Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

DGSN : Les opérations de contrôle des mesures sanitaires seront désormais plus rigoureuses


Rédigé par le Mardi 1 Septembre 2020

Plusieurs opérations de contrôle menées par la sécurité nationale depuis quelques jours ont révélé d’innombrables infractions, particulièrement à Casablanca.



(Ph. Kamal)
(Ph. Kamal)
Nos réseaux sociaux ont été envahis, le week-end dernier, par des publications de casablancais contestant ce que plusieurs ont qualifié d’abus de pouvoir, quand des patrouilles de police, dans divers établissements, sont venues leur imposer des amendes pour non-port du masque, alors qu’ils dégustaient un repas.

Les autorités locales ne sont pas restées insensibles à la gronde des clients face à ces contestations.
Selon une source autorisée de la DGSN, les contrôles sont très actifs en ce moment et concernent les lieux accueillant le public, les quartiers fermés, les cafés, les restaurants, les marchés et tous les lieux de rassemblement dans toute la ville.

L'objectif est de contrôler le respect des dispositions réglementaires : port du masque par le personnel, respect des mesures d'hygiène tels que la désinfection et la présence de produits désinfectants, la distanciation physique, les horaires de fermeture.

Les clients, quant à eux, ne sont certes pas amenés à porter un masque au sein d’un restaurant ou d’un café, mais ils sont dans l’obligation d’en disposer.
 
Ces contrôles vont continuer pour faire appliquer la loi au sein de ces établissements, que ce soit les règlements régissant leur fonctionnement ou les dispositions de l'état d'urgence sanitaire.

 

Reportage photo : Kamal
49 restaurants autorisés à servir des boissons alcoolisées et 117 cafés ont été contrôlés dans le cadre des opérations de contrôle de la DGSN au cours de la semaine dernière à Casablanca. A l’issue de ces opérations, 119 infractions ont été enregistrées, dont 31 au niveau de la corniche de Aïn Diab.

Ces dispositions interviennent pour faire face à des contournements de la loi, à l’exemple des tentatives de créer des espaces bar ou danse relevés par les autorités locales, les bars et les boîtes de nuit étant fermés. D’ailleurs, 7 établissements ont été fermés jeudi 27 aout pour des périodes de 48h à une semaine à cause du non-respect des mesures réglementaires.
 
Dans une déclaration à la presse organisé ce mardi, le porte parole de la DGSN, Boubaker Sabik, a souligné que "Le Directeur général de la sûreté nationale a donné des ordres fermes quant à la stricte application des dispositions légales et organisationnelles se rapportant aux unités touristiques, de manière à faire respecter l’état d’urgence sanitaire et lutter contre la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus".


Lesdites instructions et les mesures y afférentes visent "à préserver la santé des citoyens, garantir la mise en oeuvre appropriée des règlements régissant le fonctionnement des hôtels, des restaurants classés, des cafés et autres unités touristiques, en plus de l'application rigoureuse des dispositions de la loi relative à l’entrée et au séjour des étrangers sur le territoire national", a-t-il poursuivi.

L’une des opérations, menée le lundi 31 août dans une unité hôtelière sur la corniche de Aïn Diab, a révélé d’innombrables infractions, notamment la vente de boissons alcoolisées de contrebande, la falsification des timbres fiscaux de la douane et des étiquettes des marques de boissons, et l’ouverture d'une boîte de nuit, bravant les mesures imposées dans le contexte de l'état d'urgence sanitaire, alors ladite unité hôtelière ne dispose que d'une autorisation de débit de boissons de catégorie 1 (type restaurant).

Plusieurs éléments de preuve ont été saisis, à savoir 108 timbres fiscaux falsifiés, 22 bouchons scellés par un faux cachet des Douanes, 74 bouteilles vides, 11 bouteilles d'alcool de contrebande. Les services de la douane ont contribué à l’enquête et ont pu confirmer l’inauthenticité des timbres.

D’autre part, les autorités locales ont procédé à l’arrestation de 4 ressortissants algériens qui résidaient illégalement au Maroc, au sein de l'hôtel, depuis 2019.

Le gérant de l'hôtel a été placé en garde à vue et les procédures d'expulsion des ressortissants algériens ont été entamées. Les enquêtes se poursuivent pour découvrir tous les aspects de cette affaire et arrêter toutes les personnes concernées.