Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Crise de l’emploi : Les centres d’appel sauvent-ils vraiment la mise ?


Rédigé par Saâd JAFRI le Mardi 3 Novembre 2020

Sur le jobboard Rekrute.com, les métiers du Call Center sont les plus grands recruteurs en ces temps de crise. Une reprise qui prête à l’optimisme, mais qui est loin de combler le besoin national.



Crise de l’emploi : Les centres d’appel sauvent-ils vraiment la mise ?
Bien que la crise sanitaire ait complètement sinistrée le marché du travail, les centres d’appels arrivent à tirer leur épingle du jeu. C’est du moins ce qui ressort du dernier baromètre de Rekrute.com, qui indique qu’en septembre dernier, les métiers du Call Center ont ouvert sur le jobboard, pas moins de 3811 postes, soit 42% du total des opportunités ouvertes (tous secteurs confondus). Le site de recrutement ajoute que depuis le début de l’année, le secteur a ouvert 39.427 postes, une performance relativement positive vue la conjoncture. «Aujourd’hui, en nombre d’annonce nous n’avons pas encore atteint les résultats de l’année dernière, mais nous nous en rapprochons assez sérieusement.

Cependant, en termes de postes ouverts, nous sommes à peu près au même niveau que celui de l’année dernière», nous confie Philippe Montant, DG de Rekrute. Ce dernier nous indique que «globalement, nous pouvons dire que le mois de septembre était un mois de relance. Cela ne s’accorde peut-être pas avec la reprise souhaitée, néanmoins cela reste une dynamique positive qui prête à l’optimisme en ces temps de crise». 

Call Center : très demandé ! 
Dans le TOP 5 des emplois les plus demandés, le secteur du Call Center représente 95% des postes sollicités en septembre 2020 (Chargés de Relation Clients Bilingues, conseillers Client en Réception d’Appels, modérateur de Contenu, conseiller en Assurance, etc.), indique le baromètre du jobboard. Pas du tout étonnant, car le secteur du Call Center a été moins exigeant en septembre comme pour le mois de mars 2020 et a demandé des profils moins expérimentés. Les débutants et les profils moins de 1 an d’expériences représentent près de 90% des profils demandés en septembre 2020. Les profils entre 3 et 10 ans d’expériences ont été moins demandés. En détails, 11% concernent des candidats justifiant d’un à trois ans d’activité professionnelle, et 0,7% entre trois et dix ans. «Les centres d’appels continuent à recruter beaucoup, car les secteurs dans lesquels ils opèrent ne se sont pas arrêtés. 

Certains ont même augmenté leurs effectifs suite à la hausse de la demande», nous explique le DG de Rekrute. «Concernant la forte sollicitation, il convient de rappeler que les centres d’appels sont parmi les premiers employeurs de références des jeunes diplômés. Avec les banques qui ont été contraintes de baisser leurs recrutements, les Call Center se présentent aujourd’hui comme une solution pour décrocher un premier emploi, qui leur donne une rigueur de travail, du soft skills, leardership…», précise-t-on de la même source. 

Mutation du marché de l’emploi 
Cela dit, cette reprise annoncé par le jobboard est loin de sauver le royaume de la sinistrose, du fait qu’entre le deuxième trimestre de 2019 et la même période de 2020, l’économie nationale a perdu 589.000 postes d’emploi, résultant d’une perte de 520.000 postes en milieu rural et de 69.000 en milieu urbain, contre une création annuelle moyenne de 64.000 postes au cours des trois années précédentes. Une conjoncture qui a réduit la confiance des ménages au minimum. L’ICM du Hautcommissariat au Plan fait ressortir qu’au T3 de 2020, 87,1 % des ménages s’attendent à une hausse du chômage au cours des 12 prochains mois. Le solde d’opinion est resté ainsi négatif à moins 82 points contre moins 75,2 points un trimestre auparavant et moins 71,8 points un an auparavant. Cependant, les dirigeants de Rekrute demeurent optimistes. «Nous remarquons la hausse du besoin en recrutement dans de nouveaux secteurs sur le marché», nous confie M. Montant, en ajoutant que cette tendance inspire la confiance des candidats. «Il y a quelques mois, les candidats étaient hésitants. Or, aujourd’hui, nous remarquons qu’il y a une hausse dans le nombre de candidatures reçues», note le DG de Rekrute. Ceci montre que les choses se redressent progressivement et qu’il y a un certain retour à la normale, même au niveau des offres d’emploi les entreprises en début de crise cherchaient en priorité des profils expérimentés et seniors afin de les accompagner dans la sortie de crise «maintenant les tendances habituelles reprennent…le meilleur est à venir», estime-t-il. 

Saâd JAFRI