Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Covid-19 : L’infection procure une immunité naturelle de 5 à 8 mois


Rédigé par Anass Machloukh le Vendredi 15 Janvier 2021

Les patients ayant passé l’épreuve du Covid-19 seraient immunisés contre le virus de cinq à huit mois, c’est du moins ce qui ressort de deux études menées par deux instituts, un américain et un britannique.



Alors que le monde entier entre dans la phase de vaccination contre la pandémie, les patients infortunés ayant déjà attrapé le SARS-COV 2, pourraient bénéficier d’un temps de répit avant de se faire vacciner sans courir le risque d’une réinfection, laissant la place aux personnes à risque, plus prioritaires.

La possibilité de réinfection au Covid-19 dans le court terme, ayant beaucoup préoccupé les médecins, devient de moins en moins menaçante. Selon une étude britannique menée par « Public Health England », les personnes guéries du coronavirus pourraient rester immunisées pendant cinq mois aux moindres estimations. L’étude conclut que l’immunité naturellement acquise par le passage du virus dans le corps humain procure une protection de 83% contre l’éventualité d’une deuxième infection. Ces résultats sont obtenus sur la basse de tests effectués sur 6614 participants, déclarés positifs auparavant.

Une étude américaine dirigée par l'institut d'immunologie de la Jolla, en Californie, va encore plus loin. Cette étude, publiée dans le magazine « Science », estime la durée d’immunité naturelle dans la période postérieure à la contamination à huit mois. Il s’agit des conclusions d’un suivi de 200 personnes âgées de 19 à 81 ans, qui ont contracté le virus, dont seulement 43 ont été infectés depuis plus de 6 mois.

Selon les données de ces deux études, cette « immunité naturelle provisoire » s’explique par le fait que le cops humain est capable de mémoriser le passage du Covid-19, et peut donc constituer les anticorps avec une quantité très élevée, par l’intermédiaire de ce que les scientifiques appellent « mémoire humorale » ou « cellulaire ». Or, il est encore incertain d’avancer que cette immunité puisse faire face aux mutations du virus et aux nouveaux variants qui sont apparus récemment en Grande Bretagne et en Afrique du Sud.