Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Des dispositifs respiratoires 100% made in Morocco


Rédigé par Oussama ABAOUSS le Vendredi 3 Avril 2020

La Fondation de Recherche de Développement et d’Innovation en Sciences et Ingénierie (FRDISI) vient de mettre au point 4 projets de dispositifs respiratoires 100% made in Morocco.



Des dispositifs respiratoires 100% made in Morocco
4 prototypes de dispositifs respiratoires viennent d’être mis au point par les chercheurs marocains affiliés à la Fondation de Recherche de Développement et d’Innovation en Sciences et Ingénierie (FRDISI) : deux masques filtrants, un dispositif d’assistance respiratoire assistée et un dispositif d’assistance respiratoire pour les salles de réanimation.

« Nous avons une cinquantaine de chercheurs qui ont contribué pour préparer ces projets. Dans un contexte de crise sanitaire nous avons estimé qu’il fallait arrêter temporairement nos autres projets pour concentrer nos efforts sur ce travail » explique Hicham Medromi Professeur chercheur à l’EN-SEM-UH2C et directeur du projet à la fondation qui, habituellement, travaille sur l’élaboration de drones, de dispositifs énergétiques et cynégétiques ainsi que divers systèmes mobiles. « Nos chercheurs ont travaillé à distance pendant deux semaines pour la phase de modélisation et de conception.

Quand les projets sont arrivés à maturité, nous sommes passés à la réalisation des prototypes avec l’aide d’ingénieurs et techniciens spécialisés et en collaboration avec le médecin militaire Mohamed Farik du service de santé militaire des Forces Armées Royales qui s’occupe du volet médical » raconte le chercheur.

Un masque filtrant pour grand public

« Le premier masque filtrant que nous avons préparé est destiné à monsieur tout le monde » précise M. Medromi. C’est une alternative aux masques qui sont actuellement rares à trouver et qui « représentent quand même un risque » car les germes peuvent passer malgré l’effort de protection. Le masque filtrant destiné au grand public est préparé de sorte à ce qu’il permette au porteur de respirer plus librement tout en apportant un haut degré de protection grâce à un filtre dont la durée de vie est de 7 jours.

Ce projet qui est actuellement finalisé a déjà été breveté à l’OM-PIC le 26 mars dernier. Son coût de revient est de 60 dirhams par masque et de 30 dirhams par filtre. La fondation peut en produire 150 par semaine. M. Hicham Medromi nous affirme également que la FRDISI est actuellement en train de travailler avec un industriel qui s’est proposé de prendre le relai pour l’industrialisation et la mise en conformité du dispositif avec les normes et certifications en vigueur dans le domaine.

Un dispositif pour le milieu hospitalier

Le deuxième brevet déposé par la FRDISI concerne un masque filtrant dédié au personnel soignant et aux malades. « Nous avons énormément échangé avec les médecins pour comprendre les besoins et les défis à relever. C’est la raison pour laquelle nous avons conçu un masque pour les malades qui viennent dans un hôpital.

Ce dispositif permet d’empêcher qu’ils ne transmettent un virus dans le cas où ils seraient infectés, et dans le cas contraire de les protéger d’autres malades qui sont avec eux dans le même endroit » explique le chercheur. « Il y a un deuxième prototype dans le cadre de ce deuxième brevet qui est pour sa part destiné au personnel soignant. Sa spécificité réside dans le fait qu’il soit plus confortable et plus souple vu que le personnel soignant est amené à le porter pendant de longues heures. Ce masque a également un niveau encore plus renforcé en terme de protection » souligne M. Medromi.

Deux dispositifs respiratoires assistés

« Une fois qu’on a pu couvrir les besoins du grand public, des patients qui fréquentent le milieu hospitalier et ceux du personnel soignant, nous nous somme consacré à élaborer des dispositifs dédiés aux malades » raconte le chercheur.

Toujours avec la collaboration du Dr Mohamed Farik, médecin militaire qui s’occupe du « volet médical », les chercheurs de la fondation ont planché sur un prototype respiratoire assisté qui est muni d’une pompe afin de donner le débit nécessaire pour les malades qui présentent un état d’insuffisance respiratoire. « Le dernier prototype qu’on a réalisé et qu’on est actuellement en train d’améliorer est dédié à une utilisation en processus de réanimation » déclare M. Hicham Medromi qui souligne que ces deux derniers prototypes vont recevoir leur brevet dans « les prochains jours ».

Oussama ABAOUSS