L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


Sport

Elimination de l’Espagne : vers la démission ou le limogeage de Luis Enrique


Rédigé par Rachid MADANI le Jeudi 8 Décembre 2022



Le torchon brule entre la Fédération espagnole et son entraineur. « Luis Enrique est sur la sellette ». « Luis Enrique est dans le collimateur ». « Luis Enrique est pointé du doigt ». « Luis Enrique est  responsable de la débâcle contre le Maroc ». 
 
Voici comment la presse de Madrid et de Barcelone a titré ses journaux. La désolation et la tristesse pour le coup dur et inattendu reçu se sont poursuivies toute la nuit et sur le chemin de l'aéroport de Doha.
 
Toute l’expédition était unanime sur un détail important : Le Maroc était faible sur le papier mais fort sur le terrain. Les questions sans réponse sur ce qui s'était passé se sont répétées, mais la conclusion a été dévastatrice : « Nous sommes revenus sur ce qui s'est passé lors de la Coupe du monde en Russie. Il n'y a aucune explication. Nous sommes toujours à Moscou ».
 
 Le jeu et l'image offerte lors des deux derniers matches ont conduit l'Espagne à revenir et à dire au revoir à la Coupe du monde sans gagner de match nul depuis l'Afrique du Sud 2010. Après l'élimination contre la Russie à Moscou en juillet 2018, c'est le changement sur le banc en raison de la présence provisoire de Fernando Hierro. Luis Enrique est arrivé et le football espagnol n'a pas évolué, il est dans la même case, c'est-à-dire rentrer chez lui après le premier face-à-face.
 
A la Fédération, le président Rubiales et ses proches collaborateurs le savent et ils reconnaissent, avec douleur que oui qu'en quatre ans rien n'a évolué, que le coup a été le même.
 
Maintenant, l’exemple à suivre est sur la table : voir de près comment Fouzi Lekjaâ a réussi dans sa mission pour sauver le football marocain longtemps dans la dérive. Ils n'ont pas non plus vu d'autocritique après l'élimination.
 
L'objectif est de gagner, à ce niveau, et il n'a pas été atteint malgré la satisfaction affichée le staff technique espagnol  pour l'application de son plan sans aucune conséquence positive. Ils s'attendent à ce que Luis Enrique franchisse le pas. Ils souhaitent qu’il démissionne à l’image de l’entraineur de la Belgique pour éviter les problèmes. La confiance en Luis Enrique n'est plus la même partout.
 
En football, on vit des résultats et les résultats n'ont pas été bons. A Qatar, certaines des choses qui se sont produites dans la concentration n'ont pas été appréciées ou du moins se sont éloignées de l'idéologie de la relation Fédération-Luis Enrique.
 
L’entraineur de l’Espagne a fait cette déclaration à la presse: « Mon avenir? La semaine prochaine, je parlerai avec Rubiales ». Le dernier mot appartient à la Fédération qui, pour le moment,  attend que l'entraîneur se prononce, mais la fin du cycle est quelque chose qui survole l'esprit de presque tous ceux qui ont fait partie de l'expédition à Doha.
 
Ils croient que ce devrait être l'entraîneur qui prend la parole, celui qui franchit le pas. Dans les équipes qui n'ont pas atteint l'objectif, les techniciens ont été les premiers à dire adieu à leurs postes.
 
Aussi avec Luis Enrique, il n'y a pas de problème car son contrat se termine à la fin de l’année. Le vestiaire est du côté de l'entraîneur, mais cela ne signifie pas que les joueurs ne partagent pas certaines des décisions de l'entraîneur.
 
Ils se sont parfois sentis corsetés, avec une façon de jouer poussée à l'extrême, sans possibilité de sortir d'un scénario écrit à l'avance et qu'ils n'avaient pas d'alternative.
 
Contre le Maroc, très peu ont compris le départ de Gavi et Asensio avec autant de temps devant eux. Ils ont insisté à maintes reprises avec la même façon de jouer, avec peu de présence dans la surface marocaine et avec deux tirs entre les trois bâtons. Passes et passes avec peu de profondeur.
 
Au total 756 pour 48 tirs, très loin de ce qui a été fait par les autres équipes. L’éventuel successeur de Luis Enrique est déjà en tête de liste : il s’agit de l’ancien entraineur de Valence et de Bilbao Marcelino.
 








🔴 Top News