Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Développement humain en 2020 : Les sombres prévisions du PNUD


Rédigé par A.C le Dimanche 24 Mai 2020

Pour la première fois depuis 1990, le développement humain pourrait décliner en 2020 à cause des conséquences sanitaires, sociales et économiques de la pandémie de Covid-19.



Développement humain en 2020 : Les sombres prévisions du PNUD
L’Indice de développement humain– qui mesure conjointement l'éducation, la santé et le niveau de vie –  est en voie de reculer cette année, pour la première fois depuis 1990, à cause des conséquences sanitaires, sociales et économiques de la pandémie de COVID-19, selon le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Seule une action concertée privilégiant l'équité pourrait atténuer cette crise de développement sans précédent, estime l’agence onusienne dans une récente étude qui évoque notamment la nécessité de réduire la fracture numérique.

 « Le monde a connu de nombreuses situations critiques au cours des 30 dernières années, notamment la crise financière internationale de 2007-2009. Chacune a durement touché le développement humain, mais, dans l'ensemble, les gains de développement ont progressé d'une année sur l'autre », déclare l'Administrateur du PNUD, Achim Steiner. « Le COVID-19 – qui impacte trois domaines simultanément, à savoir la santé, l'éducation et le revenu - pourrait modifier cette tendance», ajoute-il cependant.

Les déclins dans les domaines fondamentaux du développement humain se font sentir dans la plupart des pays - riches et pauvres - et toutes les régions, souligne le PNUD.
 
Le revenu mondial par habitant devrait chuter de 4%
 
Avec les fermetures d’écoles,  l’agence onusienne révèle que 60 % des enfants ne reçoivent pas d'éducation, conduisant à des niveaux globaux jamais vus depuis les années 80. Elle fait savoir aussi que 86 % des enfants de l'enseignement primaire ne sont plus effectivement scolarisés dans les pays à faible niveau de développement humain, contre seulement 20 % dans les pays ayant un niveau de développement humain élevé.

Le PNUD estime, cependant, qu’un accès plus équitable à Internet  permettrait de combler les lacunes actuelles dans l'éducation. De même, des interventions déterminées et axées sur l'équité peuvent aider les économies et les sociétés à se mobiliser, et à atténuer les répercussions profondes de la pandémie de COVID-19.

L’agence onusienne souligne, enfin, que le revenu mondial par habitant devrait de son côté chuter cette année de 4%.

Dans le rapport du PNUD de 2019 sur le développement humain, faut-il le rappeler, le Maroc figurait au 121ème rang parmi 189 pays et territoires. Un rang que le Royaume doit à un indice de développement humain (IDH) à 0.676. Une note qui classe le Royaume dans la catégorie «développement humain moyen». «Entre 1990 et 2018, l’IDH du Maroc a progressé de 0.458 à 0.676, soit une hausse de 47,7%», expliquait le rapport.

Le score du Maroc dans le développement humain des femmes est de 0,603 contre 0,724 pour les hommes. Ces deux scores sont utilisés pour calculer un indice de développement du genre (IDG). Dans ce dernier, le Maroc a obtenu un score 0,833 qui le classe dans la catégorie des pays ayant un niveau de développement humain très inégalitaire entre les hommes et les femmes.

La Tunisie et l’Algérie sont également catégorisées parmi les pays les plus inégalitaires.

  


Dans la même rubrique :
< >