Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Éclairages avec le sélectionneur national Mustapha Haddaoui

Entretien


Rédigé par Mohamed LOKHNATI le Samedi 19 Décembre 2020

Beach Soccer : Préparatifs à la coupe d’Afrique



Éclairages avec le sélectionneur national Mustapha Haddaoui
En préparation à la coupe d’Afrique qualificative à la coupe du monde en Russie, la sélection nationale entrera à partir de ce dimanche en stage de préparation d’une semaine. Les poulains de Mostapha Haddaoui devraient disputer deux matches amicaux au centre Mohammed V, respectivement contre les l’UAE ces jeudi et vendredi et le Liban pour le mois de janvier. C’est ce que l’entraîneur Mustapha Haddaoui a précisé dans un entretien à « L’Opinion Sports ». Le reste de cette entrevue a été également l’occasion de jeter la lumière sur d’autres sujets qui taraudent le Beach Soccer marocain.

- L’Opinion Sports: Nous savons que le Beach Soccer national ne jouit pas des mêmes atouts que ceux de certains pays africains, comme le Sénégal, comment se porte le Beach Soccer au Maroc ?
- Mustapha Haddaoui: Malgré certaines difficultés qui entravent encore le Beach Soccer national, dont l’absence d’un championnat constitue l’handicap majeur, nous osons avancer que notre Beach Soccer classé parmi le top trois en Afrique et 17ème mondiale par la FIFA, se porte plutôt bien.

- Justement, le croyait venir en 2019, mais en vain, n’est-il pas temps de mettre en place un championnat national ?
- En effet c’est un rêve que tout le monde caresse aujourd’hui. En 2018, la possibilité de créer un championnat était dans les viseurs de la FRMF. Je pense qu’il n’a pas eu lieu parce que 2018 a été une année très chargée sportivement, que ce soit au niveau des sélections nationales ou encore du fait de l’organisation par notre pays de grands événements sportifs dans notre pays », regrette El Haddaoui qui aurait aimé voir ce championnat démarrer « parce qu’on avait cette Coupe d’Afrique, mais ça n’a pas été possible ». Pour remédier relativement au problème, nous avons, avec l’appui de la FRMF, créé la ligue professionnelle.

- Une Ligue professionnelle dont l’on ignore beaucoup, c’est peutêtre l’occasion d’y jeter un peu plus de lumière M. Haddaoui
- Il s’agit d’une compétition où l’équipe qui s’impose au niveau de chaque ligue se qualifie pour le tournoi final que nous organisons. Convenez avec moi qu’il est difficile d’avoir une équipe compétitive, sans un vrai championnat et avec des joueurs qui n’ont pas assez de matchs dans les jambes. J’estime que la semaine de concentration mensuelle que nous organisons ne remplace, pas non plus, la compétition chaque week-end.

- Comment voyez-vous le Beach Soccer national performer et progresser au Maroc !
- Je ne le répèterai jamais assez, il faut que le Beach Soccer national soit doté d’un championnat. Si on avait un grand nombre de pratiquants, on aurait forcément l’embarras du choix, pour constituer une équipe nationale compétitive et capable de réaliser d’excellents résultats. J’imagine mal des performances, sans championnat et avec des joueurs qui n’ont pas souvent assez de temps de jeu dans les jambes. Pourtant, des pays aux ressources bien limitées comme le Sénégal, possèdent leur propre championnat. C’est ce qui explique d’ailleurs pourquoi les Lions de la Teranga flambent au niveau continental et se qualifient régulièrement pour les coupes du monde de la spécialité...

- En attendant, la vie continue. Parlez-nous un peu de vos projets M. Haddaoui ?
- Mis à part notre souci majeur de nous qualifier à la coupe d’Afrique qualificative à la coupe du monde prévue au Sénégal en mai prochain, que nous préparons d’ailleurs déjà dans de très bonnes conditions, nous continuerons sur notre lancée de formation entamée il y a quelques années. En tant qu’instructeur FIFA, nous projetons chaque année un programme de formation en faveur des arbitres et entraîneurs. Avec l’appuie de la FRMF, ne lésinerons sur aucun moyen, pour doter le Beach Soccer national en coaches qui prendront le relais et assureront la continuité de la relance de notre Beach Soccer et son rayonnement dans le panthéon de l’élite africaine et pourquoi pas internationale.