’est attelé durant le confinement à élaborer un document intitulé : «Comment devenir un joueur dans les rangs des Lions de l’Atlas», lequel met la lumière sur les aspects à développer dans le football marocain pour atteindre l’efficacité et qui traite du système de jeu, la défense et l’attaque, les coups francs, la préparation physique et les aspects psychologiques.  

De vrais sparring-partner
Les deux matchs amicaux contre le Sénégal et la RDC constitueront ainsi un test important pour ses protégés et lui permettront de desceller leurs points forts et faibles en les mettant à l’épreuve face à des joueurs issus de deux grandes écoles du ballon rond africain et qui se caractérisent par leur force physique, la vitesse et la férocité.

Le choix de ces deux adversaires s’avère judicieux à cet égard. Les Lions de la Téranga, vice-champions d’Afrique en titre, sont forts d’une ossature axée autour de joueurs évoluant dans les meilleurs championnats européens, à l’instar de Sadio Mané, attaquant de Liverpool, Kalidou Koulibaly, défenseur de Naples ou encore Idrissa Gana Gueye, défenseur du PSG, soit le noyau dur du groupe mené par Alio Cissé et qui a fait ses preuves sur la scène internationale.

Pour leur part, les Léopards congolais, doubles champions d’Afrique (1968 et 1974), représentent un modèle de football moderne en Afrique subsaharienne qui adopte un jeu basé sur la force physique, la vitesse et la discipline tactique, et le trio Ndombe Mubele (Al-Ahly du Qatar), Jordan Botaka (Charlton, Angleterre) et Dieumerci Mbokani (Hull City, Angleterre) forme les cartes gagnantes de cette équipe. Concernant les rencontres ayant opposé la sélection nationale à son homologue sénégalaise, celle prévue le 9 octobre sera la 15ème du genre, avec 7 victoires pour les Lions de l’Atlas, contre 4 pour les Lions de la Téranga et trois matchs nuls. La dernière rencontre entre les deux équipes remonte à 2012, remportée par le Sénégal 1-0 à Marrakech. 

Les sélections marocaine et du RDC se sont rencontrées à 10 reprises avec 2 victoires pour les Lions de l’Atlas, 5 matchs nuls et 3 défaites. Le dernier match ayant opposé les deux équipes s’est déroulé en 2017 à l’occasion de la CAN au Gabon, marquée par la défaite des Nationaux par 1-0 au titre de la première journée du groupe C qui comprenait la Côte d’Ivoire et le Togo.

*(MAP)