Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Crise ukrainienne : Macron arrache un Sommet à Poutine et Biden


Rédigé par La rédaction le Lundi 21 Février 2022

L’Elysée a annoncé qu’un Sommet aura lieu prochainement entre Joe Biden et Vladimir Poutine sur la crise ukrainienne. Blinken et Lavrov décideront du contenu de ce Sommet ce jeudi 24 février.



Ph : AFP
Ph : AFP
Tout faire pour sortir du conflit Américano-russo-ukrainien. Les présidents russe Vladimir Poutine et américain Joe Biden ont «accepté le principe» d’un Sommet, proposé par leur homologue français Emmanuel Macron au cours de longs échanges téléphoniques ce dimanche.

Le chef de l’État français «a proposé qu’un Sommet puisse se tenir entre Biden et Poutine, puis avec tous les autres protagonistes, sur la sécurité et la stabilité stratégique en Europe. Les Présidents Biden et Poutine ont chacun accepté le principe d’un tel Sommet», peut-on lire dans le communiqué publié par l’Elysée dans la nuit de dimanche à lundi.

La présidence française précise également que ce Sommet commencera à être préparé dès ce jeudi, avec une première rencontre entre le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken et son homologue russe Serguei Lavrov pour préparer le contenu du Sommet. Mais l’Élysée prévient néanmoins, cette rencontre «ne pourra se tenir que si la Russie n’envahit pas l’Ukraine» d’ici là.

Dans son communiqué, la Maison Blanche fait preuve des mêmes réserves. «Nous nous engageons à poursuivre la diplomatie jusqu’au moment où une invasion débutera [...] Nous sommes également prêts à infliger des conséquences rapides et sévères si la Russie choisit la guerre à la place», prévient Jen Paski, porte-parole de la Maison Blanche. L’annonce de ce Sommet intervient alors que les Etats-Unis affirment que la Russie est sur le point d’envahir l’Ukraine.

Des images satellites font ainsi état de nouveaux déploiements de troupes et de matériels russes à la frontière ukrainienne. Et pour certains observateurs, il semble d’ailleurs peu probable que Vladimir Poutine soit réellement en train de chercher une issue diplomatique au conflit actuel.

«Je pense qu’il balade les Européens et les Américains et que nous aurons dans quelques jours des provocations dans le Donbass qui lui permettront de nourrir son discours» pour envahir l’Ukraine, estime Pierre Servent, expert en stratégie militaire et spécialiste des questions de Défense.

Le Donbass source d’escalade

Néanmoins, pour les proches conseillers d’Emmanuel Macron, qui multiplie les échanges téléphoniques entre les parties, la voie diplomatique reste la priorité. Selon eux, chaque jour qui passe est un jour de gagné pour la paix. Reste que Vladimir Poutine n’a pas manqué d’attirer l’attention d’Emmanuel Macron, lors de leur entretien téléphonique, sur les activités de l’Otan qui fournit des armes à l’Ukraine et l’encourage ainsi à régler le conflit dans le Donbass par la force. Selon le président russe, l’Alliance atlantique en livrant des armes à l’Ukraine, pousse Kiev vers un dénouement militaire à la crise dans le Donbass.

Un communiqué du Kremlin indique que «le Président russe a signalé que l’escalade était le résultat des provocations des forces de sécurité ukrainiennes. Il a attiré l’attention sur les livraisons incessantes d’armes et de munitions modernes à l’Ukraine par les pays de l’Otan, ce qui pousse Kiev vers une solution militaire du problème du Donbass». Face aux bombardements intenses initiés par Kiev, les civils des républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk (RPD et RPL) se voient obligés d’évacuer les lieux et d’aller se réfugier en Russie, a ajouté le Président. Poutine a de nouveau souligné que Kiev ne faisait qu’imiter le processus de négociation, refusant obstinément de mettre en oeuvre les accords de Minsk et ceux conclus au format Normandie.

Garanties de sécurité en Europe

Poutine et Macron se sont en outre entretenus des propositions russes concernant les garanties de sécurité en Europe. «Vladimir Poutine a de nouveau mis l’accent sur la nécessité pour les États-Unis et l’Otan de prendre au sérieux les demandes russes sur les garanties de sécurité et d’y répondre concrètement et sans détour». Il s’agit de la cinquième conversation téléphonique entre les Présidents russe et français depuis le début de l’année. Elle a duré une heure et 45 minutes.

L’Élysée a publié sa propre déclaration à la suite de l’appel téléphonique de dimanche, affirmant que Poutine et Macron s’étaient mis d’accord sur plusieurs mesures, à savoir : - la reprise des travaux dans le cadre du format Normandie sur la base des échanges et des propositions faites par l’Ukraine ces derniers jours ; - un travail intense pour permettre la tenue d’une réunion du groupe trilatéral de contact dans les prochaines heures avec l’objectif d’obtenir de toutes les parties prenantes un engagement de cessez-le-feu sur la ligne de contact ; - la nécessité de privilégier une solution diplomatique à la crise actuelle et de tout faire pour y parvenir.

Le ministre français de l’Europe et des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, devrait rencontrer son homologue russe, Sergueï Lavrov, dans les prochains jours. Plusieurs consultations seront conduites à Paris à cet effet, ajoute l’Élysée.


Une guerre médiatique aussi

Vidéos, cartes et photos détournées soufflent aussi sur les braises du climat de tensions à la frontière entre l’Ukraine et la Russie ces dernières semaines. Les tensions entre l’Ukraine et la Russie, et la menace d’un conflit militaire qu’elles font peser sur l’Europe ne se résument pas à des pourparlers ou à des grandes déclarations internationales. N’en déplaisent à Emmanuel Macron et Vladimir Poutine qui se sont entretenus durant près de deux heures avant-hier dimanche pour tenter de trouver un nouveau terrain.

Au-delà des images habituelles et des poignées de main relayées sur les canaux hertziens, c’est aussi une guerre des photos et des médias, plus discrète qui se joue sur les réseaux sociaux. En pleine escalade militaire, certains chefs militaires séparatistes n’hésitent pas à utiliser les réseaux sociaux pour instrumentaliser du contenu sorti de son contexte pour diffuser la peur, quand des groupes para-militaires néonazis du côté de Kiev jouent la ferveur nationale avec une septuagénaire, fusil à la main. Plusieurs exemples parlant de ces stratégies ont émergé ce week-end.

Une guerre des images qui va encore plus loin d’après les révélations du site déjà à l’origine de révélations autour de l’opposant politique à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny. Dans les informations métadonnées de ces vidéos, il est possible de trouver le nom du dossier où ont été stockées ces images.

 

  


Dans la même rubrique :
< >