Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Energie : Le leader chinois CCCC veut construire une unité flottante de regazéification au Maroc


Rédigé par Kawtar Chaat le Mercredi 8 Décembre 2021

China Communications Construction Co (CCCC), le géant chinois de la construction, est candidat à la construction d'une unité flottante de regazéification (FSRU), dont l’Appel à manifestation d’intérêt, lancé par le ministère marocain de l'Énergie, s'est achevé le 25 octobre. Ce dernier prévoit le lancement d'un appel d'offres en juin 2022.



China Communications Construction Corporation (CCCC) a lancé un Appel à manifestation d'intérêt (AMI) pour construire la première unité flottante de regazéification (FSRU) du royaume, rapporte Africa Intelligence.
 
« Parmi la vingtaine de candidats qui ont répondu à l'appel à manifestation d'intérêt bouclé le 25 octobre par la nouvelle ministre de l'énergie Leila Benali, figure un consortium mené par l'une des filiales de CCCC, China Road & Bridge Corp (CRBC) », fait savoir la lettre d'information.
 
Selon la même source, ce consortium comprend également CCCC Third Harbour, une autre branche du conglomérat chinois d'infrastructures portuaires, ainsi que l'entreprise privée Wison Engineering, une société basée à Shanghai et spécialisée dans l'industrie pétrochimique.
 
L'appel d'offres relatif à la construction d'une unité de conversion du gaz liquéfié en gaz naturel au large des côtes marocaines, a été lancé en avril 2021 par le ministère de l'Energie. Cette nouvelle infrastructure devrait permettre au Maroc d'importer du gaz naturel liquéfié (GNL) par voie maritime, et de le transformer en gaz industriel pour le distribuer aux clients nationaux et internationaux du secteur, ainsi qu'aux centrales électriques de l'Office national de l'électricité et de l’eau (ONEE).

Fermeture du GME : des alternatives qui se font nombreuses

La nouvelle ministre de l'Energie, Leila Benali, a décidé, le 15 octobre, de prolonger de dix jours la période de consultation de l’AMI, jusqu'au 25 octobre 2021. Une décision motivée par la volonté de plusieurs grandes entreprises nationales et internationales de prendre part à ce projet d'importance stratégique pour le Royaume.
 
Le projet de construction d'une unité de regazéification au large des côtes marocaines est l'une des alternatives au Gazoduc Maghreb-Europe (GME), qui fournissait en gaz naturel l'Espagne via le Maroc, et que le régime algérien a décidé de fermer à compter du 1er novembre 2021. Une partie du gaz du voisin maghrébin qui transitait par le GME servait également à alimenter les deux centrales électriques, Ain Beni Mathar et de Tahaddart, désormais fermées.
 
Sur la base de l’AMI, les services de Leila Benali prévoient de lancer un véritable appel d'offres en juin prochain. En attendant, ajoute la lettre d’information, le ministère de l'Energie devra « finaliser le choix du port qui accueillera l’unité flottante FSRU, entre par ordre de préférence, Mohammedia, Nador West Med (en cours de construction) et Kénitra », explique Africa Intelligence.
 
Pour sa part, le britannique Predator Oil & Gas avait déjà manifesté son intérêt pour le projet FSRU en mai. Predator, qui détient déjà un permis d'exploration gazière à Guercif au Maroc, a souligné dans son dossier son expérience et ses connaissances acquises dans le domaine du FSRU, après avoir développé une infrastructure similaire en Irlande.
 
De son côté, CCCC espère remporter son deuxième plus gros contrat au Maroc, après celui qu'elle a remporté en 2019 pour développer le projet Tanger Tech City.

  


Dans la même rubrique :
< >