Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Couvre-feu : qu’attend le gouvernement pour indemniser les secteurs impactés ?


Rédigé par Anass Machloukh le Lundi 26 Avril 2021

Après la prolongation du couvre-feu durant le ramadan, le gouvernement continue de se justifier par des prétextes sanitaires et sécuritaires au moment où les mesures de compensation des activités lésées sont encore inconnues. Détails



Couvre-feu : qu’attend le gouvernement pour indemniser les secteurs impactés ?

Quand est-ce que les activités impactées par le couvre-feu ramadanesque seront-elles indemnisées ? Une question qui demeure d’actualité face à l’ambigüité du discours du gouvernement. Après la réponse peu convaincante de Saad Dine El Othmani, et la promesse incomprise du ministre de l’Industrie et du Commerce Moulay Hafid Elalamy de verser une aide complémentaire aux employés des secteurs lésés, la séance plénière hebdomadaire, consacrée aux questions orales, a été l’occasion pour l’Exécutif d’annoncer des mesures concrètes. Des annonces qui peuvent réjouir les cafetiers, les restaurateurs, et les petits commerçants, visiblement meurtris par la prolongation du couvre-feu qui a donné un coup de grâce à leur activité durant le mois sacré.

Interrogé sur ce sujet, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur Noureddine Boutayeb n’a pas annoncé de mesures concrètes, se contentant de lister les raisons pour lesquelles l’Exécutif a prolongé les restrictions de déplacement.

1,5 million d'arrestations pour contravention aux mesures sanitaires

Ce dernier n’a pas manqué de rejeter les accusations d’improvisation, répondant que les mesures de restrictions ne sont pas aléatoires ni singées d’autres pays. « Elles ont été prises en fonction de la réalité, et des contraintes de la situation épidémiologique », a-t-il argué, soulignant que les autorités font tout le nécessaire pour faire respecter le protocole sanitaire. « Plus d’un million et demi de personnes ont été arrêtées pour contravention aux mesures préventives depuis le mois de juillet dernier », a annoncé le ministre, arguant que les restrictions imposées, y compris le couvre-feu ramadanesque, ont permis d’éviter « la débâcle de l’Aid El Kbir ».

Les députés peu convaincus

Peu convaincus, les députés, de l’opposition comme de la majorité, ont souligné la nécessité de venir en aide aux activités touchées par le couvre-feu, surtout pour les cafés et les restaurants. Le député istiqlalien Lahoucine Azougagh a insisté sur la responsabilité de l’Exécutif qui, selon lui, « doit accompagner les catégories socio-professionnelles impactées par ses propres décisions ». « La souffrance des employés des cafés, des restaurants, des petits commerces, et des hammams est à son comble, s’est-il indigné, ajoutant que ces derniers n’ont reçu aucune indemnité, malgré les promesses du gouvernement. Le député est allé encore plus loin en faisant état d’une forfaiture du gouvernement qui « n’a pas compensé les personnes concernées et notamment celles qui travaillent dans l’informel, à court de revenu depuis le début du ramadan ».

Rappelons que le ministre de l’Industrie et du Commerce a été interpellé sur le même sujet lors de la séance hebdomadaire précédente. Confronté aux critiques virulentes des députés, il a annoncé que le gouvernement envisageait de verser une aide complémentaire pour les professionnels de la restauration. Or, cela est toujours en préparation sans aucun délai annoncé préalablement.