Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Tribune libre

Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?


Rédigé par Salem AlKetbi le Lundi 18 Octobre 2021


Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?
Certains éléments talibans ont été visés à plusieurs reprises par des attentats-suicides de Daech ces derniers temps, tandis que d’autres ont ciblé des mosquées appartenant à la minorité chiite hazara d’Afghanistan.

Selon la Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA), Daech Khorasan a mené 77 attaques au cours des quatre premiers mois de cette année. Zabiullah Mujahid, porte-parole des talibans et ministre de la Culture, a déclaré que le groupe serait « bientôt éliminé. »

« Nous ne classons pas Daech comme une menace, mais comme un casse-tête. Ils ont été expulsés et leurs abris ont été trouvés, » a déclaré Mujahid, soulevant d’importantes questions sur la nature et l’étendue du danger que représente le déploiement de Daech dans certaines régions d’Afghanistan.

S’agit-il vraiment d’un simple « mal de tête » pour les talibans, ou d’une menace existentielle pour le mouvement, qui lutte pour la domination et le contrôle du territoire afghan ?

Dans l’absolu, les capacités de Daech au Khorasan semblent nettement inférieures à celles des talibans, tant en termes de nombre et d’équipement qu’en termes d’expérience du combat et de connaissance de la nature du territoire afghan, dont les talibans ont une expérience considérable.

Rien de tout cela ne diminue cependant l’ampleur de la menace que représente Daech, notamment en ce qui concerne des questions spécifiques.

Premièrement, il existe la possibilité de déployer des éléments d’al-Qaïda dans des zones reculées et de les préparer comme centres d’attraction, d’entraînement et de planification d’opérations terroristes en dehors de l’Afghanistan, comme ce fut le cas pour Al Qaïda jusqu’aux attentats du 11 septembre 2001. Deuxièmement, nous ne pouvons pas vraiment comparer les capacités de Daech au Khorasan avec celles des Talibans.

Deach s’appuie sur une grande expérience, qui dépasse en fait les capacités du mouvement afghan, grâce au transfert d’expérience de l’organisation mère après que son soi-disant état en Irak et en Syrie se soit effondré sous le poids des coups de la coalition internationale antiterroriste dirigée par les États-Unis.

En effet, Daech en Afghanistan ne peut que constituer un sérieux problème pour tout le monde, tant pour les talibans que pour les pays visés par Daech en général, principalement les États-Unis et, dans une moindre mesure, la Russie et l’Iran.

Les experts sont toutefois presque unanimes à penser que le chaos persistant en Afghanistan sert les intérêts des organisations terroristes en général et de la branche régionale de Daech en particulier.

Cela pose un plus grand risque pour la sécurité que la montée des talibans eux-mêmes pour plusieurs raisons et considérations, dont la principale est la tendance du mouvement à éviter les erreurs du passé et à rechercher une reconnaissance internationale. Les deux parties ont également des priorités très différentes. Les talibans cherchent avant tout à gouverner l’Afghanistan.

Dans cette phase, le Daech cherche à renforcer ses positions et à restaurer la confiance de ses partisans en élargissant la cible des talibans et des intérêts occidentaux en Afghanistan. Selon les évaluations stratégiques occidentales, l’État islamique du Khorasan compte environ 800 éléments terroristes. Toutefois, ces estimations datent de 2018.

Il est donc difficile de se faire une idée analytique précise des capacités opérationnelles de l’organisation spécifique de Da’ichi. Depuis 2014, le groupe a appris à étendre sa sphère d’influence d’une petite zone à une zone équivalente à la taille du Royaume-Uni (Daech contrôle environ 88 000 kilomètres carrés en Irak et en Syrie), et a commencé avec environ 1 000 terroristes.

Quatre ans plus tard, cependant, l’organisation a pu recruter environ 40 000 combattants. À un moment donné, environ 1 500 terroristes rejoignaient le groupe chaque mois.

Bien que la menace de « l’État islamique en Irak et en Syrie » soit minime depuis la disparition de son soi-disant État, son aventure reste une « source d’inspiration » pour d’autres chefs terroristes dans d’autres régions, dont, bien sûr, l’Afghanistan. Cela ne signifie certainement pas que l’expérience serait reproduite.

Mais cela n’empêche pas non plus d’autres personnes de vouloir la reproduire. Il est évident que Daech a gagné en puissance depuis que les talibans ont pris le contrôle de la capitale Kaboul, que l’ancien président Ashraf Ghani a fui et que l’armée afghane s’est effondrée.

La raison en est que le groupe a commencé à attirer les dissidents talibans parce qu’ils croient qu’ils travaillent secrètement avec les États-Unis. Ceux-ci pensent que les talibans n’adhèrent plus au cadre idéologique sur lequel ils ont été fondés.

Des rapports non confirmés font état de divisions au sein du mouvement, notamment entre les factions fidèles au mollah Abdul Ghani Baradar, le vice-premier ministre qui a dirigé les pourparlers de Doha avec les États-Unis, et les partisans de Sirajuddin Haqqani, le ministre de l’Intérieur par intérim, connu pour sa position extrêmement dure.

Ces divisions sont fondées sur un changement de comportement du mouvement en réponse aux demandes de reconnaissance internationale. En conséquence, certains s’attendent à ce que les talibans perdent une grande partie de leurs éléments extrémistes.

La branche afghane des Deach continue de mettre en œuvre sa stratégie d’enracinement dans les zones de conflit comme le début d’une nouvelle expansion à l’avenir. Compte tenu de l’expansion récente de ses opérations terroristes en Afghanistan, Daech Khorasan est sans doute un véritable problème pour les talibans et une menace pour la sécurité et la stabilité internationales.

 
Par Salem AlKetbi
Politologue émirati et ancien candidat au Conseil national fédéral

  



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 30 Novembre 2021 - 20:36 Plaidoyer pour la langue Arabe classique