Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Covid-19 : un spécialiste sème le doute sur l’efficacité des vaccins chinois


Rédigé par Myriam Ketfi le Dimanche 11 Avril 2021

Un scientifique chinois haut placé a expliqué, samedi 10 avril, que les vaccins chinois avaient une efficacité faible comparée à ceux fabriqués selon le système de l’ARN messager, comme celui de Pfizer-BioNTech.



Le directeur du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, Gao Fu, a avoué, samedi 10 avril, que l’efficacité des vaccins chinois était faible. Selon ce dernier, ils «n’ont pas des taux de protection très élevés ». C’est pour cela que le gouvernement chinois souhaiterait mélanger les vaccins afin de les renforcer.

Le scientifique explique que les vaccins de Pékin, qui utilisent un virus pour éveiller le système immunitaire, ont une efficacité plus faible comparée aux vaccins fabriqués d’après le procédé expérimental de l’ARN messager. Les propos du scientifique Gao Fu, viennent contredire ceux du gouvernement qui ne cesse de vanter l’efficacité des vaccins chinois et qui en livrent des centaines de millions de doses à l’étranger. 

C’est la première fois qu’un scientifique chinois haut placé reconnaît publiquement que les vaccins chinois, qui utilisent un virus pour déclencher le système immunitaire, ont une efficacité relativement faible comparée aux vaccins fabriqués selon le procédé expérimental de l’ARN messager. Les déclarations de Gao Fu viennent saper les efforts du gouvernement chinois, qui ne cesse de vanter les mérites des vaccins nationaux et qui distribue des centaines de millions de doses à l’étranger, tout en semant le doute sur les alternatives occidentales, en particulier le vaccin Pfizer-BioNTech de type ARN.

M. Gao a fait savoir que l’utilisation de différents vaccins issus de plusieurs lignes techniques pour le processus de vaccination est dorénavant à l’étude. Par ailleurs, un second responsable du Centre de contrôle et de prévention des maladies, Wang Huaqing, a indiqué, sans préciser de date, que les vaccins à ARN sont entrés en phase d’essai clinique.
 
Évaluation de mélange de vaccins

Plusieurs scientifiques ont déclaré que le mélange de vaccins renforcerait leur efficacité. En Grande-Bretagne, des chercheurs se penchent sur une nouvelle et possible combinaison du vaccin Pfizer-BioNTech et du vaccin traditionnel d’AstraZeneca.

En Chine, les vaccins conçus par Sinovac et Sinopharm ont composé la majorité des vaccins chinois livrés dans plusieurs pays, notamment le Mexique, la Turquie, la Hongrie et le Brésil. Au Brésil, des chercheurs ont établi que l’efficacité du vaccin Sinovac pour prévenir les infections symptomatiques ne s’élevait qu’à 50,4 %, dépassant tout juste le seuil à partir duquel les experts de la santé jugent un vaccin efficace (50%). Alors que le vaccin Pfizer-BioNTech atteint 97%.

L’entreprise Sinovac a expliqué que les différents niveaux d’efficacité observés pouvaient être liés à l’âge des personnes, à la souche du virus ou à d’autres éléments.

D’après les experts de la santé, pour l’heure il n’est pas plausible que les vaccins de Pékin soient distribués en Europe occidentale et aux États-Unis, à cause de la difficulté du processus d’approbation. Pour sa part, la Chine n’a toujours pas donné son accord sur l’utilisation de vaccins étrangers.

34 millions de chinois ont reçu deux doses et 65 millions en ont reçu une au 2 avril, d’après M. Gao. La Chine souhaite injecter une première dose à 40 % de sa population, c’est-à-dire 560 millions d’habitants, d’ici à la fin du mois de juin.