Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Décès de trois camionneurs Algériens : Alger accuse officiellement le Maroc !

Mise à jour (3 novembre 2021 à 18H30)


Rédigé par S.A le Mercredi 3 Novembre 2021

Le régime des généraux algériens confirme ses velléités bellicistes en franchissant un nouveau palier dans son escalade guerrière envers le Maroc qui perdure depuis plusieurs mois. La présidence algérienne, qui campe dans sa stratégie du pire, a accusé l’armée marocaine d’avoir bombardé des camions algériens et tué trois de leurs occupants en Mauritanie. Après le démenti de l’état-major mauritanien, le Royaume réagit officieusement.



Ces allégations circulent sur les réseaux et certains sites électroniques depuis mardi matin, mais aucune source officielle d’Alger ne s’est prononcée sur l’affaire, jusqu’au mercredi après-midi, où la présidence a non seulement confirmé la mort des trois Algériens, mais elle a également accusé directement l’armée marocaine de les avoir « assassinés », menaçant que leur « assassinat ne restera pas impuni».
 
Sans présenter aucune preuve et sans indiquer l’endroit exact de l’attaque, le régime des généraux a habillé son communiqué par des éléments de langages vagues dans l’ambition d’embrouiller l’opinion publique. De leur côté, les médias pro-régime avancent que l’attaque aurait visé des camions algériens dans le nord de la Mauritanie. Sur les réseaux sociaux, la cyber-armée algérienne relaye des séquences vidéo montrant des camions calcinés, commentant qu'il s'agissait des camions algériens qui auraient été attaqués dans la zone précitée.
 
Des allégations rejetées par l’armée mauritanienne qui a démenti, de façon ferme la machine propagandiste algérienne. L’état-major mauritanien des armées a déclaré, dans un communiqué que, « depuis hier (Ndlr : lundi 1er novembre), plusieurs sites et plateformes médiatiques ont fait circuler une information relative à une attaque perpétrée contre des camions algériens dans le nord du pays ».
 
« La Direction de la communication et des relations publiques de l'état-major général des armées dément toute attaque survenue à l'intérieur du territoire national », précise la défense mauritanienne dans son communiqué.
 
L’état-major mauritanien a appelé toutes les parties « à s’assurer de la véracité des informations diffusées et à faire preuve de prudence face aux sources d'information suspectes ». Pour le moment le Maroc n’a fait aucune réaction officielle sur cette question, cependant, une source informée a indiqué à l'Agence française AFP que Rabat «ne sera jamais entraîné dans une spirale de violence et de déstabilisation régionale». 
 
Selon la même source, la zone dans laquelle le bombardement aurait eu lieu est «empruntée exclusivement par des véhicules militaires des milices armées» du Front Polisario.


Le communiqué de la présidence algérienne interpelle donc sur la motivation du régime des généraux, qui vit toujours une profonde déception après le vote de la Résolution 2602 par le Conseil de Sécurité, prorogeant pour une année le mandat de la MINURSO, tout en consacrant la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie.
 
Cette histoire de camionneurs se présente ainsi comme une étape supplémentaire dans l’escalade entamée depuis des mois par l’Algérie qui cherche la guérilla à travers une série de provocations et d’actions hostiles. Or, le Royaume a d'autres priorités. La source marocaine d'AFP l'a d'ailleurs bien affirmé : «Si l'Algérie veut la guerre, le Maroc n'en veut pas».

  


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 27 Novembre 2021 - 19:50 Voici les nouvelles conditions d’accès au Maroc