Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Egypte : Les manifestations contre Sissi se poursuivent toujours


le Dimanche 27 Septembre 2020

Pour la septième journée consécutive, de nouvelles manifestations ont eu lieu dans les gouvernorats de Gizeh, Minya et Assouan.



Egypte : Les manifestations contre Sissi se poursuivent toujours
En parallèle, l’opposition égyptienne à l’étranger organise une série d’activités de protestation pour exprimer son soutien et sa solidarité avec le mouvement de protestation en Égypte, et pour exiger le départ de Sissi.

Et pour la deuxième journée consécutive, samedi, les Egyptiens ont organisé une manifestation dans la capitale française, Paris, devant la tour Eiffel pour soutenir le mouvement révolutionnaire en Egypte.

Il y a eu aussi des manifestations, samedi, dans les villes italiennes de Milan, Amsterdam et Sydney, condamnant les conditions de vie des Egyptiens.

D’autres veillées devaient avoir lieu dimanche à Munich, en Allemagne, et à Sarajevo, en Bosnie, selon des militants de l’opposition à l’étranger.

Les coalitions et rassemblements d’Égyptiens à l’étranger ont annoncé l’organisation de 13 activités, allant d’un stand de protestation à une manifestation de soutien au mouvement révolutionnaire en Égypte, qui a débuté vendredi et se poursuivrait samedi et dimanche.

De leur côté, 3 organisations de défense des droits humains ont appelé le gouvernement égyptien à respecter le droit de manifester.

Malgré les campagnes d’arrestations et la grande alerte sécuritaire sur les principales places, de nombreux gouvernorats, villes et villages égyptiens ont été témoins de manifestations de protestation du 20 septembre au vendredi, notamment à Gizeh, Minya, Le Caire, Beheira, Alexandrie, Assouan, Qalyubie, Minya et Assiout, Beni Suef, Sohag, Fayoum, Damietta et Dakahlia.

Manifestations nocturnes 

Des manifestations de protestation «massives» ont commencé hier après la prière du vendredi, dans le cadre des activités appelées «vendredi de colère» appelées par les militants et les opposants, notamment l’artiste et entrepreneur Muhammad Ali.

Malgré le siège sécuritaire continu, les habitants du village d’Al-Kadaya dans le gouvernorat de Gizeh, à l’origine de l’étincelle des manifestations du 20 septembre, ont organisé une manifestation de protestation condamnant le régime de Sissi.

Les médias d’opposition ont confirmé que plus de 50 villages et villes dans un certain nombre de gouvernorats égyptiens ont assisté à de nombreuses veillées et marches de protestation pour exiger le départ de Sissi du pouvoir.

Dans une scène inédite, vendredi, des manifestants égyptiens ont déchiré les photos d’Al-Sissi et les ont piétinées lors de leurs manifestations de protestation, connues sous le nom de «Vendredi de la colère ».

Dans le même contexte, des témoins oculaires ont déclaré que les forces de sécurité égyptiennes ont tué 3 manifestants et blessé 8 autres, dans le village de Blida, dans le district d’AlAyyat, dans le gouvernorat de Gizeh, dans le contexte de l’interruption d’une manifestation pacifique de protestation qui a éclaté après la prière du vendredi.